Les leaders éphémères. Ou effémères. 1/2. Le couple Brigitte Trogneux-Emmanuel Macron. Norman Bates, Psycho d’Hitchcock, Oedipe Roi. (Carnet de Notes)

Les leaders éphémères. Ou effémères. 2/2. Les impressions que me laissent les Macron, Trudeau, Scheer, Klaver, Bartley, Guaido, Obama, etc.

______________________________

This slideshow requires JavaScript.

______________________________

« Le couple Trogneux-Macron…  Depuis qu’ils sont apparus sur la scène publique, ces deux-là ne cessent de me rappeler Oedipe Roi de Sophocle..

« .. Et Psycho, d’Hitchcock.

« Psycho.  La mère osseuse, orbites énucléées (ce n’est pas le cas de Brigitte mais le thème est certainement traité autour de la table).  Le fils possédé par cette mère morte et empaillée, vraisemblablement empaillée par lui.  Le fils demeuré attaché à ce sein séché d’où maman, ou quelquechose qui traverse la mère morte, inspire et ordonne les massacres successifs auxquels se livre ce bon garçon serviable qu’est Norman, empailleur amateur et gérant du motel familial  –  ou plutôt, du motel maternel.

« Et tout ce qui sort de la bouche du fils, on finit par le réaliser à la fin du film, c’est sa mère qui le dit.. »

______________________________

Note.  Article rédigé en anglais, diffusé le 10 septembre 2017.  Traduit et adapté en français fin 2018, début 2019.

______________________________

Le couple Trogneux-Macron.

Brigitte Trogneux fit main-basse sur Emmanuel Macron, l’un de ses élèves, quand ce dernier avait 15 ans.  Madame Trogneux en avait 40.  C’était en 1992. 

Brigitte Trogneux.  Mommy..

Trogneux était son professeur de théâtre.  Brigitte Trogneux avait 25 ans de plus que l’ado.  Devint sa maîtresse?  Plutôt sa matrone.

Trogneux était mariée à un banquier.  Brigitte Trogneux joue safe :  Elle ne va divorcer du banquier que 14 ans plus tard, en 2006.  L’époux est riche mais pas le petit Macron.  Pas encore.  Durant ces 14 années, ce sera vraisemblablement “fric d’un bord, sexe de l’autre”.  Femelle comblée.

Brigitte a du pif.  Et certainement de l’entregent acquis par son mariage à un banquier.  Dès 2007, quelques mois seulement après son divorce, Brigitte épouse l’Inspecteur des Finances Emmanuel Macron.  Une vraie calculette, Brigitte.  Chaque chose en son temps.

Quelques mois plus tard, dès 2008, Emmanuel monte en grade, et Brigitte n’y est vraisemblablement pas pour rien:  Manu devient Banquier d’Investissement chez Rothschild & Cie.

D’un banquier vieillissant à un jeune banquier grimpant:  Trogneux fait terriblement penser à une classique gold-digger.  Avec un instinct hypergame, naturellement, comme toutes les femmes, mais son instinct à elle est vraiment pas piqué des vers, c’est le moins qu’on puisse dire.

Le couple Trogneux-Macron n’eut évidemment jamais d’enfants.  Mais, en août 2017, le couple présidentiel annonça solennellement au peuple qu’il avait adopté un petit chien qu’on avait nommé Némo [18] .   Hum?!  Non, le couple présidentiel n’a jamais adopté de migrant.  Le poids des invasions étrangères, c’est à vous, la populace, de le subir, pas à nous.  Bandes de fainéants !  Portez le fardeau, subissez-le, fermez-la, endurez, soyez gentils, et dites «merci», — ou on vous arrache un membre.

Brigitte avait 40 ans quand elle mit le grappin sur Emmanuel (âgé de 15 ans, alors) en 1992.  Brigitte Trogneux est maintenant agée de 70 ans.  Macron en a 40.  La vieille dame me donne froid dans le dos.  Inexplicable.  Quelquechose.  Je ne parle pas de ses échasses osseuses, ridicules, maigrichonnes.  Je sens quelquechose de “décroché” émanant du couple, surtout de Macron. Quelquechose de..  “psychotique”?  Quelquechose.


 La maman de Norman Bates

Trogneux-Macron.  Le couple me donne parfois la chair de poule. Inexplicablement.

Depuis qu’ils sont apparus sur la scène publique, ces deux-là ne cessent de me rappeler Oedipe Roi de Sophocle, oui..

.. Mais aussi Psycho, d’Hitchcock.

Psycho.  La mère osseuse, orbites énucléées (ce n’est pas le cas de Brigitte mais le thème est certainement traité autour de la table).  Le fils possédé par cette mère morte et empaillée, vraisemblablement empaillée par lui.  Le fils demeuré attaché à ce sein séché d’où maman, ou quelquechose qui traverse la mère morte, inspire et ordonne les massacres successifs auxquels se livre ce bon garçon serviable qu’est Norman, empailleur amateur et gérant du motel familial  –  ou plutôt, du motel maternel.

Et tout ce qui sort de la bouche du fils, on finit par le réaliser à la fin du film, c’est sa mère qui le dit, –  comme dans une sinistre inversion caricaturale de certains passages des évangiles :  Norman est entièrement possédé par la mère, il n’a pas de parole ou de volonté qui lui soient propres, tout lui vient de sa mère – ou d’une sorte de sinistre “système psychique matriarcal” et infernal qui domine le train-train..

Il n’y a pas de père. Le père biologique est décédé. Puis le beau-père qui lui avait succédé a disparu.  La mère était une mère-célibataire.  Elle l’est toujours :  au-delà de la mort, la mère-célibataire possède et mène le fils.  À travers son large sourire momifié.  Arborant de manière permanente de grandes dents blanches qui semblent s’ouvrir sur un trou noir, sidéral et profond, toujours prêt à gober les étoiles suicidaires qui errent et qui cognent à la porte du motel, en quête de sommeil..  Kali.

______________________________

 

Sophocle.  J’aime mieux parler de Sophocle.  Ce que j’en sais.  Oedipe Roi.  Le roi Laïos tué par son fils (Oedipe).  Puis la reine, Jocaste, qui épouse et couche avec son fils qui a tué le roi Laïos, son époux.  Mais aucun des protagonistes ne sait quoi que ce soit de ces liens familiaux.  Aucun d’entre eux n’en est conscient. Inconscience mur-à-mur.  Il faut lire Oedipe Roi.

La relation Trogneux-Macron ressemble à une sorte de réalisation prophétique, celle d’une “prophétie freudienne” à portée collective aux plus hauts échelons de l’État.  Mais mieux encore, ou concuremment, la relation Trogneux-Macron fait penser à une prophétie grecque, celle que Sophocle offre à travers le roi Oedipe qui règne sur une Thèbes malade, accablée de maux dont Oedipe ne sait pas qu’ils sont causés par ce qu’il ignore: qu’il a tué son père puis épousé sa mère.  Son ignorance, son inconscience, en sont responsables.  Tout autant que celles de Jocaste.

Le destin de Macron, comme celui d’Oedipe, c’est celui d’un scapegoat.  C’est celui d’un être juvénile et inconscient, psychiquement figé à l’adolescence dans un champ de sentiments fleurs-bleus, qui couche tous les jours avec sa mère sans le savoir, et qui sera cassé en le réalisant, et alors il sera chassé, ou tué, ou s’exilera lui-même, en déchéance, en cette existence, dans une autre, ou ailleurs.  Après avoir été auparavant célébré comme un demi-dieu.  Comme l’étaient les boucs émissaires chez les Grecs anciens avant d’être sacrifiés.  Et comme ils le sont toujours, c’est le script.  Méfiez-vous de la notoriété, des louanges massives, et des trop gros et trop beaux cadeaux.  Pas seulement de ceux des Grecs.

Oedipe ne savait pas que l’homme qu’il avait tué, en combat loyal (de part et d’autre), sur la route, était le roi Laïos chez qui il se rendait, et que le roi Laïos était son père biologique.

Le roi Laïos ne savait pas que ce jeune homme qui le terrassait et lui donnait la mort était son fils devenu un «étrange», comme on dit en Haute Matawinie.  La reine Jocaste, l’épouse de Laïos, maintenant veuve, ne savait pas que ce jeune homme nommé Oedipe, qui venait d’arriver à la cour, était celui qui avait tué le roi, son mari, et père biologique d’Oedipe.

Tous ignoraient qui était qui, qui était quoi.  Jocaste ne savait pas non plus qu’Oedipe était son fils quand ils s’unirent, après-coup, tous les deux.  Oedipe ne savait pas que Jocaste, cette reine qui devenait sa femme, était sa mère.

Le jour où elle, Jocaste, le réalisa, elle se pendit;  Oedipe se creva les yeux et s’exila in the wilderness.  Scapegoaté par le destin.  Je parie que Brigitte Trogneux ne fera jamais ça, se suicider – mais.. reste à voir.  Quant à Macron, l’exil “in the wilderness“, sous une forme ou une autre, n’est pas impossible.

En attendant, l’histoire d’horreur se poursuit dans les entrailles de l’inconscient collectif de l’humanité — ou dans les zones des démons et des dieux de l’extra-monde (choisissez vos termes).  C’est dans l’extra-monde que les choses se décident vraiment, d’où l’importance de la prière, —  et de la sainteté  —  mais il y a longtemps que la France ne prie plus, ou prie mal, ou ne sait plus vraiment comment le faire, ou crache carrément sur la chose, méprisant ainsi ses armes les plus radicales.  Le surmoi athée qui piège la France depuis des siècles est un tyran infâme et sans pitié qui assèche tout.  Le Québec, sous ce rapport, essentiellement, est la proie d’un mal similaire.  Plus tranquille.. Évidemment.  Mais non moins réel.

Bref.  Macron.  Oedipe. Une extraordinaire histoire d’inconscience mur-à-mur.

Emmanuel Macron non plus ne sait pas que sa femme est sa mère.  Ou plutôt, comment dire?, que c’est sa mère qui est sa femme (sa femme est un “être-mère-de-lui” (!!)).  Emmanuel en est inconscient.  Imprégné de la chose, et inconscient.

Pauvreté (Poverty) – Tableau de l’artiste américain Bear (Kwame Monroe), décédé en 1984. Don de Carroll Janis et Conrad Janis au Brooklyn Museum. © Brooklyn Museum.

Mais le script archétypal, c’est le script archétypal,  –  et le surmoi athée qui domine les esprits veille à maintenir étanche, en lui, sous sa coupole étouffante, le piège de l’inconscience qui donne aux forces du script archétypal toute la latitude nécessaire pour s’accomplir sans entraves sérieuses.  À l’horizon :  guerre de tous contre tous?

La puissance de ce fait vivant, — la dynamique archétypale thébaine ou oedipienne, —  est présentement portée aux nues et au top de l’État par une immanence puissante, qui existe vraisemblablement depuis la “fondation du monde”, dont les symphonies sont cycliques, qui oeuvre en vertu de ses  dynamismes propres, de ses lois inhérentes, de ses rythmes emportants, –  et non en fonction de ceux des êtres coupés de l’être, que ces vagues portent, soulèvent, et broient.

À moins que ces êtres possédés ne transgressent la tyrannie du surmoi athée, ne deviennent conscients des racines qui les lient à l’extra-monde, et plus encore, au Divin, à tout ce champ bien réel qu’on appelle aujourd’hui, de manière typiquement ambiguë, “l’inconscient”.

“Inconscient”, mon oeil.

______________________________

 

L’inconscience d’un Emmanuel Macron n’est pas unique.  Mais elle est remarquable et elle colore évidemment toute sa politique, le contraire serait impossible.  EM est demeuré ado et fleur-bleue.  De sentiments fleurs-bleus.  Sentiments infantiles.  Ces gens-là peuvent être les plus cruellement sombres des êtres.  Leur ombre est d’autant plus ravageuse et exécrable tout autour deux du fait qu’ils n’en sont pas conscients;  elle se projette.  Et ils la fuient le moindrement qu’elle fait signe, de l’intérieur, à leur conscience.

Emmanuel Macron est donc léger comme une chemise propre sur une corde à linge, bercé par  le vent du printemps, mu par autre chose que lui-même, inconscient, et il l’est, inconscient, y compris dans le sens populaire du terme, ça crève les yeux comme on dit, et il est sans empathie aussi, terriblement, de manière irritante, butée, bornée.  Inquiétante.

Il pense et éprouve le vent du printemps hors-saison (paranoïa) pour s’évader de la réalité pendant que Thèbes dépérit, dépérit, dépérit —  et alors, je l’admets, on penserait plus à Néron, honni, contemplant l’incendie de Rome, qu’à Oedipe, ou même à Jocaste, qui éveillent quand même notre sympathie, parce que s’ils sont absolument coupables aux yeux des dieux, ou des archétypes, ils demeurent relativement innocents à nos yeux d’humains.

______________________________

 

Brigitte Trogneux ne sait pas qu’elle épouse un fils.  (Et qui peut comprendre ça?..)  Macron ignore que, symboliquement, il a, d’une manière ou d’une autre, tué le roi de Thèbes, Laïos, son père, sur la route.  Macron ne sait pas que, depuis l’âge de quinze ans, il baise sa mère, la Reine, —  incidemment, Brigitte Trogneux est la première “première dame” dans l’histoire de la République française.  Elle joue l’hyper-riche yankee, dépense l’argent des mâles comme une vulgaire gold-digger, sans vergogne, de manière idiote, et elle règne.

Je sais que le fait de la comparer à Jocaste, c’est insulter Jocaste, mais rien n’est parfait, y compris ce texte et mon approche.

Et pas d’enfants, les Trogneux-Macron.  Pas trace de paternité nulle partPas de père nulle part.  Des avortements?  Vraisemblables, mais on ne sait pas.  Je ne sais pas.

L’impression, très forte, persistante :  la France, l’Europe, l’Ouest, le Couchant, sont le théâtre d’une vaste et sombre tragédie sans père et hyper-féministée.  Une sorte de conte de Grimm.  C’est la tragédie d’un suicide collectif – ou du meurtre d’une nation, de nations –  dominé par les puissances cycliques oeuvrant dans “l’inconscient”  –  et la chose croît, saigne, brûle, de plus en plus, rouge et sombre, chaotique.

 


C’est là la puissance active de l’archétype :  plus les gens en sont inconscients, plus son emprise et sa domination sur eux est forte et déterminante.  C’est ça qui est terrible.  Les innocents sont massivement majoritaires mais les dieux n’en ont cure : ils ne pardonnent pas l’inconscience, non pas, cette fois, au sens populaire du mot, mais au sens strict.

Le Divin seul peut libérer un être humain et le maintenir hors de l’emprise puissante et prodigieusement contraignante des dieux et des démons qui trament les cycles, dieux et démons qu’on appelle aujourd’hui «archétypes», ou encore, «inconscient collectif», –  ou autre chose.

Et de là, une activité bonifiante et féconde pourrait rayonner graduellement, et vaincre.

Aucune âme humaine, inconsciente de la nature de cette emprise, ne peut espérer dominer le courant ou s’en “échapper”.

L’âme divine seulement, pas l’âme humaine, peut libérer un être humain de la puissante emprise de l’archétype.  Le problème est qu’il n’y a pas, sur terre, un individu sur un million qui vit ainsi naturellement en union intime avec son âme divine, son dharma spirituel, et sous l’influence constante du Divin.

Des populations entières, des centaines et des centaines de millions d’êtres, des milliards, vivent présentement immergés dans une sorte de brouillard d’ignorance, immergés dans une sorte de zone du “no one knows“, zone à la fois excitée, déprimante, chaotique, délirante, voire terrifiante.  Mais, en même temps, quelque part, comme le chantait Leonard Cohen :  Everybody Knows (tout l’monde sait).

Mais l’objet de ce savoir est perçu comme à travers une sorte de buée toxique, ambiante, enfumante :  une sorte d’augure mauvais, inquiétant, sinistre, de quelque chose qu’on ne maîtrise pas et qui nous entraîne.  Certains se sentent tout simplement mal, mais ils ne savent pas pourquoi.  Je ne parle pas nécessairement de “maladies”.  Ils sont contaminés par une sorte de démence “osmotique” qui sue de partout, touche tout, de haut en bas des sociétés.  Nos sociétés ont été damnées par le matérialisme de la perception et, paradoxalement aux yeux de beaucoup, par le piège de l’athéïsme.


 

Une masse de gens vont s’engouffrer dans le brouillard toxique. Pour de bon.  Comme des papillons de nuit dançant autour de la flamme.  Il sera alors “trop tard”, comme on dit.

“Trop tard” pour quoi?  Trop tard pour devenir plus conscient.  Partie remise.

Des masses entières auront été avalées par le feu avant que ne soit résolue l’énigme des cycles de croissance, d’épanouissement, et surtout, ici, de déclin et de chute.

Le féminisme, entre autres, ce phénomène de possession collective, aura accompli son cycle de contamination et de liquéfaction, de destruction, en France et en Europe de l’Ouest, en Amérique..  Irrépressible? Irréversible?  En tout cas, apparemment inarrêtable —  jusqu’à la fin du déluge, de la liquéfaction, voire de la liquidation..


 

Est-ce ainsi que les nations meurent?  Est-ce ainsi que les démos sont sacrifiés?  Il semble. Sur quel autel?  Les démos occidentaux ne peuvent se défendre contre l’insanité qui afflue d’ailleurs.  Ils ne peuvent se défendre contre l’insanité qui monte en eux, non plus.

En fait, ils ne peuvent se défendre, tout-court.  Populations désarmées.  Circulant chaque jour en chaise roulante (ou volante) motorisée.  Depuis au moins un siècle.  Plus de jambes.  Plus de coeur.  Des forces puissantes semblent décidées à les éjecter hors de l’existence après les avoir éjectées hors de la conscience.


Les nations meurent, ou connaissent de très grandes tragédies, quand des masses d’hommes ont été efféminés, idéologiquement féministés, souriant béatement comme des gamins qui seraient invisiblement et perpétuellement maternés, matronés.  Comme sous le coup d’un sort qu’on leur a jeté.  En chemin vers une sorte de fonte collective.  Garçonnets soumis, masos-sados, garçonnettes acides, sados-masos, tous infantiles.  De tous âges.  De tous sexes, incluant ceux qu’ils s’inventent dans leur délire.  Masturbant constamment le clithoris aplati de leur iphone.  Trans-déshumanisés.

Les nations meurent, ou dépérissent, quand les pères agonisent.  Écrasés sous les masses de mensonges féminazis. Lois féminazies.  Manies féminazies.  Leurs revenus pillés.  Hubris empoisonnante.  Privilèges femelles.  Les nations meurent quand les femmes, les mères, les filles, sont fanatisées à l’école puis lâchées lousses dans le monde, transformées pour de bon, et jusqu’à la fin du processus, en lunatiques délirantes, hystériques, rageuses, hypocrites, violentes, pillardes, ou pire.

Le patriarcat a été vampirisé, s’est transformé en zombi.

Errance dans le chaos.


 

Le nom de l’actuel président de la France pourrait être Emmanuel-Oedipussy Bates-Macron.

Norman Bates

Une sensation de psychose flotte aux firmaments de France, d’Europe, d’Amérique.

Une odeur nauséabonde de vagin avortant flotte dans l’air comme un invisible brouillard noir et visqueux.

L’Occident a choisi la mort par suicide, sorte d’auto-génocide, il y a pas mal longtemps maintenant.

Attendre et veiller.  Et se préparer.  Si vous comprenez.  Il n’est jamais trop tard.

Ça pourrait devenir très laid.  Je veux dire beaucoup plus laid et démentiel que n’importe quoi qu’on a pu voir jusqu’à maintenant.

Et si ce n’est pas le cas, vous aurez été témoin d’un miracle.  Tant pis pour vous si vous ne le percevez pas.  Mais vous en profiterez quand même, c’est comme ça, et je vous le souhaite..

Nous vivons des temps malades.  Cauchemardesques. Des temps terribles.  Il n’y a pas de liberté et d’ordre sans hommes au gouvernail.  Des milliers sont déjà mgtow.  Invisiblement.  Je le mentionne comme on évoque un symbole.

Puissant, un symbole.

Qui vivra verra.


Les leaders éphémères. Ou effémères. 2/2. Les impressions que me laissent les Macron, Trudeau, Scheer, Klaver, Bartley, Guaido, Obama, etc.

-30-

______________________________

The Golden Lid or Hiranmaya Patra

Quand les mères de mort dominent invisiblement la psyché  –  L’avortement, le foetus, Morgentaler, et la peine de mort :  les holocaustes préventifs

Les premiers bébés humains naissaient certainement armés jusqu’aux gencives..

Les femen  :  ressurgence de la symbolique nazi.  Cruauté criarde, hystérique, sado-maso.

La Maison de Poupée de Stalinette  –  La Paranoïa de la Maison de Poupée ( La Paranoïa de Stalinette )


Robotics are putting more and more people out of jobs. What will humans do? A short blues.   –   The lady in the lawnmower wheelchair should stop that neurotic self-crippling bad joke  –  The only jobs soon available to the growing world population will be offered to robots

About Loup Kibiloki

Jacques Renaud -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Renaud Ou ici, le blog, « Électrodes et Carnet de Notes (Ou déCandification d'un exCandide, Jamais Terminée) » Ou ici, sur le blog : https://electrodes-h-sinclair-502.com/electrodes_anode/ Etc.
This entry was posted in Articles and tagged , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.