Le chiffre d’ «électrodes», et le chiffre de «verbe», qui n’est pas celui de «verb» (ni, d’ailleurs, celui de «logos») ..

Table_alphabet_francais__Loup_Kibiloki__02

On trouve aussi cette table des nombres ici :  Réception à la table des nombres.  J’ai dressé cette table dans les années 1970s en m’inspirant des alphabets grecs et hébreux. En fait, je n’ai rien inventé, c’était là, suffisait de l’indiquer..

Mon point de départ interprétatif pour les nombres est celui de La Bible Restituée de Carlo Suarès.  C’est un point de départ inspirant, stimulant, très dynamique, très énergisant.  Je veux dire :  très.

C’est comme un équipement de base.

Lettres-Nombres_Carlo_Suares_Bible_Restituee_Couverture_0001Image : trois explorateurs pénètrent sur un continent inconnu, avec le même équipement, et par trois endroits différents très éloignés les uns des autres; au bout d’un certain temps, chacun des trois explorateurs va utiliser son équipement de manière différente — ne serait-ce que parce que chacun a un tempéramment différent, a des intérêts, un destin, une préoccupation, une intention, une inspiration différents, chacun va se retrouver dans des circonstances différentes, va devoir faire face à des événements différents, et chacun va revenir — s’il en revient — avec, à la fois, des récits et des découvertes différents, et des récits et des découvertes qui recouperont peut-être ceux des deux autres explorateurs, mais pas forcément. Et chacun aura découvert à l’équipement, à l’usage, des vertus que les deux autres ne connaissent pas.

L’interprétation de base de Suarès, que je recommande à tout le monde, c’est l’équipement. Il ne faut pas y figer l’intellect (ou y “sacrifier l’intellect”, comme dirait Raymond Abellio), mais plutôt l’en nourrir, et surtout utiliser l’équipement. Utiliser, comme dans «outiliser». L’art de s’en servir, lui, ou le courage d’accepter l’inspiration, viennent avec le temps, comme pour bien des choses, avec des sauts qualitatifs.

Il existe différentes sortes d’équipements. Celui de Suarès est le meilleur que j’ai trouvé dans les années 1970s et, croyez-moi, j’ai magasiné. Ceci dit, cet équipement n’est certainement pas le seul.

Attendez-vous à découvrir des choses dont vous n’avez jamais entendu parler, et dont je n’ai jamais entendu parler, et dont, qui sait, peut-être personne n’a jamais entendu parler. Il faut avancer en qabalah avec un coeur calme :-))

Conseil pratique : si vous en faites beaucoup, je recommande de regarder une bonne comédie, vraiment drôle, de temps en temps. Pour vous prémunir contre des accès trop prononcés ou persistants de sériosité (ça peut arriver), et/ou pour vous prémunir contre l’inflation psychique (cf les travaux de Carl G. Jung ; là-dessus, on y gagne aussi à coup sûr à lire La zone intermédiaire d’Aurobindo; ou, de manière générale, les oeuvres de René Guénon, par exemple — je pense, entre autres, à celles qui portent sur le théosophisme, ou sur le spiritisme).  L’inflation psychique peut vous charrier pas à-peu-près.  Vous pouvez, par exemple, vous mettre à donner maniaquement des conseils non solicités ..

J’m’arrête.

Le document pdf qui suit au bout de ce paragraphe comprend essentiellement un encarté qui était inclus dans mon exemplaire de La Bible Restituée de Carlo Suarès, édition de 1967, décrivant succinctement les lettres-nombres.  Encarté reproduit under fair use.  Produit avec OpenOffice.  J’ai pensé que beaucoup de gens pourraient trouver le document utile  :

Description des Lettres-Nombres selon Carlo Suarès (pdf);  ce document pdf comprend aussi des tableaux simples des alphabets-nombres français, anglais, grec, hébreu, “suivi d’une courte esquisse d’une quaternité à explorer, ou :  J’aime les bardanes, ça parait, et c’est pas pour rien”.


21:20 2009-11-23

0

Ad lib. Très, très, cursif.  J’élabore sur les nombres mieux et plus ici (il semble ) : Réception à la table des nombres.

J’ai fait de la numérologie, de la qabale et du hatha yoga (ce qu’on appelle aujourd’hui incorrectement «yoga», tout court) pendant quelques années (cinq ans, de deux à cinq heures par jour), surtout au cours des années 1970s mais pas exclusivement (c’était aussi à l’époque où le hatha yoga n’était pas devenu une sorte de gymnastique “people”, enveloppée de clichés et exclusivement physique).

Durant ces années, plus de dix ans après la publication de Électrodes (1962), le premier ouvrage de poésie (celui que j’aime le moins), j’ai réalisé que le nombre de “verbe” et celui de “électrodes” étaient un seul et même nombre (502). Il va de soi qu’en anglais, “verb” ne peut pas être le même nombre que “verbe”, “verb” compte 5 de moins (e = 5). “Verb” est 497; “verbe” est 502.

En d’autres mots, “qabalistiquement”, chaque culture, par sa langue, exprime une vision différenciée du monde.  Probablement par “strates successives” (cette expression est inadéquate) (ou “plans” ou “zones” ou “domaines”).  Jusqu’à une “strate”, ou champ de conscience-expérience-mémoire, qui serait commun à l’humanité.  Cette strate, ou ce champ, ne seraient ni dernier, ni le dernier, ni premier, ni le premier.  Mais il appert à mon esprit que cette strate commune ne peut être atteinte et accomplie que par l’épanouissement, l’accomplissement, le parcours des autres “strates” (dites «culturelles», ou «linguistiques»), et certainement pas par leur anéantissement, ou leur effacement, ou leur appauvrissement.

Par ailleurs, la langue parlée et écrite d’un individu n’est pas l’être de l’individu, mais l’être de l’individu habite cette merveille, fait corps avec elle (pour le meilleur et pour le pire).  Il faut savoir différencier l’être, de la langue.  En même temps, cet être, l’individu l’a souvent sur le bout de la langue et c’est souvent par là qu’il le trouve.

La prise de conscience de la différentiation de l’être par rapport à la langue, est analogue à la différentiation de la foi par rapport à la croyance.  Prise de conscience radicale :  la foi est, tout simplement, elle est présence, n’a pas d’objet (elle n’est pas ceci ou cela).  L’être, la foi, ne sont pas de l’ordre de l’esprit humain, ils ne sont pas “mentals”.  Ces derniers n’en sont pas pour autant exclus, ils sont différents, d’un autre ordre.  L’être humain, paradoxalement, n’est pas, d’abord, mental.  Il a une origine qui transcende le temps et la multitude des formes, et un destin qui transcende le mental.

Vaste ))

1

La numérologie est liée de manière spécifique à la langue ou à la culture à laquelle elle s’applique. Elle en fait intimement partie. La qabale est étroitement associée au nom et à la forme.

Ne vous laissez pas impressionner par certains qabalistes qui prétendront qu’on ne peut “faire de la qabale” qu’avec l’hébreu. C’est de la foutaise. Un qabaliste juif m’a même déjà dit que seul un juif pouvait “faire de la qabale”!  Croyez-moi, ça aussi, c’est de la foutaise, de la foutaise au cube (en passant, on peut calculer le nombre de “foutaise au cube” – si

jamais ça vous chante; je n’ai jamais exploré ce nombre, pas même calculé)! Notez que Carlo Suarès (l’auteur de La Bible Restituée) aussi était juif – mais on ne trouve pas chez lui de complexe d’exclusion, c’est complètement absent.

L’Arcane 13 du Tarot de Marseille. Cet arcane n’a pas de nom dans le Tarot de Marseille.

2

En fait, “foutaise au cube” est un bon exemple de ce que je peux entendre par “lire” de toutes les manières – j’aborde ça par la bande un peu plus bas: “foutaise au cube” peut très bien se lire et se calculer  comme “foutaise³”. C’est un exemple. Non, c’est pas de la foutaise.  Soyez créateur :-). En passant, ce que je disais dans le paragraphe précédent ne veut évidemment pas dire que le texte hébraïque de la Torah n’est pas codé. Certains livres de la Bible, du moins, semblent codés à l’os. Le titre et premier mot de la “Genèse” en hébreu (“Bereshit” – Beith-Reisch-Aleph-Schin-Yod-Tav) est 913. 9 + 1 + 3 = 13. Allez voir l’arcane 13 du Tarot (Tarot dit “de Marseille”, entre autres). Codé à l’os… :-)

3

L’ “ordinalité”, l’archétype de la succession ordinale de points dans l’espace, exprimée par des systèmes de nombres, est une donnée universelle qui permet de “calculer” la singularité, la spécificité vivante de chaque culture. Les nombres ont un sens. Comme tout dans l’univers, les nombres ont une dimension qualitative (appelons-la, mettons, la “clémence” : intuition en présence du nombre, impression, imagination, etc.) et une dimension quantitative (la “rigueur” : 3+2 = 5; ça donne pas 6, ça donne pas 4, mais 5, et rien que 5).

4

Ceci dit:

Verbe            =    502
Électrodes    =    502

Par ailleurs, “serpent” = 520 (permutation du nombre de “verbe” et de “électrodes”)

Voir la table des nombres et des lettres un peu plus bas – ou en cliquant ici:  Réception à la table des nombres.

5

Je vous avertis, cette page est essentiellement ludique.

Voici une suite d’associations qui me viennent en mémoire: en français, “verbe” (avec ou sans majuscule, évidemment) est associé à l’idée de “structure dynamique polarisée” (des “électrodes”).  On retrouve cette polarisation dans le 500 (le 2 dans le 500 de « 502 »).  On peut tenir compte de la dimension septenaire à la racine de 502 (5 + 0 + 2 = 7).  7 est à la racine, entre autres, de 16 (1 + 6 = 7) (on pense à l’arcane 16 du jeu de Tarot).

Le nombre du mot français “serpent” est une permutation du nombre de “verbe” et du nombre de “électrodes”, qui sont, dans les deux derniers cas, 502 ; “serpent” est 520 (5 + 2 + 0 = 7). On peut aussi, en passant, prélever un fragment d’un mot, ici un fragment de “serpent”, (par exemple, s-e-r-t) (on peut aussi placer les lettres de “sert” dans un ordre ou un autre, c’est toujours le même nombre, et explorer ce que ça donne en écriture : “tres”, “rest”, “ters”, etc.). “Sert” est égal à 395 (100 + 5 + 90 + 200), qui est, à la fois, le nombre de “Dublin” et celui de “Québec”.  Par ailleurs, 3 + 9 + 5 = 17, et 17 est aussi 1+7 = 8. On peut observer que l’écrivain français André Breton a écrit son ouvrage, Arcane 17 (référence à l’arcane 17 du Tarot), au Québec durant la deuxième guerre mondiale. Arcane 17, c’est l’Étoile du Tarot. Etc.

Les liens et les rapports finissent par se précipiter quand on commence à les faire.  Il y a profusion.  Ce qui importe, c’est de saisir ce qui peut l’être, de calcul en association, en calcul, etc.  L’important, c’est le sens que je peux “recevoir” (“qabalah” signifie “réception”) au fil des relations qui se tissent entre les “schèmes”, les nombres, les mots, en décryptant.  Les associations sont instrumentales.  Il y a une manière de faire.  La qabale est un art (manière de faire).  On ne peut vraiment acquérir cet art qu’en pratiquant.  Et en osant.

Encore une fois, “qabalah” veut dire “réception”.

6

Quitte à me répéter: par sa langue, et tout particulièrement par son système d’écriture et la manière dont elle organise ordinalement les signes de son écriture, toute culture, quelle qu’elle soit, est radicalement singulière – même si certaines peuvent être très proches, sous ce rapport, les unes des autres.

Par exemple, en qabale, “dieu” n’est pas “god”. “Bon” n’est pas “good”. “Mauvais” n’est pas “bad”.

Par contre, évidemment, “pied” est “pied”… le mot anglais “pied” (bariolé) est qabalistiquement la même chose que le mot français “pied” (“foot” en anglais): il n’existe pas, à proprement parler, d’alphabet “anglais” ou d’alphabet “français”, les deux sont identiques, dans l’ordre comme dans le nombre des lettres. La lettre “w” aurait été introduite dans l’alphabet français autour du onzième ou douzième siècle de notre ère.  “Pied” est une colle qabalistique. Quand on en rencontre une, on “colle” ou on “décolle”. Il faut admettre que ça ne manque pas d’humour. Ces rencontres sont des “fous du roi” – ce qui ne signifie évidemment pas qu’elles n’aient ni sens ni fonction. Le fou du roi en a une. Chaplin en a une. À vous de jouer… :-)

Un cycle est un cercle qui se fait spirale ..

Un cycle est un cercle qui se fait spirale ..

7

La qabale explore des sentiers singuliers. On dit que par l’énergie, que la pratique permet de recevoir, la qabale peut conduire à la transcendance du mental.  La pratique conduit certainement à de considérables réceptions d’énergie, d’énergie prânique.

Éviter la “magie opérative” et ces trucs-là. Surtout au début. Surtout. Et après coup, ça ne vous intéressera pas tellement… Évitez les sectes, les groupes fermés.  Si on tente de vous utiliser, même à des fins dites “bénéfiques”, fichez le camp.  On est pas sur terre pour devenir esclave.

De bons ouvrages à lire, inspirants, en plus de La Bible Restituée, de Carlo Suarès (incontournable): Sri Aurobindo ou l’Aventure de la Conscience, de Satprem; Le Règne de la Quantité et les Signes des Temps, de René Guénon; La Crise du Monde Moderne, de René Guénon; essentiel:  The Psychic Being; Soul: its Nature, Mission and Evolution – Compiled from the Works of Sri Aurobindo and The Mother (dérouler vers le bas sur le post) (et cet autre lien, excellent, un texte de Kireet Joshi: How to awaken the soul (psychic being))?  Raymond Abellio:  j’ai aimé passionnément tout ce que j’ai lu de lui.  Mais c’est pas tout le monde qui “accroche”.

8

Il n’existe pas de bon ou de mauvais symbole. À mes yeux, la charge effective d’un symbole dépend essentiellement de l’intention des “traceurs” (la “nature” ou la “fonction générale” d’un symbole est liée, entre autres, à la forme). L’intention peut être personnelle et procéder de l’ego (ahamkara); elle peut être transpersonnelle; elle peut être impersonnelle. Important de lire attentivement le texte suivant de Srî Aurobindo: La Zone Intermédiaire (traduction française), The Intermediate Zone (original in English). Ces thèmes sont riches.

Je n’ai pas une expérience prolongée dans le domaine de la symbologie pratique, appliquée, mais je sais par expérience que le “traçage”, en étant attentif à soi-même, permet de percevoir, en soi-même, quelque chose de la nature “vibratoire” du tracé. De par mon expérience, c’est surtout là que ça se passe (je veux dire: en moi) – mais pas exclusivement.

Les lignes qu’on trace “parlent”, révèlent, ce n’est pas indifférent.

Je n’ai pas pratiqué systématiquement, pour une période significative, prolongée, le chargement de jeux de lignes ou de formes.

9

Détester un symbole le charge (et nous réagissons à cette charge). Croire qu’un symbole est mauvais, le charge aussi. Aimer un symbole le charge. Croire qu’un symbole est bon, le charge. L’intensité de cette charge dépend, entre autres, de la capacité mentale et psychique (au sens occidental, non-aurobindien, du terme) du sujet qui charge. Toute cette question est un sujet vaste. Ce que j’en sais est limité. Je me sens aussi limité dans le temps pour élaborer plus avant sur la question (quitte à y revenir, peut-être).  Cependant je sais que réaliser un symbole à l’intérieur de soi a pour effet, entre autres, de (le) (nous) libérer de la fascination par ses représentations extérieures («projections», en termes de psychanalyse – les projections fascinent sur plusieurs modes, admiration, répugnance, haine, adoration) tout en opérant une sorte d’ “affinement” de conscience, un “centrage” accentué, une densité, une maîtrise plus grande, on pourrait appeler ça une “croissance” de conscience, ou en dire qu’on atteint ainsi à plus de “conscience de conscience” – une expression qui exprime bien la chose.  Il me semble que ça vaut pour tous les symboles. Jusqu’ici, dans ce paragraphe, j’avais surtout en tête la symbolique géométrique (lignes, points, courbes), mais l’effet de la “réalisation d’un symbole à l’intérieur de soi” vaut évidemment pour certains archétypes explorés et décrits par Carl Jung, comme l’ombre, ou l’anima. Les conséquences sur le destin personnel sont considérables. Ce que j’en dis ici n’épuise pas tout (c’est le moins qu’il faille admettre!). Je n’irai pas plus loin là-dessus (pas aujourd’hui, plus de temps).

10

Remettez tout ce que vous faites entre les mains du Divin (on appelle ça “donner un conseil”, mais c’est un bon … ) en tant que transcendance, omniprésence universelle, ou personne divine. Ou à l’âme divine en vous (ce que Sri Aurobindo appelle le “psychic being”, le “chaitya purusha” – on dit parfois “chaitya guru” – la dimension personnelle, unique dans l’univers, du divin en nous). L’âme divine est essentiellement lumière et douceur. Tout ce qui est ça, conduit à ce que vous êtes fondamentalement. Si la pratique de la qabale vous éloigne de ça, choisissez toujours ça, même contre la pratique, faites autre chose, pour un temps, ça va vous recevoir.

On est pas obligé de faire de la qabale :-)

Les sentiers sont nombreux.

11

Les calculs sont toujours rigoureux, comme dans 1 + 2 = 3  où le résultat est toujours “3” et rien d’autre. C’est l’aspect “rigueur”.

L’approche de “lecture” des schèmes numériques (pendant les décryptages et les calculs, et après aussi), elle, doit être intuitive sur un fond d’attention tranquille. C’est l’aspect “clémence” (mettons).

Toute la connaissance du moment est en vous – vous vient. Lisez Socrates: «Toute connaissance est réminiscence.»

En cas de problème, ou de grande perplexité, dès que ça devient “crotté”, regardez un film de Charlie Chaplin. N’importe lequel. Je suis un fan du film Le Grand Dictateur (The Great Dictator). Ça ne résout pas tout, mais en territoire hostile, c’est rarement mauvais de creuser une tranchée. Non seulement ça occupe, non seulement ça fait les muscles, ça peut même protéger en vous rendant moins “vulnérable” à la sériosité. Donnez-vous une chance. Le sens de l’humour est important. Toujours. Souriez en-dedans. Vous allez voir que, de très profond, ça veut rire. Qui, quoi veut rire? Épuisez pas tout ça en surface. Il est extrêmement plaisant de rester tranquille. Redondance: ne vous perdez pas en excitation de surface. En tout ce que vous faites, plongez en douceur profonde et laissez-la pénétrer la surface.

Tout est écriture. Le dessin. Il y aurait à dire sur la dynamique permanente du dessin dans l’univers.  Le génie du dessin à l’oeuvre de manière permanente. Le dessin toujours en mouvement.  L’art de Pablo Picasso.

Ne forcez jamais le sens. Vous allez errer. Laissez-le se présenter. Comme un poisson qui tourne autour de l’hameçon. Apprenez à pêcher. La pêche, ça ne trompe pas. Le poisson, vous le prenez ou vous le prenez pas. Ne vous en faites pas, tout le monde peut pêcher du poisson  —  et tout le monde en échappe  —  et tout le monde peut se tromper sur les dimensions …

Moins vous vous laisserez exciter par les “rencontres” et les “analogies” (accueillez-les dans la tranquillité pleine), plus vous aurez de chances de lire juste. Lisez en douceur. Mais soyez pas mou non plus. On ne peut jamais tout lire le nombre quand on le lit, quel que soit le nombre. On lit le nombre, n’importe quel, dans un contexte, à un moment donné. Dans une tranche de sens. Suivez le fil de. Tranche de sens. Il faut pratiquer. Si ça vous intéresse, ce sera agréable. Faites confiance à votre capacité de lire. Vous allez errer. Parfois. Ou souvent. Vérifiez. Corrigez le tir.

Il n’existe pas de “nombres sacrés” ou de “nombres magiques”, oubliez ça. Par exemple, “545”, ou “233”, ou “2671” (j’improvise) sont des nombres… Ne restez pas figé dans l’isolement naïf et limité de  0, 1,  2,  3,  4,  5,  6,  7,  8,  9.  Ne restez pas figé dans un seul sens ou à l’intérieur d’une seule définition.  Explorez les systèmes de nombres. Base 2, base 16, etc. Aimez les nombres et leur représentation. Les nombres sont des entités vivantes. Les nombres sont des entités marrantes. Lisez l’écrivain Colette. Ses textes sont spontanés, pleins de nombres. C’est une écriture “sauvage”. Ce sont souvent ces textes-là qui contiennent le plus de sens, le plus “d’encryptage”.  Quand vous éprouvez une “concentration” d’émotion ou d’énergie dans un texte, essayez de décrypter quelques mots du texte en étant attentif intérieurement. Ne vous laissez arrêter par aucun enseignement. Assimilez tout ce que vous trouvez – ne vous laissez pas figer par. Jamais bon. Vous êtes mieux d’errer en apprenant, que d’être figé dans le droit chemin d’un autre: on acquiert pas grand chose comme ça. Toutes les structures numérales de base existent en vous. Faites-vous confiance, vous vous tromperez souvent, puis quelques fois, puis de moins en moins. Et puis encore…, parce qu’il existe un principe d’imperfection dans l’univers. C’est lié au mouvement.

12

Il y aurait beaucoup plus à dire – mais à quoi bon, de toutes façons, tout ce que je pourrais dire ici, vous allez le découvrir  —  si vous ne le savez pas déjà.

Les dernières fois où j’ai “lu dans les nombres” de manière systématique, c’était vers la fin des années 1970s et au début des années 1980s.  Maintenant, je suis rouillé sous ce rapport (suffirait de m’y remettre…, mais c’est une autre histoire). Je peux cependant vous garantir qu’on peut lire dans les nombres. Vous allez être étonnés. N’importe quels nombres. Y compris évidemment les nombres directement écrits comme nombres (tableaux statistiques, par exemple, des chiffres publiés dans des ouvrages, des journaux, etc., des dates). Les nombres sont de l’écriture “multidimensionnelle”. Vous allez vous amuser sérieusement.

13

Important: le bon sens. “Fais confiance à Allah, mais attache ton chameau et demande toujours le prix des dattes avant d’acheter.” (J’ai allongé le proverbe.)

Il existe sur le marché des ouvrages remarquables concernant le rapport des mots et des nombres, particulièrement certains ouvrages portant sur la qabale hébraïque, et tout particulièrement les œuvres de Carlo Suarès (entre autres, “La Bible Restituée”); la grande qualité de Suarès est d’être libérant, généreux, fécond. En fait, Suarès est le seul que je recommanderais (je veux dire: parmi ceux qui sont considérés dans le public comme des “qabalistes” —  ça n’exclut pas les autres ouvrages et les autres auteurs recommandés plus haut). Commencez par ce qu’il y a de mieux.

14

Encore un peu d’ad lib…

Rapprochement arbitraire entre “verbe” et “électrodes”?

Apparemment.

Mais ce n’est pas plus arbitraire que “l’arbitraire” qui a fini par faire que le mot “eau”, en français, s’écrive de cette façon et non “O”, ou encore l’apparente absurdité qui veut que deux phonèmes aussi différents que “horse” et “cheval”, ou “eau” et “water” semblent bel et bien signifier la même chose dans la réalité “extérieure”.

Ces mots signifient la même chose mais ils ne sont pas la même chose.

Signifient-ils vraiment la même chose intérieurement?

Mentalement?

Émotivement?

Culturellement?

Par résonnance “infra-culturelle” ou “intra-culturelle”?

Au-delà d’un certain point, il existe bien une vibration commune (je ne dois pas l’oublier).  J’ai connu un yogi qui ne connaissait pas un mot de français mais qui comprenait le sens des questions qu’on lui posait dans cette langue. Il avait transcendé la zone du nom, de la forme, du nombre. Le titre de l’un des deux ouvrages fondamentaux de la qabale hébraïque, le Sepher Yetsira, peut se traduire par “Livre de la Formation” …

15

La qabale, elle, permet entre autres d’explorer la singularité jusqu’à cette limite vibratoire réalisée par le yogi dont j’ai parlé; ce qui passe au-delà de cette frontière, c’est vous. C’est vous qu’on reçoit.

La qabale porte sur les différences, les égalités, les rapprochements, les éloignements, les fusions, les chimies inattendues, superficielles ou profondes de l’être et des êtres à travers les symboles vivants des mots-formes-nombres. Toute forme est chiffrée. Tout est nom et forme (nama-rupa), et tout nom est nombre et toute forme est mensurable. Tout est quantité-qualité. Les deux. Les deux. Toute différence est une manifestation de conscience.

16

Je reproduis, plus bas, la même table qu’au début. Pourquoi pas. C’est une table  d’équivalences alphabétiques-numérales, la plus simple que je connaisse, une table d’équivalences des lettres et des nombres.

Du point de vue des signes conventionnels de la structure ordinale, il n’existe pas de différence entre la première lettre ou le premier nombre, entre la deuxième lettre et le deuxième nombre, etc.

La table qui suit s’inspire en partie de l’alphabet hébraïque et de l’alphabet grec classique (on trouve d’autres tableaux, dont ceux de ces deux derniers alphabets ici : Réception à la table des nombres.) ;  j’appelle “cycles chiffrés”, “c.c.”, la colonne de droite. La colonne de gauche, “s.o.”, est celle de ce que j’appelle “succession ordinale” (l’autre colonne aussi, celle des “cycles chiffrés”, “c.c.”, est en “succession ordinale” … ). J’ai donné un nom différent aux deux colonnes : elles sont différenciables…

Vous remplacez chaque lettre d’un mot par le nombre de la colonne de gauche (ou de la colonne de droite – vous utilisez l’une ou l’autre colonne, pas les deux à la fois… en tout cas, moi je fais pas ça, mais ça veut pas dire que… Quoique je ferais pas ça au départ, disons…) qui lui correspond et vous effectuez…

Vous effectuez les opérations qui vous tentent. Et vous observez. Vous apprenez quelque chose. On apprend toujours quelque chose. Et vous faites d’autres opérations. Vous observez encore. Et vous apprenez encore. Etc.

L’univers entier est forme, mouvement, nombres, noms, poésie, points, pétillements, … Prenez des bonnes marches. Déambulez. Souvent. Étirez-vous. Étirez-vous souvent. Complètement. À fond. Comme les chats, comme les félins, comme les chiens de chasse, comme un spitz finlandais.

Bon voyage.

Table_alphabet_francais__Loup_Kibiloki__02


PS. Je ne me prends évidemment ni pour un yogi ni pour un «maître». J’aime écrire, découvrir, jaser  – tout comme je peux me taire pendant des années…

PPS. Tout finit toujours par finir avant de recommencer —  mais jamais exactement de la même manière, ni au même endroit. Les événements peuvent rimer, mais on sait qu’une vraie rime n’est jamais la répétition d’un même mot.

PPPS. Une chose essentielle, en qabale, c’est de bien saisir la nature, la réalité du phénomène de ce que j’appelle l’ “ordinalité”, le phénomène de la succession ordinale que l’on retrouve partout, à chaque instant, autour de soi. On peut toujours identifier un premier objet, suivi d’un second, etc. Si l’ordre de l’alphabet était changé, ça créerait un chaos relatif – mais l’ordinalité demeure toujours, c’est un phénomène inhérent au mental humain dans sa perception des choses. Le chaos créé serait cependant significatif, au sens où il aurait une portée historique, une portée subliminale et mémorielle désintégrante qui serait d’ailleurs en phase avec la perte de repères et de connaissance propre au kaliyuga, et on peut méditer dessus. Mais si vous avez bien saisi la permanence – mentale – du phénomène d’ordinalité, vous transcenderez facilement le chaos parce que le mental peut débusquer facilement l’ordinalité dans n’importe quel contexte – et donc peut le calculer. Les nombres sont là. Ils sont toujours là.  Apprenez à lire autour de vous. Tout ce que vous lirez s’écrit en ce monde avec des points. Tout point – entre autres choses – succède à un autre (il a d’autres caractéristiques aussi). Ainsi peut le lire le mental, toujours. Mektoub («mektoub», littéralement, «ce qui est écrit», mais à partir du moment où «c’est écrit», c’est en mouvement, «tout s’écrit», tout le temps, et on peut apprendre à «lire» et à «écrire»).

Tout s’écrit. Au sens de “tout est s’écrivant“.

Loup – avec Jr


© Copyright 2009, 2011, 2015 Hamilton-Lucas Sinclair (Loup Kibiloki, Jacques Renaud, Le Scribe), cliquer


Blogsurfer.us – Icerocket

6 Responses to Le chiffre d’ «électrodes», et le chiffre de «verbe», qui n’est pas celui de «verb» (ni, d’ailleurs, celui de «logos») ..

  1. Certains spams sont marrants, parfois frappants … )) ( comme celui de «cellulite reduction», en-dessous; je l’ai laissé )

  2. Pingback: Beheading or stoning people to death is horrible, no doubt | Électrodes

  3. It’s actually very complicated in this busy life to listen news on TV, so I only use internet for that reason, and get the hottest news.

  4. Pingback: La fin du monde et le fin du monde.. | Électrodes

  5. Pingback: Le Crayon-feutre de ma tante a mis le feu – nouvelle | Électrodes

  6. Pingback: La fin du monde… | Électrodes

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s