Beaucoup de poèmes de Jacques Renaud ( Loup Kibiloki )

Jacques Renaud ( Loup Kibiloki ) :  On trouve plusieurs de ses  ouvrages de poésie,  ou «suites poétiques», sur une autre page en cliquant ici.

J’ai placé quelques liens ci-dessous.  On peut probablement en trouver d’autres en cliquant dans «Archives» ou dans «Catégories» (colonne de droite, sur le blog).

Beaucoup de poèmes de Jacques Renaud ( Loup Kibiloki ) :

La Colombe et la Brisure Éternité    —    La Toupie, la Ballerine et le Miel.    —    La Licorne, poème venu d’une blancheur médiévale    —    Toutes les terrasses du monde s’ouvrent sur l’infini. On va prendre un café ensemble.    —     Monologue de l’âme-soeur    —    Lettre d’eau ou J’ai assez vécu pour savoir combien j’ai voulu être ici    —      Vague de mémoire. Petit tableau d’été.      —   Du commencement à la fin ou L’Oupanishad de l’ Ignorance    —   From Beginning to End or The Ignorance Upanishad   —

Une barque pleurer, barque triste, papillon à voile.    —    La clé du Réel est qu’il n’a jamais été cadenassé     —     Les Oiseaux qui fascinent. Crépuscule et fin d’été.    —    Le pas noir et profond des racines qui marchent     —     Le pas du temps      —     Les pissenlits battent dans le coeur de l’écureuil    –

Hommage au Loup Blanc.     —   Cristal de gloire  —   Les lignes tracées par l’or et le sang traversent tous les coeurs     —    Dans son silence de soie brune, le loup-cervier     —      La branche qui parle et le loup-cervier     —     Orange carrée     —    Cubic orange or arc-en-gel    —     Orange pelée, caillou collant     —     Poème pour Nathalie   –     La fable du poème au fil de l’eau    —

All café-terrasses are vistas on infinity. Let’s have coffee together.    —   A little sleep, you’ll hear a little voice    —    Comme une bombe d’eau means like a water bomb     —

La logique est une muette qui ne cesse de nous faire signe     —    Dans une trappe de trolls      —      Comme une pincée d’or au milieu des ténèbres, la vie croissait       —     Un enfant naît, le pouce aux lèvres, les yeux conscients      —     L’oiseau prend proie      —      L’indicible demeure      —     Une araignée d’étoiles. Stars, and a Spider     —     Les loups et la naissance de ton armée      —     Les pistes instantanées des sillons d’éclairs     —      La Terre va te manger ou Les cellules s’excitent avant l’explosion      —      Dormir conscient, les yeux fermés, le son qui vit      —      L’immensité qui déambule      —

Filez filez, ô mon navire. Une variante maison et l’original de 1844     —     Le plaisir éclatait dans tes cils      —      L’envol des hirondelles. Comme un bruissement d’eau qui ruisselle.      —       L’Avenir sur une île comme un navire échoué       —       L’heure est au silence du soleil      —       Je vends l’ode au détail       —       Dans la grande paix de l’été   (Dans la grande paix du ciel transplutonien)  —

L’unique dame de la nuit      —      Trois barques de pêcheurs sur l’armure de la mer      —      Rien n’est plus doux qu’un grand écueil où la folie enfin repose     —      Chiffre secret enfoui dans la galène      —       Toutes les lignes sont vives et se lisent      —      L’Art par le feu      —       C’est la dégustation qui nous articule et nous prononce       —      La pluie, de ses dents rondes et bleues       —      La bardane et le fer      —      Celle qui garde la rhubarbe sauvage       —       Le long d’une rivière nommée Sauvage  —

Les pieds noirs de terre       —       Dans l’evening pétillant des néons cramoisis      —      Le néant, la foule et ses masques       —       Elle joue aux billes, aux bulles, aux boules et aux étoiles      —      Les gigues millénaires tonner      —      Ode à la Dame au Lys       —       Toi qui seras Orphée, un fleuve ornera ta lyre    —

Ève, fille des mers      —       Un ciel, un creux, un abîme       —      Les Délirantes. Poème apocalyptique à saveur médiévale.       —       L’enfant de Récurebourg. Mémoire lointaine      —      Mon âme est un enfant qui pleure. Courte prière et court poème.        —

Dans mes cellules d’opale et de lune (Shiva Moon)  —  Shiva Bruisse   —     Le Sourcil de la Montagne   —  Shiva’s Gift to a Wolf

Ants, Fire, and the Lawnmower

D’autres à venir.


© Copyright 2011 Hamilton-Lucas Sinclair ( Loup Kibiloki, Jacques Renaud, Le Scribe ), cliquer


Blogsurfer.usIcerocket

18 Responses to Beaucoup de poèmes de Jacques Renaud ( Loup Kibiloki )

  1. Pingback: Ants, Fire, and the Lawnmower | Électrodes

  2. Pingback: Canada : Avez-vous jamais remarqué la présence du pape sur la monnaie canadienne ? | Électrodes

  3. Pingback: L’avortement, le foetus, Morgentaler et la peine de mort : les holocaustes préventifs | Électrodes

  4. Pingback: Les gigues millénaires tonner | Électrodes

  5. Pingback: Satprem, la Shakti. Elle a toujours été là. Point de contact: l’attention, l’occiput, la nuque, la tête… | Électrodes

  6. Pingback: L’enfant de Récurebourg. Mémoire lointaine. | Électrodes

  7. Pingback: Celle qui garde la rhubarbe sauvage | Électrodes

  8. Pingback: Rimbaud, le Bateau ivre, et un « lapsus-coquille ». Je est un autre. | Électrodes

  9. Pingback: Filez filez, ô mon navire. Une variante maison et l’original de 1844. | Électrodes

  10. Pingback: Srî Aurobindo, la prison d’Alipore, et son poème «Invitation» : nouvelle traduction française. | Électrodes

  11. Pingback: Jadis, la liberté d’expression régnait dans ma ruelle | Électrodes

  12. Pingback: L’Origine en l’origine ressaque. Poème. | Électrodes

  13. Pingback: Émile Nelligan’s Winter Evening : Video of a new English translation of Soir d’Hiver (Comme la neige a neigé!) | Électrodes

  14. Pingback: The Damned Canuck. New English translation of Gaston Miron’s poem. With original French version. | Électrodes

  15. Pingback: Stars, and a Spider. Poem. | Électrodes

  16. Pingback: A tribe of stars. Koan. | Électrodes

  17. Pingback: L’immensité coordonnée, l’indicible demeure | Électrodes

  18. Pingback: Un enfant naît, le pouce aux lèvres, les yeux conscients | Électrodes

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s