Les deux mafias qui nous tiennent à la gorge ..

Cet article, c’était des notes jetées dans un carnet. Je les ai transcrites ici. J’y reviens parfois, je modifie, j’ajoute, je change.

yin_yang__01Présentement, tout le pouvoir tient dans une complémentarité incontournable, celle de deux mafias : l’une est légale et fait les lois, l’autre est illégale et les enfreint.

Les deux mafias sont inséparables, intimement ou occultement liées, elles s’articulent organiquement l’une sur l’autre et les populations sont contrôlées et exploitées simultanément par les deux.  Aucune des deux mafias ne pourrait exister sans l’autre.

Au fil du temps, du légal peut devenir illégal, et de l’illégal peut devenir légal, mais dans les deux cas la dimension mafieuse abusive persiste :  exploitation des populations.

Ce qui précède tient de l’aphorisme. C’est intuitif. C’est une manière d’exprimer une dynamique actuelle.  Ça m’est venu subitement et je l’ai blogué. On peut tenter d’expliciter, d’élaborer là-dessus.

Incidemment. Le premier ministre du Québec, Pauline Marois (Parti Québécois, “souverainiste”), «invite» (ahem) la commission Charbonneau, sur la corruption au Québec, à la «prudence» (2 mai 2013).

Pauline Marois avait réclamé à grands cris la création de cette Commission quand elle était dans l’opposition (un classique en politique). Maintenant, la Commission Charbonneau commence à “éclabousser” le Parti Québécois (le cas Guy Chevrette,  entre autres). Le vice-premier ministre péquiste François Gendron, à plusieurs reprises (2 mai 2013), a “invité” la commission à «faire attention», que les révélations faites, c’était «grave» (you bet ! ), qu’on y allait «all out», «à fond» (j’espère). Il s’agit évidemment d’intimidation, d’une menace en langage codé à l’endroit du juge France Charbonneau (de plus en plus de gens savent lire le “code”). Les deux mafias imprègnent l’État, peu importe les parti(e)s.

Un bon nombre d’agents massemédiatiques sont (déjà) tentés d’emboîter le pas, comme Pauline, ça peut s’entendre (quoiqu’au compte-goutte présentement) à la radio — pour qui sait entendre. Ici, il ne faut jamais perdre de vue que les agents massemédiatiques sont généralement rémunérés suffisamment pour qu’ils soient coupés socialement et psychologiquement de la masse des gens à qui ils s’adressent et pour qu’ils soient “sensibles” aux “mots d’ordre” des corporations qui les payent, autrement dit pour qu’ils soient facilement manipulables par ceux qui leur garantissent leurs revenus. Ils n’ont pas les mêmes intérêts que la masse des gens, même si ces intérêts peuvent sembler parfois, momentanément, et illusoirement, coïncider.  Si un agent massemédiatique viole le code, enfreint la “norme”, il peut être victime d’un sabotage matrimonial, par exemple, qui l’empêche de bien faire son travail (diminution du tonus mental, moods dépressifs, etc.).  Ou d’un “accident”.  Ou pire.


Isabelle Richer, reporter et animatrice à Radio-Canada, émissions Enquête et Sous la Loupe, gravement blessée à bicyclette par un poids lourd le 28 juin 2015.

Isabelle Richer, reporter et animatrice à Radio-Canada, émissions Enquête et Sous la Loupe, gravement blessée à bicyclette, sur une route campagne, par un camion, le 28 juin 2015.

Un exemple possible  :  « La journaliste de Radio-Canada, Isabelle Richer, a été gravement blessée samedi [27 juin 2015] après avoir été heurtée par un camion alors qu’elle roulait à vélo à Rougemont, en Montérégie.  L’accident s’est produit lorsque le camion a tenté de dépasser un tracteur sur une route secondaire.  Le conducteur n’a pas vu la cycliste qui venait en sens inverse. »  —  Isabelle Richer gravement blessée dans un accident de vélo — Src, dimanche, 28 juin 2015

Isabelle Richer co-anime ou anime des émissions de la Société Radio-Canada comme EnquêteSous la Loupe.  Cette dernière émission se présente ainsi :  «Isabelle Richer examine les sujets qui retiennent l’attention dans l’actualité policière et judiciaire.  Avec ses invités, avocats criminalistes, analystes en affaires judiciaires, psychiatres…  autant d’entrevues pour approfondir et comprendre l’administration de la justice et le travail de la police »

[Note :  Je n’ai pas de téléviseur depuis 17 ans, mais il va de soi que le genre d’émissions animées ou co-animées par Isabelle Richer peuvent déranger les deux mafias.  (Tout comme les deux mafias peuvent se servir de l’émission, d’ailleurs.)  Mais il existe toujours des “limites” que les reporters ne peuvent franchir.  Les reporters n’ont pas le haut du pavé.  Isabelle Richer avait-elle l’intention d’aller plus loin qu’il est permis de le faire (permis ouvertement, ou implicitement, ou tacitement)?  Ou l’a-t-elle fait?  Isabelle Richer en savait-elle trop?  Tentative d’élimination? Ratée?  Réussie, en dépit des apparences?  Etc.]


Des articles :  Rapport Duchesneau, texte intégral: «Un univers clandestin d’une ampleur insoupçonnée.» La Corruption au Québec.   —   Surprenant jouait au Casino – ou comment blanchir l’argent. Écrémage et Loto.  —  Québec, Labeaume-Maltais, Québécor, Parti Québécois : la clause dérogatoire et la loi 204.  —   Collusion : Karl Péladeau à Hydro-Québec et la Loi Labeaume-Maltais (loi 204)  —    Commission Charbonneau sur la corruption au Québec


L’articulation des “deux mafias”, toujours en mouvement à travers le temps, peut se signaler ou prendre la forme osmotique illustrée ci-dessous («osmotique», relatif à «l’osmose»; «osmotique», en biologie, «qualifie la diffusion entre deux liquides de concentration moléculaire différente, séparés par une membrane semi-perméable» (dictionnaire Reverso); bref, la diffusion échangiste (!) se fait, grosso modo, dans les deux sens (quoique, ici, surtout dans un sens):

Lien : cliquer sur l'illustration.

Lien : cliquer sur l’illustration.

L’idée de “diffusion” entre les deux mafias est suggérée dans certains passages de l’article suivant :   Surprenant jouait au Casino – ou comment blanchir l’argent. Écrémage et Loto.  Extrait :

« .. En effet, comment expliquer que les lotos nationales, et autres pièges à fric, ici comme ailleurs, n’aient jamais résolu, décennies après décennies, les problèmes de dette, de déficit, de financement des municipalités (comme Atlantic City, par exemple, que Weinberg cite, entre autres, dans The Sting Man), ou des États (comme le Québec, ou l’Ontario, etc.) ?

« Le témoignage de Weinberg, ex-mafiosi, nous conduit à penser que les lotos nationales (pas seulement les casinos d’État) ne puissent voir le jour sans l’assentiment, le oké des mafias, ce qui implique une présence active et significative, sous une forme ou une autre, de la mafia dans l’appareil d’État; autrement, selon Weinberg, ces jeux d’argent “étatisés” extrêmement lucratifs ne pourraient exister, et certainement pas de par l’exclusive volonté de l’État: la mafia, qui a toujours contrôlé ce champ d’activités, ne l’autoriserait pas, c’est ce que Weinberg soutient. »

Par “mafia légale”, j’entendrais le réseau des Banques Centrales dont on sait qu’elles sont contrôlées par des grandes banques privées (elles pratiquent l’usure, le prêt à intérêt), les réseaux bancaires privés qui les prolongent, les corporations, etc.; bref, tout ce que l’État considère comme “légal”. Cette mafia est en osmose ouverte ou grise ou cachée avec l’autre mafia.

Par “mafia illégale”, on pourrait entendre le commerce des drogues illégales, les rackets de protection, les jeux de hasard et les paris (généralement passés à notre époque entre les mains de la mafia légale, l’État); le commerce des humains, des organes humains (entre légal et illégal, dépendant), incluant le commerce porno (entre légal et illégal, dépendant —> le porno-pédo (pédo-abus sexuel), snuff movies, etc., est encore considéré comme étant du côté de la mafia illégale); typiques, aussi, du commerce de la chair humaine : l’adoption d’enfants, ou leur procuration par achat, à travers des mères porteuses ou autrement, par des couples pédo-abuseurs sexuels, ou non, “hétéros”, “homos” ou non, est à la frontière du légal et de l’illégal (commerce humain  — c’est encore “mal vu”, mais pour combien de temps ? ) ; l’adoption ou la procuration ou l’achat d’enfants par des couples homosexuels est passé du côté de la mafia légale: avec le “mariage pour tous” et la promotion de l’homosexualité on multiplie, on a multiplié, le nombre de couples infertiles afin de créer et de multiplier la demande auprès d’une industrie d’insémination qui représente des milliards potentiellement (ou actuellement); aussi les contrôles corrupteurs dans maints domaines (dont celui de la construction), etc., tout ce que la mafia d’État (“mafia légale”) considère comme illégal.

Cette mafia illégale est en osmose ouverte ou grise ou cachée avec la mafia légale.

Les deux mafias imprègnent l’État, se croisent en son sein.  L’État réel serait, en fait, ce croisement articulé, —  toujours en mouvement, —  des deux mafias :  l’illégale et la légale.

Les mafias sont des vampires, et les vampirisés sont les populations qui ne sont ni d’une mafia, ni d’une autre.

Les massemédias-corporations (ceux qui bénéficient de larges capitaux) sont les “tranquillisants” — qui, en temps “normal”, “tranquillisent” les populations en les cajolant, ou en les calmant, ou en les amusant, ou en les excitant, ou en les terrorisant, ou en les distrayant (en imposant sur les ondes des leurres, des decoys), comme en temps de crise économique, par exemple, pour détourner l’attention, pour toutes sortes de raisons.

L’État, on pourrait le représenter comme étant le centre d’un ” X “.

Y a certainement  mieux comme représentation, mais ça peut aider à saisir.

L’État lui-même serait simplement, à la fois, une sorte de “légalisateur” et d’ “illégalisateur” (les deux courants mafieux s’y croisent, s’influencent, “s’intercolorent”).  L’autonomie de l’État apparait, à première vue (à mes yeux), très mince, presque nulle. Derrière l’État, les grands prêteurs privés et le “vatican” des Grandes Banques dites “Centrales” (Ce “vatican” : Bureau des Règlements Internationaux, Bâle, Suisse). Cette autonomie évoluerait, par cycles, en fonction de la dynamique, en son sein ou en son centre, des deux mafias, en fonction de l’évolution des deux courants mafieux.

On pourrait, comme c’est déjà dit, représenter l’État comme étant au centre d’un

” X “

où les deux courants mafieux se rencontrent. C’est une autre représentation de la quaternité.

Deux branches se croisent, — apparaissent quatre membres. “Jamais 2 sans 4.” Les membres sont actifs. Quand deux individus s’affrontent ou se rencontrent ou interagissent, cherchez “les deux autres”.

«Jamais 2 sans 3» est un proverbe qui s’appliquerait à la succession en série d’événements de même nature.

«Jamais 2 sans 4» s’appliquerait à l’articulation dynamique des protagonistes.

L’appellation même d’ “état” est à la fois implicite et explicite : cette appellation pourrait désigner, justement, l’état des choses, à tout moment. L’état des choses dites “publiques”.  La chose dite “publique” est en très grande partie occulte.  La Ré-Publique s’articule de l’intérieur sur la Ré-Occulte.

Les massemédias-corporations, eux, prolongent l’État.  Ils sont à la fois les parleurs et/ou les vicaires de l’état des choses, mais tel qu’il doit être dit au people, modifié en conséquence, ou autrement dit la plupart des agents massemédiatiques sont les parleurs et/ou vicaires de l’État, donc, en définitive, parleurs et/ou vicaires, par la force des choses, de la dynamique des deux mafias : les massemédias-corporations en procèdent.  La “tendancielle ultime” des massemédias est l’uniformisation mentale et donc l’élimination, à la limite, de la “pluralité mentale”, à mettre en corrélation avec la robotisation des activités mentales de l’être humain : calculettes, ordinateurs, cellulaires, mémoires binaires, etc.

Un énoncé possible :

Les agents massemédiatiques sont généralement rémunérés suffisamment pour être coupés socialement et psychologiquement de la masse des gens à qui ils adressent, en mode continu, des messages balisés, contrôlés directement par des mots d’ordre ponctuels reçus par les agents, ou informellement contrôlés par intériorisation personnelle, chez les agents massemédiatiques, des normes de contrôles.  Les normes de contrôles sont intériorisées au point d’en devenir “incorporées” (dans le “mental du corps”, le “mental physique”, le “mental mécanique”).

Ici comme ailleurs, il y a des exceptions. Il y en a toujours. Il n’existe pas, dans la Nature, de phénomène “à 100%”, ou de phénomène sans exception(s). C’est essentiellement ce phénomène, conçu au sens large, de l’exceptionnalité au sein du mouvement, des êtres, des choses, qui fera buter le Système et entraînera sa désintégration.  « Un enfant le détruira. » ( Aurobindo, je crois. ) Qui se méfie d’un enfant? ( On pense à ceci : Les Habits Neufs de l’Empereur (ou : “du roi”), le conte d’Andersen («Le Roi est Nu»). ) Si vous ne percevez pas les exceptions, les failles, c’est que vous percevez mal : la Nature est évolutive et joue à la fois, constamment, de ses lignes de forces et de ses lignes de failles, qu’on les perçoive ou non.  L’une des Lois de Murphy : Nature always sides with the hidden flaw (La Nature s’allie toujours à la faille cachée).

Il y a toujours des exceptions.  Quand on les remarque, elles frappent, et elles sont évidemment, pour ça, dites “remarquables”.  Mais on ne les remarque pas toujours.  Dieu merci.

Ces exceptions nous rappellent que les contrôles de plus en plus étouffants et débilitants auxquels on soumet les être humains n’ont pas encore réussi à transformer définitivement le monde que nous habitons en une immense plantation de fleurs en plastique insipides et multicolores destinées à orner de leur splendeur criarde, mortuaire et stérile, les ultimes célébrations des mariages homos — en attendant les divorces homos.  Dont vous n’entendez pas parler, vous avez noté ?

Apprendre à observer l’absence de quelquechose.

_______

Chacune des deux mafias serait polarisée en elle-même. Par la dynamique de leur interaction, de leur articulation l’une sur l’autre, on serait en présence d’un cas d’espèce de la dynamique quaternaire inhérente à tout phénomène.

yin_yang__01Une polarité simple serait toujours une illusion. Une illusion de “statisme”.  La réalité vivante est (au moins) quaternaire et n’a rien de statique.

Le symbole du yin-yang est quaternaire et ne symbolise rien de statique, au contraire.  Les deux larmes — ou les deux belougas, ou les deux gouttes, ou les deux sangsues — tournent et s’articulent l’une sur l’autre, l’une en l’autre, et chacune d’elles représente deux éléments, un en croissance, l’autre en décroissance : quatre éléments, donc, en tout, et non deux, s’articulent ainsi simultanément, dynamiquement.

On ne peut comprendre une polarité apparente sans percevoir d’abord la quaternité réelle et dynamique qui l’anime, la meut. Il existe toujours une semence, en croissance, de l’autre en l’une, et de l’une en l’autre. Image représentative : le point noir dans le blanc, le point blanc dans le noir. Le point croît, la masse autour décroît en s’absorbant dans le point croissant. D’où la sensation, dans la spirale du temps, d’aboutir à l’inverse d’où on était en partant. Le monde est à l’envers. Topsy-turvy.

Ces cycles, ou ces spirales, sont nombreuses. Certaines parcourent des aires de temps très grandes. Certaines, très courtes.

Deux galaxies-spirales se rencontrent et s'entrelacent (Source : cliquer)

Deux galaxies-spirales se rencontrent et s’entrelacent (Source : cliquer)


Abellio_Structure_Abs_p44_flechettes_quaternite__00

Dans « La Structure Absolue », page 44, Raymond Abellio trace un schéma dynamique de cette quaternité. C’est une autre représentation de la réalité dynamique quaternaire représentée par le symbole yin-yang.

D’un côté, le point blanc devient plus gros, grandit, s’étend, recouvre le noir qui devient blanc et génère un point noir qui reprend le cycle; de l’autre côté le point noir fait la même chose inversement, et reprend aussi le cycle. Le processus est continu.

L’inversion, d’une “larme” à l’autre, s’accomplit avec des phases de révélation — ou d’apocalypse au sens originel du mot («révélation»).  La bulle éclate. Qui peut voir voit.

Dans le cas particulier évoqué dans l’aphorisme des deux mafias, le légal devient graduellement l’illégal, et l’illégal, le légal. Ils se transforment l’un en l’autre. C’est un cas d’espèce de la dynamique des cycles (ces derniers sont nombreux, pluriels, se recoupent). L’un devient l’autre, et c’est une polarité dynamique; mais cette polarité est simultanément double et inversée; on a affaire à une quaternité.  Il n’y a pas qu’un jeu d’électrodes, il y a deux jeux d’électrodes symétriques et inversés qui s’articulent l’un sur l’autre et se transforment l’un en l’autre et l’autre en l’un à la faveur d’une dynamique ou d’un mouvement cyclique.

La “porte de sortie” de cette sorte de “prison globale mouvante” est évidemment individuelle dans son moteur, dans son drive, mais potentiellement collective aussi en ce que ce drive individuel peut se communiquer et souvent le fait.  L’individu prend conscience, d’abord, mais il n’est une île.  Prise de conscience de cette dimension de conscience (“conscience de conscience”) en nous qui sait et qui voit, qui a compris que je n’ai pas, que je n’a pas, “créé” l’univers.  Ce n’est pas tant une “sortie” qu’une mutation de la conscience.  La prise de conscience est a-morale (mais doit éviter le piège de devenir  im-morale dans ses conséquences, dans les paroles, les gestes, les actions, c’est une erreur trop facile et trop souvent commise) en ce qu’elle reconnait les deux données “opposées” comme complémentaires. On ne peut plus, rigoureusement parlant, choisir entre le côté des “bons” et le côté des “méchants” (d’un côté comme de l’autre, votre choix pourra vous corrompre graduellement, ou vous parasiter continuellement si votre naïveté se prolonge, ou vous plonger dans une perplexité prolongée car en réalité, on a affaire, comment dire, à des “bons-méchants” et à des “méchants-bons”(!): les deux pôles dynamiquement redoublés forment un même organisme, chaque “côté” porte en ses flancs le potentiel de l’autre.  L’ensemble est a-moral dans sa structure dynamique et, la plupart du temps, im-moral dans les gestes, les paroles, les faits. Il faut, au moins, réaliser le premier (l’a-moral), et éviter le second (l’im-moral – notamment au sens qu’on donne couramment au mot “éthique”, ou encore à l’expression “common law” – pas de connotations jansénistes).

Le processus pille, broie les victimes.  Les victimes composent ce qu’on appelle couramment la “masse”. Les individus qui composent la “masse” sont constamment parasités. Si vous avez de la “difficulté à arriver”, comme on dit, c’est qu’on vous prend constamment quelque chose, vous êtes en permanence parasité, ou vampirisé, par les deux mafias, vous faites partie de la masse des pillés.

La “porte de sortie” de cet ensemble, un “ensemble” qui est une sorte de bulle dynamique d’illusions (des illusions qui ne sont pas qu‘illusions, comme le rappelle la Isha Upanishad) , est en réalité une sorte de porte d’entrée — ou une sorte de porte d’entrée en réalité — qu’on peut appeler « prise de conscience » et où c’est la Conscience qui, en réalité, prend et porte.  Et ça c’est doux, et c’est calme, et c’est fort, et c’est vraiment nous.

La prise de conscience est “invisible”,  —  souvent imperceptible à la plupart des membres de l’entourage. C’est ce que je veux dire. Cette prise de conscience n’est pas spectaculaire mais elle est déterminante, et pas seulement pour l’individu qui en est le lieu.

Une prise de Conscience est plus qu’une compréhension intellectuelle. La prise de Conscience succède (peut succéder) à la compréhension intellectuelle,  —  nourrie par la perception, l’observation, etc.  —  et l’accomplit pour ainsi dire. Par une sorte de saut qualitatif. Une prise de conscience change la conscience et change les “choses”.  Parfois c’est à peine perçu, parfois ca peut être spectaculaire.  Mais on sait que quelquechose a changé par une sorte de sensation de densité nouvelle dans la conscience (une densité nouvelle souvent “fluctuante”, parfois même “fuyante”, mais qui ne disparait plus jamais de la sphère de conscience, elle fait partie de vous).

Dans l’extrait de La Structure Absolue de Raymond Abellio (voir l’illustration jpg, plus bas), vous pouvez remplacer le mot « livre » par le mot « tasse », ou « pomme »,  — ou « son », ou « chant d’oiseau », ou n’importe quel autre mot désignant un objet de perception qui capte l’attention. “On” est jamais 2, “on” est toujours 4 (nous devenons en réalité “articulée” quaternairement).

Les quatre pôles sont en lien dynamique, non-statique  :  (a) l’objet de perception qui se découpe par sélection perceptive sur (b) “le fond du monde” ou de l’univers (l’objet de perception est différencié du fond du monde par la perception) et  (c)  le sens percevant (l’oeil, le regard, etc.), par attention, lui, d) se détache sur le “fond du corps”. C’est une quaternité dynamique : a) objet de perception; b) le fond du monde; c) le sens percevant; d) le fond du corps.

Le tout est d’en prendre conscience, tendre par attention à être en union dans la sphère-source intégrale de la dynamique, c’est-à-dire en yoga (union) en cette sphère-source qui contient la quaternité (toute quaternité) ;  la réalité  opère du “fond des choses”.

Précisons que, pour Abellio, la quaternité dynamique ne représente pas la structure absolue de la conscience; la structure absolue de conscience, qui s’accomplit éventuellement par union en, “avec” la sphère-source, survient éventuellement, et elle peut être représentée par ce qu’il appelle le « sénaire-septenaire », une structure à six termes, le septième accomplissant le sénaire et le “fondant”, pour ainsi dire, à la fois transcendantalement, et en ce monde  («dans une âme et un corps», pour reprendre une expression d’Abellio) :

Structure_Absolue_page_44

Page 44 de la « Structure Absolue » de Raymond Abellio. Éditions Gallimard.

© Copyright  2013 Hamilton-Lucas Sinclair ( Loup Kibiloki, Jacques Renaud, Le Scribe ) ,  cliquer

coyote-in-the-air_Gravity_LessonsRapport Duchesneau, texte intégral: «Un univers clandestin d’une ampleur insoupçonnée.» La Corruption au Québec.     —

Surprenant jouait au Casino – ou comment blanchir l’argent. Écrémage et Loto.      —

Rapport de l’Unité Anticollusion sur la Corruption au Québec, copie déposée à la Commission Charbonneau le 18 juin 2012, pièce 5P-93, texte intégral, document pdf     —

Réseau Liberté-Québec, taxes et banques centrales : l’erreur fondamentale.       —      Invisible Person with Enormous Power: it starts with a “C”, as in “Corporation”, but it doesn’t end there…         –

Canada, Québec, Ontario, … Un proto-totalitarisme souterrain persistant.     —        Canada : Pouvoir dérogatoire canadien et pouvoir dérogatoire hitlérien sont identiques.        –       Québec: la clause dérogatoire et la loi 204.    –

Milgram, la torture, l’abîme de l’obéissance. Les candidats sont légion.      –

Tout se passe comme si on voulait définitivement détruire la légitime défense  (vidéo)      –      Le danger d’être canadien, le danger d’être québécois       —       Avons-nous jamais vécu en démocratie? Pétitionne, trace ton x, cause toujours.       –        Le Petit x du vote: Acte de liberté – ou Pacte de soumission?       —       Nos démocraties: Liberté ou Soumission volontaire?        —      Documents de référence – La d’Habilitation nazie mars 1933, pouvoir dérogatoire québécois (1975), canadien de 1982.   ( Essentiellement, les extraits pertinents de la Charte québécoise, de la Charte canadienne, et la Loi d’Habilitation allemande de mars 1933 au complet. )

–   Waging Total Nuclear War against Humanity and Human Genes: Nuclear Radiation and Uranium 238 (DU)      –      Malformed babies resulting from israeli banned weapons      –      Depleted Uranium found in Gaza victims       —     Nuclear Fuel. What is it? – Wikipedia      —      Chernobyl Heart, video documentary by Maryann de Leo, on Google Video. Can also be found on youtube.        —       Was there an earthly paradise?  What was it?  Where was it? (Satprem and Mira Alfassa – the Mother)        –       Astounding 2009 Nobel Prize for Literature Joan de Blow never wrote a book!  She talks about Obama.        —      Western leaders, western populations : awareness, massmedia control and censorship.       —       How can we make our consciousness vast?  ( Exercice recommandé surtout quand on se sent à l’étroit. )     —     Non-fiction

Poésie :  Les Enchantements de Mémoire   —    Vénus et la Mélancolie   —   Le Cycle du Scorpion   —    Le Cycle du Bélier   —    La Nuit des Temps   —    La Stupéfiante Mutation de sa Chrysalide   —    Sentiers d’Étoiles   –   Rasez les Cités   —    Électrodes     —      Poèmes divers        —     Trois poèmes à Shiva and one poem to Shiva    –

Comptines :     Un ballon dans un cochon     —   Un chic chat dans l’coma    –    Elle a trop bu de jus d’ tortue    —     Le miracle de l’écrivain dans l’donjon   –   Petit Matou (paroles pour chanson de plage et d’été, tendre, kétaine et rythmée)    –    Filez, filez, ô mon navire – (poème qui se chante) (et bateau d’avril)   –  Chanson Dada  (Tzara).

Histoires, comptines et contes. En prose ou en versets libres. Parfois bizarres, parfois pas.      —        Histoire de Loup-Garou, fragments d’une chronique charcutée.

Ciao :)

Blogsurfer.usIcerocket

About Loup Kibiloki

Aller ici (have a look here) : https://electrodes-h-sinclair-502.com/electrodes_anode/
This entry was posted in monde, world and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Les deux mafias qui nous tiennent à la gorge ..

  1. Pingback: F1 et Grand Prix du Canada: Non à la pollution! Non à la F1 à Montréal – ou ailleurs! | Électrodes

  2. Pingback: Surprenant jouait au Casino – ou comment blanchir l’argent. Écrémage et Loto. | Électrodes

  3. Pingback: Collusion : Karl Péladeau à Hydro-Québec et la Loi Labeaume-Maltais (loi 204) | Électrodes

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s