La chambre à louer, le nerd entêté, et les quinze règlements aplatis

Source : cliquer sur l’image. (C’est Ésope.)

Le nerd entêté voulait louer une chambre.

Il consulta les petites annonces.

Une dame offrait une chambre dans l’appartement qu’elle occupait.

Le nerd entêté s’y rendit.

La chambre offerte par la dame était invraisemblablement surencombrée de bibelots et d’objets de toutes sortes entassés sous et sur la commode et dans les tiroirs entrouverts; des boîtes de carton bedonnantes s’empilaient en équilibre instable contre les quatre murs jusqu’au plafond, il y en avait même sur le lit, on pouvait pas circuler. Le loyer était trop élevé, même pour une chambre normale.

Le nerd entêté décida évidemment de pas louer. La dame imposait en plus une longue page de règlements à observer, numérotés de 1 à 15, que le nerd entêté parcourut par curiosité.

– Chaque règlement est incontournable et doit toujours être appliqué, dit la dame pendant que le nerd entêté achevait de lire la liste.

– J’ai pas l’intention de m’transformer en saucisson coïncé ou en hamster ligoté, dit le nerd à la dame en lui rendant poliment la liste des 15 règlements tous plus capricieux et tâtillons les uns que les autres. J’aime mieux coucher dehors.

– Ah … , fit la dame, à la fois hautaine, mi-amusée, mi-interloquée.

Le nerd se dirigea vers la sortie, entrouvrit la porte et aperçut la mésange qui s’approchait rapidement en faisant pffrritt. Elle se posa tout près sur le garde-fou du balcon.

– Faut penser aux autres, dit la mésange au nerd entêté,

Le nerd entêté hésita un moment.

Puis il referma la porte, revint sur ses pas, se dirigea vers la dame.

– Votre page de règlements est mal rédigée, dit-il à la dame. Il manque un règlement.

– Ah oui?, fit la dame.

– Oui, dit le nerd. Il vous faut un seizième règlement. Rien ne dit dans votre liste que le locataire s’engage à observer les règlements, et vous ne faites même pas signer le document.

– Ah, c’est vrai, dit la dame … Qu’est-ce que j’devrais faire?

– J’vais vous rédiger un seizième règlement qui va tout résoudre, dit le nerd entêté.

– C’est gentil de votre part, monsieur Nerd, dit la dame qui semblait ravie.

Le seizième règlement … L’arcane XVI du Tarot de Marseille, dit « La Maison Dieu ». Image du Tarot de Marseille de Camoin – Jodorowsky. Source : Haikus, poésie et Tarot de Marseille  –  cliquer sur la tour.

Elle tendit un bic au nerd entêté qui s’attabla dans la cuisine et rédigea sur le champ un seizième règlement au bas de la page:

Règlement 16 – Le locataire s’engage à respecter en tout temps et à appliquer les 16 règlements de la liste et à ne jamais déroger à ces derniers, et ce en toutes circonstances, à moins qu’il ne désire s’en écarter, ce qu’il  pourra faire à la condition de le mentionner.

Le nerd tendit la feuille de règlements à la dame.

– Et vous faites signer le locataire, dit le nerd, et vous paraphez.

– Merci infiniment, monsieur Nerd, dit la dame après avoir lu le seizième règlement.

– Je n’ai aucun mérite, dit le nerd entêté, j’ai copié l’idée dans la Constitution canadienne de 1982, c’est un copycat de l’article 33 de la Charte des droits et libertés, l’article du pouvoir dérogatoire, la «clause nonobstant» …

– Oh! Vous êtes drôle!, dit la dame en riant pendant que le nerd entêté se dirigeait vers la sortie. Et où avez-vous lu tout ça?

Ce pauvre prétentieux complexé tente de se donner des airs, pensait la dame sans le dire.

Le nerd entêté ouvrit la porte pour sortir.

– J’ai lu ça dans un vieux livre poussiéreux qui traînait par terre dans une vente de garage et dont personne ne voulait, dit le nerd entêté en se tournant vers la dame …

– Ah, fit la dame sur un ton maternel et avec un regard de pitié.

Les prétentions encyclopédiques du nerd entêté lui inspiraient une condescendance amusée.

– … Et le pouvoir dérogatoire de l’article 33 de la Charte des droits et libertés canadienne de 1982, ajouta le nerd entêté, est un copycat de l’article 2 de la Loi d’Habilitation nazie du 23 mars 1933, y a des articles détaillés là-dessus sur un blog

– Oh!, fit la dame en riant de plus belle, vous êtes vraiment un vrai nerd, monsieur Nerd!

Elle pensait : Pauvre garçon, il devrait se faire soigner, ça dépasse les bornesMais son seizième règlement est une excellente idée, très respectueuse, très polie, et ça ne m’a rien coûté …

– Surtout n’oubliez pas de faire signer la liste par le locataire et de parapher, lança encore le nerd entêté comme s’il avait entendu la dame penser.

– Oui, oui, répondit la dame.

Le nerd entêté referma lentement la porte de sortie et descendit sur le trottoir.

La mésange vint se poser en bruissant sur l’épaule du nerd entêté.

– C’est pas très gentil c’que t’as fait là, lui dit la mésange avec une pointe d’ironie canaille. Avec ton seizième règlement, t’as complètement aplati les 15 règlements de cette pauvre dame qui ne semble même pas s’en rendre compte …

– C’est la vie, répondit le nerd entêté à la mésange, on survit comme on peut en ce monde et tu l’as dit, il faut penser aux autres, c’est ce que j’ai fait.  J’ai pensé au locataire à venir, si jamais il advenait que quelqu’un puisse un jour accepter de louer cette cage et de vivre coïncé dans cet étouffant fourre-tout, au moins il pourra à son soûl déroger en tout temps et en toute légalité contractuelle à tous les règlements de la dame simplement en invoquant le seizième, c’est clair : « à moins qu’il ne désire s’en écarter, ce qu’il  pourra faire à la condition de le mentionner … ». Voilà. Si c’est bon dans la Constitution canadienne pour shafter les populations comme ça l’était pour Adolf Hitler et pour les mêmes raisons, c’est bon qu’on s’en serve à notre tour pour shafter les étouffements des autorités, grandes ou petites. Et le locataire en sera moins hamster …

– … Et peut-être un peu plus mésange, lança l’oiseau en s’envolant.


Morale (s) :

La morale de cette fable est qu’un cliché («faut penser aux autres») lancé par une mésange peut changer le cours des choses dans la vie d’une personne qui cherche une chambre, qui ne s’est pas encore pointée, et qu’on ne connait pas.


La morale de cette fable est que les destins respectifs d’une mésange qui parle et d’un nerd entêté peuvent se croiser dans une fable qui parle d’une dame et d’une chambre encombrée.


La morale de cette fable est qu’une dame qui veut louer une chambre où y a pas de place est certainement une originale qui s’ignore, et qui est destinée à attirer malgré elle, pour en prendre conscience, un nerd entêté, sensible aux mésanges, qui rédigera le seizième règlement.


La morale de cette fable est que, dans une fable, on peut ne pas mentionner que la dame va bien s’apercevoir que le règlement 16 démolit virtuellement toute sa liste de règlements et qu’elle va effacer ce règlement.


La morale de cette fable est qu’il est tout aussi vraisemblable, comme l’existence elle-même l’illustre la plupart du temps, que la dame conserve le règlement 16 sans jamais réaliser sa portée réelle – à moins de trouver un locataire qui invoquera surabondamment ce règlement et qui en poussera l’application jusqu’à ses ultimes limites de la liberté de vivre. Pour qu’une telle chose puisse se produire, il faudrait que la dame vide d’abord la chambre …


La morale de cette fable est que « penser aux autres » implique qu’on s’abstient de penser à tous ces « autres autres » qu’il faut exclure pour ne penser qu’à ces « autres » dont l’existence implique, évidemment, qu’il en est d’autres que ces « autres », et qu’on appelle, pour cette raison, les « autres autres ». Si vous faites partie des « autres autres », il va de soi que quelqu’un qui pense toujours aux « autres » ne pense jamais à vous – sinon avec une fugacité d’une insignifiance telle qu’elle confine au néant – et votre tour, tout comme le sien, d’ailleurs, ne viendra jamais puisque ces autres auxquels elle pense toujours, par définition, seront toujours d’autres, jamais les mêmes – et finalement « les autres » comme « les autres autres » sont deux expressions qui désignent la même irréalité. Bref, une personne qui pense toujours aux autres, au fond ne pense jamais à personne. Mais le vrai problème ici est que cette morale de la fable n’est pas du tout illustrée par la fable, ou si elle l’est, je ne vois pas où. Gros hic. On est tenté de penser qu’il pourrait s’agir d’une morale  de fable sous-contractante flottante cherchant à changer de fable, ou tombée par accident d’une autre fable à laquelle on ne pense pas, une fable errante à laquelle personne ne pense et qui pourrait, pour cette raison, entrer tout autant dans la catégorie des « autres » que dans celle des « autres autres », catégories sur lesquelles la pensée qui pense aux autres glisse sans fin vers d’autres auxquels penser, et auxquels la pensée qui pense aux autres, forcément, ne pense pas et ne pourra évidemment jamais penser. C’est complètement débile quand on y pense. Pour cette raison, n’y pensons plus. (Pauvre mésange, quand elle va lire ça.)


Cette cascade de morales suggère qu’on peut certainement en trouver d’autres et que la plus importante de toutes n’a peut-être même pas été mentionnée.

 


© Copyright 2011 Hamilton-Lucas Sinclair (Loup Kibiloki, Jacques Renaud, Le Scribe), cliquer


Les oeuvres de fiction de Jacques Renaud qu’on trouve sur ce blog :   Le Cassé, la novella, avec les nouvelles; la vraie version originale et intégrale, la seule autorisée par l’auteur.   —   Le Crayon-feutre de ma tante a mis le feu, nouvelle.   —   L’Agonie d’un Chasseur, ou Les Métamorphoses du Ouatever, novella.

La Naissance d’un Sorcier, nouvelle.   —   C’est Der Fisch qui a détruit Die Mauer, nouvelle.   —   Émile Newspapp, Roi des Masses, novella.   —   Et Paix sur la Terre (And on Earth, Peace), nouvelle.

L’histoire du vieux pilote de brousse et de l’aspirant audacieux, nouvelle  –  Le beau p’tit Paul, le nerd entêté, et les trois adultes qui disent pas la même chose, nouvelle

La chambre à louer, le nerd entêté, et les quinze règlements aplatis  —   La mésange, le nerd entêté, et l’érudit persiffleur   –  Jack le Canuck, chanson naïve pour Jack Kerouac,  poème  —    L’histoire de l’homme qui aimait la bière Molson et qui fut victime de trahison

Loup Kibiloki ( Jacques Renaud ) :  La Petite Magicienne, nouvelle;  Héraclite, la Licorne et le Scribe, nouvelle.


Beaucoup de poèmes de Jacques Renaud ( Loup Kibiloki )


Sur Le Cassé de Jacques Renaud, des extraits de critiques

Jadis, la liberté d’expression régnait dans ma ruelle, ou La ruelle invisible

Le Cassé de Jacques Renaud : le vrai, le faussé, le faux  (A-t-on voulu détruire la carrière de l’auteur ?)

Sorel : En 2012, on y censure Dieu et Edith Piaf. En 1971, on y censurait Le Cassé de Jacques Renaud…

And on Earth Peace, Le Cassé, le joual, Jacques Renaud  (Sur Jacques Renaud, l’époque du Cassé, le “joual”.)


Loup Kibiloki ( Jacques Renaud )  :    Plusieurs suites poétiques de Loup Kibiloki ( Jacques Renaud )   –  Beaucoup de poèmes de Jacques Renaud ( Loup Kibiloki )  –  Des poèmes à Shiva –   Des histoires, des comptines, des contes.  En prose ou en versets libres.  Parfois bizarres, parfois pas.   –   Toutes les terrasses du monde s’ouvrent sur l’infini. On va prendre un café ensemble. Poème. « Toujours, tu rencontreras Rimbaud dans les rues vermillonnes et safranées de Marrakech … »


Suites poétiques, Loup Kibiloki ( Jacques Renaud )  :   Les Enchantements de Mémoire  – Sentiers d’Étoiles  –  Rasez les Cités  –  Électrodes  –  Vénus et la Mélancolie  –  Le Cycle du Scorpion  –  Le Cycle du Bélier  –  La Nuit des temps  –  La Stupéfiante Mutation de sa Chrysalide


Blogsurfer.us –  Icerocket

About Jacques Renaud

Écrivain.
This entry was posted in Articles, billets, essais., Fables, Fiction, Fiction - Loup Kibiloki, Le nerd entêté and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

122 Responses to La chambre à louer, le nerd entêté, et les quinze règlements aplatis

  1. Pingback: L’histoire du vieux pilote de brousse et de l’aspirant audacieux | Électrodes

  2. Pingback: L’Agonie d’un chasseur, ou Les Métamorphoses du Ouatever. | Électrodes

  3. Pingback: C’est Der Fisch qui a détruit Die Mauer. Berlin, le Mur, la Mitre. Et Jean-Paul II. | Électrodes

  4. Pingback: Le Scorpion à Bicyclette | Électrodes

  5. Pingback: L’Avenir sur une île comme un navire échoué | Électrodes

  6. Pingback: La Colombe et la Brisure Éternité. Poème et symbole. | Électrodes

  7. Pingback: Le Crayon-feutre de ma tante a mis le feu – nouvelle | Électrodes

  8. Pingback: La Naissance d’un Sorcier. | Électrodes

  9. Pingback: Canada : Avez-vous jamais remarqué la présence du pape sur la monnaie canadienne ? | Électrodes

  10. Pingback: L’avortement, le foetus, Morgentaler et la peine de mort : les holocaustes préventifs | Électrodes

  11. Pingback: Rimbaud, le Bateau ivre, et un « lapsus-coquille ». Je est un autre. | Électrodes

  12. Pingback: Blaise Cendrars. Prose du Transsibérien. « En ce temps-là, j’étais en mon adolescence … » | Électrodes

  13. Pingback: Le Cassé de Jacques Renaud : le vrai, le faussé, le faux | Électrodes

  14. Pingback: And on Earth Peace, Le Cassé, le joual, Jacques Renaud. | Électrodes

  15. Pingback: Jadis, la liberté d’expression régnait dans ma ruelle | Électrodes

  16. Pingback: Une “Charte des valeurs québécoises” anti-libertés qui sème la violence | Électrodes

  17. Pingback: Montréal tannée, Montréal monnayée, Montréal en maudit. Extrait de Le Cassé de Jacques Renaud. | Électrodes

  18. Pingback: L’Origine en l’origine ressaque. Poème. | Électrodes

  19. Pingback: Was there an earthly paradise? What was it? Where was it? | Électrodes

  20. Pingback: Et paix sur la terre – une nouvelle de Jacques Renaud | Électrodes

  21. Pingback: La mésange, le nerd entêté, et l’érudit persiffleur | Électrodes

  22. Pingback: Mon âme est un enfant qui pleure. Courte prière et court poème. | Électrodes

  23. Pingback: Sentiers d’Étoiles. Un septième. Poésie. | Électrodes

  24. Pingback: L’enfant de Récurebourg. Mémoire lointaine. | Électrodes

  25. Pingback: Le Cliquetis de la Croquignole. Conte bizarre. | Électrodes

  26. Pingback: Histoire de Loup-Garou. Fragments d’une chronique ancienne charcutée. Conte bizarre. | Électrodes

  27. Pingback: La secte guerrière de la déesse Midum: la Main Invisible du Marché. La Crosse, le Doigt et le Canon. | Électrodes

  28. Pingback: Hommage au Loup Blanc | Électrodes

  29. Pingback: Les lignes tracées par l’or et le sang traversent tous les coeurs | Électrodes

  30. Pingback: Toutes les terrasses du monde s’ouvrent sur l’infini. On va prendre un café ensemble. | Électrodes

  31. Pingback: La Stupéfiante Mutation de sa Chrysalide. Une huitième suite poétique | Électrodes

  32. Pingback: Cubic orange or arc-en-gel | Électrodes

  33. Pingback: Montréal est une poudrière | Électrodes

  34. Pingback: A little sleep, you’ll hear a little voice | Électrodes

  35. Pingback: All Café-Terrasses are Vistas on Infinity. Let’s have coffee together. | Électrodes

  36. Pingback: Le Cycle du Scorpion, suite poétique | Électrodes

  37. Pingback: La Nuit des temps, une autre suite poétique, et comment elle s’est écrite | Électrodes

  38. Pingback: Aphrodite, Hermes, Hermaphrodite – Vénus, Mercure, Mercuravénus. | Électrodes

  39. Pingback: L’histoire du vieux pilote de brousse et de l’aspirant audacieux. | Électrodes

  40. Pingback: Le Cycle du Bélier, suite poétique | Électrodes

  41. Pingback: Électrodes, suite poétique. | Électrodes

  42. Pingback: Le Scorpion à bicyclette. Poème loufoque et bizarre. | Électrodes

  43. Pingback: Émile Nelligan’s Winter Evening : Video of a new English translation of Soir d’Hiver (Comme la neige a neigé!) | Électrodes

  44. Pingback: With gong and bong. Limerick. | Électrodes

  45. Pingback: Blaise Cendrars. Prose du Transsibérien. « En ce temps-là, j’étais en mon adolescence … » | Électrodes

  46. Pingback: Vague de mémoire. Petit tableau d’été. | Électrodes

  47. Pingback: Trois barques de pêcheurs sur l’armure de la mer | Électrodes

  48. Pingback: Les Délirantes. Poème apocalyptique à saveur médiévale. | Électrodes

  49. Pingback: Un ciel, un creux, un abîme | Électrodes

  50. Pingback: La logique est une muette qui ne cesse de nous faire signe | Électrodes

  51. Pingback: Rasez les Cités. Un sixième ouvrage de poésie. | Électrodes

  52. Pingback: Ève, fille des mers | Électrodes

  53. Pingback: Toi qui seras Orphée, un fleuve ornera ta lyre. Poème. | Électrodes

  54. Pingback: Ode à la Dame au Lys | Électrodes

  55. Pingback: Jack le Canuck. Chanson pour Jack Kerouac. | Électrodes

  56. Pingback: Tu cours partout. Chanson de plage et d’été, tendre, kétaine et rythmée. | Électrodes

  57. Pingback: Rien n’est plus doux qu’un grand écueil où la folie enfin repose | Électrodes

  58. Pingback: Le pas noir et profond des racines qui marchent | Électrodes

  59. Pingback: Les gigues millénaires tonner | Électrodes

  60. Pingback: La Licorne. Poème venu d’une blancheur médiévale. | Électrodes

  61. Pingback: Elle joue aux billes, aux bulles, aux boules et aux étoiles | Électrodes

  62. Pingback: Le néant, la foule et ses masques | Électrodes

  63. Pingback: Poème pour Nathalie | Électrodes

  64. Pingback: Dans l’evening pétillant des néons cramoisis | Électrodes

  65. Pingback: Les pieds noirs de terre | Électrodes

  66. Pingback: Le long d’une rivière nommée Sauvage. Poème. | Électrodes

  67. Pingback: Celle qui garde la rhubarbe sauvage | Électrodes

  68. Pingback: Shiva bruisse. Poème. | Électrodes

  69. Pingback: La bardane et le fer. Poème. | Électrodes

  70. Pingback: La Toupie, la Ballerine et le Miel | Électrodes

  71. Pingback: La pluie, de ses dents rondes et bleues | Électrodes

  72. Pingback: C’est la dégustation qui nous articule et nous prononce | Électrodes

  73. Pingback: Toutes les lignes sont vives et se lisent | Électrodes

  74. Pingback: L’Art par le feu. Poème. | Électrodes

  75. Pingback: La clé du réel est qu’il n’a jamais été cadenassé | Électrodes

  76. Pingback: Une barque pleurer. Barque triste, papillon à voile. | Électrodes

  77. Pingback: Chiffre secret enfoui dans la galène | Électrodes

  78. Pingback: L’unique dame de la nuit | Électrodes

  79. Pingback: Elle a trop bu de jus d’ tortue (poème ou comptine ou chanson – mélodie inconnue). | Électrodes

  80. Pingback: Je vends l’ode au détail | Électrodes

  81. Pingback: L’heure est au silence du soleil | Électrodes

  82. Pingback: L’envol des hirondelles. Comme un bruissement d’eau qui ruisselle. | Électrodes

  83. Pingback: La Dérivade astrale | Électrodes

  84. Pingback: Le plaisir éclatait dans tes cils | Électrodes

  85. Pingback: La Fable du Poème au Fil de l’ Eau. | Électrodes

  86. Pingback: L’Immensité qui déambule | Électrodes

  87. Pingback: Dormir conscient, les yeux fermés, le son qui vit | Électrodes

  88. Pingback: La Terre va te manger ou Les cellules s’excitent avant l’explosion | Électrodes

  89. Pingback: Pâques à New York. Blaise Cendrars. Tu reviens quand, Blaise? | Électrodes

  90. Pingback: Tristan Tzara. Sur le Chemin des étoiles de mer. « Quel vent souffle sur la solitude du monde … » | Électrodes

  91. Pingback: Le beau p’tit Paul, le nerd entêté, et les trois adultes qui disent pas la même chose | Électrodes

  92. Pingback: Les loups et la naissance de ton armée | Électrodes

  93. Pingback: Le Vaisseau d’Or. A new English translation of Émile Nelligan’s masterpiece | Électrodes

  94. Pingback: La Route crie dans mes oreilles – un autre poème bizarre | Électrodes

  95. Pingback: Une araignée d’étoiles. Stars, and a spider | Électrodes

  96. Pingback: The Damned Canuck. New English translation of Gaston Miron’s poem. With original French version. | Électrodes

  97. Pingback: L’immensité coordonnée, l’indicible demeure | Électrodes

  98. Pingback: L’oiseau prend proie. Poème. | Électrodes

  99. Pingback: Un enfant naît, le pouce aux lèvres, les yeux conscients | Électrodes

  100. Pingback: La Vie Croissait | Électrodes

  101. Pingback: Lettre d’ Eau. J’ai assez vécu pour savoir combien j’ai voulu être ici. | Électrodes

  102. Pingback: Blog en construction. I’m building it. Blog under construction. | Électrodes

  103. Pingback: Dans une trappe de trolls. La guerre ou la paix du rossignol. Poème. | Électrodes

  104. Pingback: La soeur d’Absalon ou Le ciel et l’enfer interdits aux comiques | Électrodes

  105. Pingback: Vénus et la mélancolie, suite poétique. | Électrodes

  106. Pingback: Srî Aurobindo, la prison d’Alipore, et son poème «Invitation» : nouvelle traduction française. | Électrodes

  107. Pingback: En roulant sur la 417 ou Les ravages de Pangloss : Pierre Trudeau, Candide, Justin, et la mort d’une illusion | Électrodes

  108. Pingback: Dans son silence de soie brune, le loup-cervier | Électrodes

  109. Pingback: La branche qui parle et le loup-cervier | Électrodes

  110. Pingback: L’eau, le feu, le pas du temps | Électrodes

  111. Pingback: L’histoire de l’homme qui aimait la bière Molson et qui fut victime de trahison | Électrodes

  112. Pingback: Comme une bombe d’eau or like a water bomb | Électrodes

  113. Pingback: Orange carrée dans ses mains bleues | Électrodes

  114. Pingback: Orange pelée – poème. | Électrodes

  115. Pingback: La beauté est dans l’oeil de celui qui regarde. La laideur aussi. Les deux existent aussi objectivement. La vie est complexe. Bref, joyeux Noël. | Électrodes

  116. Pingback: Crassus le Gigueur ou Comment ouvrir le sol sous les armées. Une variante du Pied Piper de Grimm. | Électrodes

  117. Pingback: La violence policière dans les municipalités du Québec | Électrodes

  118. Pingback: Le danger d’être canadien, le danger d’être québécois – 4 | Électrodes

  119. Pingback: Le danger d’être canadien, le danger d’être québécois – 3 | Électrodes

  120. Pingback: Le danger d’être canadien, le danger d’être québécois – 2 | Électrodes

  121. Pingback: Le danger d’être canadien, le danger d’être québécois – 1 | Électrodes

  122. Pingback: L’intimidation policière dans les municipalités du Québec | Électrodes

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s