Donc, les croyants athées seraient plus intelligents que les croyants pas athées ..

Achtung_croyants

Tenez-vous-le pour dit  !

Lire aussi :  Michel Onfray, Ollivier Dyens. Enfanter l’inhumain, l’idéal totalitaire de la ruche et de la termitière.

Une “étude scientifique” “prouverait” que les croyants athées sont plus intelligents que les croyants qui le sont pas.

C’est un gros buzz massemédiatique. Ça proviendrait d’une “étude” publiée récemment dans Personality and Social Psychology Review aux États-Unis.

Le thème, bruyamment massemédiatisé, n’est pas sans rappeler, en passant, la propagande raciste ou suprémaciste, à la fois loufoque, nocive et néfaste, des Nazis sur l’infériorité des Tziganes, des communistes, des opposants, des juifs, le bashing contemporain des Arabes ou de l’islam, les délires suprémacistes féministes du genre “les femmes sont plus intelligentes que les hommes” ..

Croyez-moi ! Je ne crois pas !

Dieu existe pas !  Croyez-moi !!  Faut pas croire !

Ça sent, ça sent de plus en plus fort les années 1920s depuis un bon bout de temps un peu partout en Occident, les années 1930s :  c’est “l’odeur”, le ton, la bêtise pseudo-scientifique, l’arrogance, le kit.

L’athée croit que “Dieu n’existe pas”.  Croire que “Dieu n’existe pas”, c’est une croyance.

Que “Dieu n’existe pas” est indémontrable, comme son contraire, ou plutôt improbable au sens strict (ne peut être prouvé sinon, en définitive, par expérience personnelle  —  ou “circonstanciellement” par la surabondance  des témoignages personnels au fil des siècles, des millénaires).

Donc, on attend toujours le témoignage de l’expérience personnelle démontrant la croyance “athée”.  L’athéïsme est une croyance au sens le plus fort, 100% pure.  Le problème, ici, c’est que l’athée ne semble pas s’en rendre compte.  Son intelligence supérieure, apparemment, ne va pas jusque là.

Les athées militants semblent trop sots pour s’en être aperçu :  Le mot “athée” est un synonyme étymologiquement rigoureux du mot “obscurité”.  J’y viens.

Le mot “athéisme” est donc un synonyme étymologiquement rigoureux du mot “obscurantisme”.

Étymologiquement, “a-thée” signifie “sans lumière“..  Privation (“a” privatif) de “thée”, ou de “théos”, en grec.

En effet, toute la chaîne étymologique de mots comme “Dieu”, “Deus”, “Dios”, “Théos”, “Zeus”, etc.  –  et on peut remonter des milliers d’années jusqu’au Rig-Veda ( “Dhyaus”, le Lumineux, “Brihat Dhyaus”, le “Vaste Lumineux” )  –  toute cette chaîne étymologique lie le mot “théos” (le “thée” de “a-thée”) à la Lumière, sous quelque forme que ce soit, sur tous les plans de conscience, y compris “la lumière du monde” qui, incidemment, se dit “dyu” en hindi, et rappelle la lumière diamantine de la rosée du matin qui, en anglais, se dit aussi “dew” (“diou”), etc.

Les ceucelles qui se proclament “a-thées” se proclament donc “sans-lumière”.   Sans cligner, ça se comprend.   C’est quand même bien qu’ils nous préviennent.   Prêtez-leur une lampe de poche.

  “Athéisme” et “obscurantisme” sont donc aussi rigoureusement synonymes.   Depuis des milliers d’années.  Au moins.   —  Edith Piaf censurée au Québec : les racines védiques du mot et du concept de «Dieu».

 ( En passant, “God” et “Dieu” n’ont pas la même étymologie.  Un article qui évoque à plusieurs reprises le thème de cette différence  :   Canada : Avez-vous jamais remarqué la présence du pape sur la monnaie canadienne ? )


Avant de poursuivre.

Note improvisée ( une autre ) sur la différence fondamentale entre ce que j’appelle la foi, d’une part, et la croyance, d’autre part (vous pouvez sauter cette note  —  très longue ou trop courte  —  mais elle éclaire mon propos).

Le titre de cet article est incompréhensible à certains, à moins d’avoir réalisé que si les croyances sont d’ordre mental, la foi, elle, est d’un autre ordre, d’une autre nature.  La foi n’a pas d’objet, elle n’est pas mentale, — elle n’est pas d’ordre émotif non plus — elle est.

En d’autres termes, la foi ne relève ni du “croire” ni du “non-croire” : elle ne relève que d’elle-même.

Ça pourrait être la fin de cette note, mais je vais continuer.

Une réalisation majeure, dans la vie d’un être humain, est de réaliser la différence radicale, bien réelle, entre la «foi» et la «croyance», et de voir sa vie silencieusement mais radicalement et progressivement changée par cette différenciation.

Tant que cette différenciation n’est pas réalisée, la fusion foi-croyance, leur confusion l’une en l’autre, est susceptible de générer des fondamentalismes, des fanatismes, des littéralismes, des stagnations intellectuelles, de tendres ou cruelles illusions, des enthousiasmes “électriques” (!), des échanges chaotiques, des entêtements obtus, des bétonnements intellectuels, idéologiques, etc.  ( ” L’athéisme ” n’échappe pas à la règle. )

Le mix foi-croyance est toxique.

En elles-mêmes, les croyances ne sont pas toxiques.

En elle-même, la foi ne l’est pas non plus.

Mais leur con-fusion, et surtout l’inconscience de l’existence de cette confusion, l’est.

 La foi est une présence mystérieuse, permanente, “tranquille”, et surtout, en pratique, indéfinissable et indéfinissante.  La foi n’a “besoin” d’aucune croyance (laquelle, dans mon livre à moi, est toujours, et exclusivement, d’ordre mental, encore une fois).

La foi, cependant, ne rejette pas les croyances.  Mais elle ne les “acquiert” pas non plus, et normalement, elle ne les convoite en rien : la foi est d’un autre ordre.  La foi est “témoin” tranquille, calme, mystérieux.  La foi est a-mentale, elle serait le fond a-mental de notre être, en ce sens elle est fondamentale.

Tant que la croyance et la foi se confondent dans l’individu, croyez-moi (!), le chaos domine. Encore une fois, l’athée militant n’échappe pas à la règle, évidemment.

Du point de vue de ce qu’est la foi, cette note conserve les deux défauts majeurs de ce genre de “notes” :  très longue et trop courte.  Par la force des choses elle escamote certains aspects du thème et elle est loin de l’épuiser ..


On reprend le fil de l’article ( et le ton.. ).

Le problème, ici, ce n’est pas tant la croyance elle-même  – ici, la croyance athée.  Tout le monde a des croyances.  J’en ai.  Vous en avez.  On ne peut vivre en paix dans le monde sans respecter ceux qui croient différemment de nous. Y compris les athées.

Mais voilà  :  l’athéisme, lui, a produit son excroissance fondamentaliste, messianique, fanatique, comme toutes les croyances sont susceptibles d’en produire un jour ou l’autre tant que domine, dans une masse d’individus, la con-fusion foi-croyance; l’athéïsme a donc produit un fondamentalisme fanatisant qui méprise toutes les autres croyances et veut les détruire toutes (et donc, inconsciemment, la sienne aussi ..).

En attendant, le harcèlement athée, voire le terrorisme athée, existent bel et bien, c’est pas une blague:

Atheists_for_Equality__Athees_pour_l-Egalite10 février 2015 :  États-Unis, Chapel Hill : le meurtre atroce de trois jeunes musulmans américains par un militant de l’athéïsme provoque une forte onde de choc émotionnel.   White male atheist murder three Muslims students :  The Chapel Hill shooting.  L’article du New Statesman date du 11 février 2015.  Le meurtre est survenu le 10 février 2015, en soirée.  Craig Stephen Hicks, l’assassin, est un militant de “Atheists for Equality”. Sur le mythe arithmétique de “l’égalité” :  Le mythe de l’égalité homme-femme : le féminisme et la calculette.

Le messianisme athée veut détruire toutes les croyances pour sauver le monde.  Évidemment. Sonne familier ? Oui, c’est une vieille toune : rien d’plus pathétique qu’une vieille pute qui s’croit jeune.  L’astuce de leur propagande : l’athée se présente comme quelqu’un qui n’a pas de croyance, lui, en affirmant que les croyances, celles des autres, évidemment, sont la cause de tous les maux de la terre et qu’il va sauver le monde en détruisant les croyances ..

Alors, la nouvelle, c’est quoi ? L’athée est un croyant comme les autres croyants, qui ne s’est pas encore aperçu qu’il était un croyant comme les autres croyants, et tout ça en dépit de son intelligence supérieure à celle des autres croyants..

La nouvelle, c’est surtout ça. Ou alors, l’athée fait semblant de ne pas savoir. Possible aussi.

En tout cas, si vous aimez les absurdités, encadrez celle-là.  Il devait y avoir un sacré glitch dans “l’étude scientifique” mentionnée plus haut. L’athée finira peut-être par s’en apercevoir. Un jour. Après tout, il est surdoué :-))  Non?

Un coup d'État, un changement de paradigme, un changement de civilisation.

C’était un humaniste athée militant.  Henry Morgentaler au travail, en train d’occire un enfant à naître.  L’avortement libre, universel, gratis (ou presque), sur demande : un coup d’État de la Cour Suprême du Canada datant de 1988. Un changement de paradigme. Un changement de civilisation. Plus de 800 000 victimes rien qu’au Québec (chiffres de 2011).  Le Québec compte 8 millions d’habitants ..

En attendant, les athées continueront à clamer leurs slogans creux.

L’un de ceux-là, on le connait : «Les religions sont responsables des pires atrocités de l’Histoire.»  Perçu comme un challenge, fondé ou pas, par les militants de l’athéisme ?

La montée contemporaine du messianisme athée militant est, somme toute, encore jeune dans ce qui semble être sa nouvelle fournée mais il faut leur dire de pas se décourager :  Staline a déjà fait ses preuves, qui avait du sang plein la moustache et les bras.  Au fond, il ne faut pas désespérer, il faut leur dire : en persistant  dans le messianisme étroit et pointu ils finiront bien par égaler les performances des autres. S’ils ne l’ont pas déjà fait, d’ailleurs : ce serait à voir.

On peut les encourager en mentionnant aussi Henry, Henry Morgentaler, héros humaniste athée : c’est modeste, mais tout-de-même, l’holocauste dont il a fait la promotion dans les années 1970s, 1980s, dépassait 800 000 exécutions d’enfants à naître en 2011 au Québec  (dont des milliers de sa main, et il s’en vantait).  On est en 2013.  On atteint éventuellement le million «d’interruptions volontaires (c’est clair, meurtre au premier degré) de grossesses», pour employer l’expression claire et limpide qu’utilise l’État québécois.  Un million, c’est l’équivalent du huitième de la population québécoise actuelle qui atteint environ 8 000 000. (Et ça, évidemment, sans conséquences aucune dans les profondeurs de la psyché humaine..  On le sait, l’être humain n’a pas ou n’a plus de psyché, rien que de la chair à pharmabourrer. )

Staline. Caricature par Kichka. Copyright 2013 Kichka. Source : cliquer.

Staline. Caricature par Kichka. Copyright 2013 Michel Kichka.  Under fair use. Source, blog : cliquer.

Reste qu’à entendre les slogans éculés des fondamentalistes athées, on croirait que les tueries massives de 1914-1918, la haine, la violence, les viols, les camps d’horreurs, les bombes atomiques de 1939-1945, tout ça aurait été causé exclusivement par des disputes sur des points de théologie.

Ou encore que le Canada, par exemple, ou mieux, la République laïque française, envoient des troupes ou participent à la guerre en Afghanistan, en Lybie ou au Mali pour propager la foi chrétienne.  Ma foi, ils finiront par nous dire que Staline communiait tous les matins.

Sur la conception athée de l’univers, il est certainement indiqué d’aller voir un moment du côté de la pensée indienne. Ça nous changera.

Dans “l’hindouïsme” (un concept qui semble être d’origine occidentale),  —  ce que René Guénon, par exemple, finit par appeler «sanathana dharma» (la loi éternelle),  —  il existe six grands systèmes d’interprétation (six darshanas, six points-de-vues) de l’expérience métaphysique et du Réel. Le vedanta (pdf) (et  ici (pdf)), par exemple, est l’un de ces darshanas. Ces six points de vue constituent le système philosophique indien āstika. (En fait, il existe aussi d’autres darshanas, au moins quatre, regroupés sous l’appellation de «nāstika»). Le système logique à la base des six approches du système āstika est un système logique très sophistiqué.

L’un de ces darshanas (ou “points-de-vues”), le Sâmkhya, est souvent qualifié (à tort ou à raison) “d’a-thée dans l’une des perspectives d’interprétation de ce darshana, celle du philosophe indien Kapila (absence de “Dieu créateur” (Ishvara)).

Il est frappant qu’au sein de cette tradition très, très ancienne, aucun nitwit, du moins à ma connaissance, n’a eu l’idée, clownesque, saugrenue, de prendre le monde d’assaut pour affirmer la supériorité intrinsèque du darshana dit athée, de Kapila, sur les autres, et de vouloir l’imposer comme suprême par des “campagnes de conversion” ou de propagande suprémaciste mal déguisées, toujours stupidement et étroitement anti-religieuses, voire chauvines, ou par des lois maniaques, tâtillonnes, voire des “chartes” parsemées d’interdits d’objets, d’interdits névrotiques, comme au Québec, entre autres !

Par contre, nos civilisations occidentales, elles, semblent produire en abondance les nitwits capables de telles invraisemblables aberrations fondamentalistes en s’agitant dans le bocal social, et en disant n’importe quoi, au point où c’en est gênant.

En fait, on serait, cette fois, en droit de se demander si les militants athées occidentaux, apparemment atteints d’infantilisme intellectuel, sont généralement moins intelligents, plus grossiers, moins “civilisés”, moins conscients, que les athées qui adhèrent au darshana du Samkhya selon Kapila..

Bonne et pertinente question, je pense :-))

Mais il ne faut pas, ici, que le croyant athée se sente ainsi trop esseulé, par la “science” et ses “études” massemédiatisées, parmi les autres croyants dont il n’est pas, croit-il : Lord Kelvin, athée ou pas, peu importe, savant prestigieux qui régnait sur la Royal Society de Londres, croyait aussi qu’il avait définitivement démontré scientifiquement que jamais un plus lourd que l’air ne pourrait s’élever, et il croyait et soutenait aussi que les rayons X n’existaient pas, c’était un hoax.

Le Logo de l'Alliance Internationale athée (source, Wiki, cliquer). Une religion comprend trois choses, chacune des trois variant en importance selon la religion : a) un dogme, la chose qu'il faut croire (ici : Dieu n'existe pas); b) une morale ; elle existe ; c) un rituel (aucun rituel que je connaisse; ça devrait venir, à moins que ça existe déjà, publiquement ou secrètement)

Le Logo de l’Alliance Internationale athée (source, Wiki, cliquer). Une religion comprend trois choses, chacune des trois variant en importance selon la religion : a) un dogme, la chose qu’il faut croire (ici, la croyance dogmatique est : Dieu n’existe pas); b) une morale ; elle existe ; c) un rituel (aucun rituel que je connaisse; ça devrait venir, à moins que ça existe déjà, publiquement ou secrètement).

L’athée, qui croit sans croire qu’il croit, et dont la “science” affirme qu’il s’agit là de la preuve irréfutable d’une intelligence supérieure, se retrouvera un jour parmi les autres absurdités scientifiques proclamées jadis, tels les avions qui scientifiquement n’existent pas mais finissent par voler quand même, et les rayons X qui n’existent pas mais qui rayonnaient et rayonnent encore quand même : la science n’y croyait pas mais elle y croit et continue à se croire et à nous faire croire qu’elle se trompe jamais même quand elle ne croit pas ce qu’elle va croire un jour.

La science, ou plutôt ce qui s’affuble aujourd’hui de la désignation de “science”, est une succession de croyances — ou d’incroyances, ces deux termes étant facilement permutables, un fait avec lequel la logique des fameuses “tables de vérité” nous a familiarisé (en tout cas moi). Croire (croyance) que Dieu-existe, c’est pas-croire (incroyance) que Dieu-existe-pas. Croire (croyance) que Dieu-existe-pas, c’est pas-croire (incroyance) que Dieu-existe. Ne pas croire quelque chose c’est aussi croire quelquechose, et croire quelquechose c’est aussi ne pas croire quelquechose. Les deux vont, logiquement, littéralement, de pair. C’t’une paire. C’comme un p’tit couple.

Tout ça est mental. Le Divin n’est pas mental. Quoiqu’il puisse très bien s’y promener. Et même s’y cacher. Le Divin est pas barré à 70 km/h.

L’athée qui se fait croire qu’il ne croit pas, tout en croyant, et tout en se défendant d’être un croyant en ce qu’il croit, figurera certainement un jour dans une encyclopédie fortienne, ou dadaïste, ou dans un dictionnaire conceptuel de la torticolissance aiguë, avec une citation solennelle digne du maire de Champignac, du genre:  «Je crois que je ne suis pas croyant, et même si  je crois ce que je crois et que je suis croyant, croyez-moi,  je ne crois pas..»

Tonnerre d’applaudissements.

On fera des comptines (ou comme ici). Les comptines sont souvent amusantes et entraînantes parce qu’absurdes.  Un peu comme le buzz massemédiatique évoqué ici.  Et tout le monde dira : « C’était prestigieusement “scientifique”, et tout le monde s’inclinait, incroyable.. » Alors je le dis tout-de-suite que c’est de la blague, pourquoi attendre?  Ce sera fait.

Chose certaine j’ai bien rigolé. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas veiller.

Quand des militants butés proclament leur supériorité sur les autres, et se croient eux-mêmes, et que les États leur sont sympathiques, et que les massemédias diffusent abondamment en sachant que subliminalement la masse des gens ne retiendra que l’argument d’autorité “scientifique”,  il n’est pas exagéré de dire à tout le monde, en toutes langues, et à une masse de gens en particulier :

Attention_warning_achtung

Censure massemediatique et Radio-Canada__04Les camps de ré-éducation ne sont peut-être pas si loin que ça dans l’esprit des arnaqueurs pérennes : on se sert déjà des écoles pour suggérer aux enfants que la sodomie c’est bon pour la santé, que c’est intolérant de dire le contraire et que vous risquez d’être puni si vous osez.

( Sur les dimensions indiscutablement morbides des pratiques homosexuelles, notamment mâles-mâles, dont les commissaires de la Lgbt disent tant de bien aux mioches dans les écoles ou aux absorbeurs passifs des massemédias —  y compris d’un point de vue épidémiologique –, un assez long passage pas gai dans cet article  :  La Nature, la conscience, le bon sens 1/2 — La guerre du naturel et du pas naturel)


En attendant, plus bas, j’ai improvisé une courte liste d’individus que les militants de la croyance athée devront d’abord faire disparaître de la mémoire collective terrestre avant que l’arnaque de leur étude “scientifique” et de leur “fierté athée” puisse être prise au sérieux par les plus intelligents d’entre les humains.

Certains de ceux, deux ou trois, qui figurent sur la liste, étaient peut-être agnostiques. Aucun ne se proclamait athée. Certains, évidemment, ne “croyaient pas en Dieu”, ce n’était plus nécessaire, ils en avaient l’expérience, que ce soit l’expérience du Divin transcendant (aucune forme), ou omniprésent (présent en tout dans l’univers), ou personnel (entre autres au fond de soi, l’âme divine), ou les trois. Les témoignages surabondent.

On attend toujours l’athée militant qui nous décrira en détail son expérience ou son inexpérience personnelle de l’inexistence ou de l’existence de l’inexistence de Dieu.

Bref, les individus qui suivent n’étaient pas athées :

John F. Kennedy, Gandhi, Martin Luther-King, Albert Einstein ( « Dieu ne joue pas aux dés avec l’univers » – il aurait pas aimé Monsanto ), Poincaré, Thomas d’Aquin, Sri Aurobindo, Theillard de Chardin, Charles de Gaulle, Henri Bourassa, Simone Weil (la philosophe), Saint André, la petite Jehanne de France (Jeanne d’Arc), Saint Louis, François d’Assise, Sri Ramakrishna, Kepler, Galilée, Copernic, Léonard de Vinci, Ramana Maharshi, Alexandre Soljenitsyne, Léon Tolstoï, Alexis Carel, Voltaire (antipathique, mais lire sa Prière à Dieu), Fiedor Dostoïevski, Louis XIV, Léon Bloy, Charles Péguy, Shankara, etc. …

Je m’arrête ici. Le jeu est lassant.

On pourrait aussi faire une liste d’athées qui n’étaient pas, et de loin, des crétins et des militants butés se recouvrant vertueusement du manteau d’une idéologie suprémaciste, — comme certains se recouvrent vertueusement du manteau d’une religion,  —  pour camoufler leurs carences. Ces athées intelligents auraient probablement trouvé débile l’étude scientifique mentionnée et surtout la manière dont elle est généralement massemédiatisée.

Décidément, je n’en démordrai pas : ça sent vraiment la propagande suprémaciste. “On” s’essaye sérieusement, en tout cas. Comme dans les années 1920s, 1930s ..

Excusez-moi. J’m’arrête un moment. J’ai l’fou-rire. Ce fou-rire est un scandale. Ça m’étonne moi-même. Je sais, je sais, tout ça est très sérieux. Mais trop, peut-être. Au point où ça se renverse. C’est peut-être le même phénomène de renversement qui inspirait Charlot.

Si l’existence sur Terre est pas full mystère, je sais vraiment pas c’que c’est..

Chose certaine, la source consciente de tout a le sens de l’humour. Parfois, terriblement.

Lien, La Presse ( un échantillon du buzz massemédiatique;  ils semblent croire l’étude  :-))  :  Les croyants moins intelligents que les athées?  Étonnant (vraiment?..) qu’ils n’aient pas pensé à intituler leur article : « Les croyants moins intelligents que les croyants? »


© Copyright 2013 Hamilton-Lucas Sinclair ( Loup Kibiloki, Jacques Renaud, Le Scribe), cliquer


 

Edith Piaf censurée au Québec : les racines védiques du mot et du concept de «Dieu».

Édith Piaf et Dieu censurés au Québec : Bientôt Villon? Cendrars? …

2012 : On censure Edith Piaf et Dieu à Sorel. En 1971, on y censurait Le Cassé de Jacques Renaud…

L’anti-humanisme bigot qu’on a appelé “Les Lumières”. Vidéo. L’historienne Marion Sigaut.

Michel Onfray, Ollivier Dyens.  Enfanter l’inhumain : l’idéal totalitaire de la ruche et de la termitière.

Le règne de la quantité et les signes des temps (René Guénon, texte intégral)

Quand les mères de mort dominent invisiblement la psyché

Le mythe de l’égalité homme-femme :   le féminisme et la calculette

Vers une harmonie d’enfer : harcèlement, faux viols, chaos du genre    –   Les Femen et la Ressurgence de la symbolique nazi, cruelle, et totalitaire

L’avortement, le foetus, Morgentaler et la peine de mort : les holocaustes préventifs   —    L’opposition à l’avortement ou La persistance des vérités fondamentales et de la Vie

La censure massemédiatique et Radio-Canada  : vous ne saurez jamais ..


 

«Un univers clandestin d’une ampleur insoupçonnée.» Rapport Duchesneau, la Corruption au Québec. Texte intégral.


 

Canada, Québec, Ontario …  un proto-totalitarisme souterrain persistant.

Canada : Pouvoir dérogatoire canadien et pouvoir dérogatoire hitlérien sont identiques.

Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, Nations-Unies. Texte complet et intégral.

Depuis 1982, le Parlement canadien – tout comme chacune des législatures du pays – ont le pouvoir constitutionnel de violer, sans aucun recours légal possible, au moins 18 des 30 articles de la Déclaration universelle des droits de l’Homme des Nations-Unies, soit les articles suivants1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 17, 18, 19, 20, 26, 29.

Ce pouvoir dérogatoire canadien, c’est l’article 33 de la Charte des droits et libertés canadienne de 1982, qui fait partie de la Constitution canadienne :  Charte des droits et libertés du Canada (1982; lire l’article 33 en allant à la page 48)  ;  English : Canadian Constitution Act, 1867-1982 (1982; go to page 47, read article 33)

Documents de référence – La d’Habilitation nazie mars 1933, pouvoir dérogatoire québécois (1975), canadien de 1982. Essentiellement, les extraits pertinents de la Charte québécoise, de la Charte canadienne, et la Loi d’Habilitation allemande de mars 1933 au complet.


 

Québec: la clause dérogatoire et la loi 204.    –     Collusion : Karl Péladeau à Hydro-Québec et la Loi Labeaume-Maltais (loi 204)

Milgram, la torture, l’abîme de l’obéissance. Les candidats sont légion.   –   Le danger d’être canadien, le danger d’être québécois

Avons-nous jamais vécu en démocratie? Pétitionne, trace ton x, cause toujours.    –     Le Petit x du vote: Acte de liberté – ou Pacte de soumission?    –    Nos démocraties: Liberté ou Soumission volontaire?


 

Arrêtez de raser les parterres et de massacrer les plantes sauvages. Plus de 500 espèces de plantes en danger au Québec.     –    Terrorisme domestique et destruction de potagers par les municipalités : Aux profits de quel lobby ?   –    Invasions de domiciles : Tout se passe comme si on voulait abolir la légitime défense.


 

René Guénon  :  Le théosophisme, histoire d’une pseudo-religion (pdf)     —    La Crise du monde moderne, René Guénon, 1925 (pdf)    —     Le règne de la quantité et les signes des temps  –  L’erreur spirite (1923; édition 1977 – pdf)  –  L’Homme et son devenir selon le vedanta (pdf)  –  Les principes du calcul infinitésimal (pdf)  –  Symboles de la science sacrée (pdf)  –  Le Roi du Monde (pdf)   –   Orient et occident (1924 – pdf)   –   Les états multiples de l’être (1932 – pdf)   –   Le symbolisme de la croix (pdf)   –

Gurdjieff, Ouspensky, Jung : On comprend vraiment ce qu’on lit? Ce qu’on écrit? Ce qu’on dit?..

Non-fiction ( des pdf, des liens )


 

Blogsurfer.usIcerocket

About Loup Kibiloki

Aller ici (have a look here) : https://electrodes-h-sinclair-502.com/electrodes_anode/
This entry was posted in Articles and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

24 Responses to Donc, les croyants athées seraient plus intelligents que les croyants pas athées ..

  1. Yaël says:

    Je pense, comme vous qu’un être humain ne croyant en rien est une chimère improbable et irréalisable. Le désespoir n’est pas une issue acceptable. Il est faux de penser, n’en déplaise à Clément Rosset, que le désespoir, l’absence de projection mentale même illusoire puisse mener à la béatitude. Un tel être n’est qu’une chimère, une construction philosophique, ce n’est pas un être réel, parce que la vie, et particulièrement la vie mentale est une énergie qui se nourrit de croyances, qui doit croire pour croître, qui peut s’élever et éventuellement s’abaisser à travers elles. Même un être dépourvu de spiritualité a besoin de croire qu’il est libre, qu’il peut s’élever, s’améliorer, améliorer ses conditions d’existence ou accéder au bonheur, même s’il ne s’en donne pas les moyens ou des moyens illusoires. Toutes ses croyances projectives sont un carburant qui le maintient en activité par l’adhésion de ses ressources mentales au dynamisme de ses forces vitales. C’est le jeu des gunas en lui, sattva (qui domine dans le mental développé) équilibre et illumine rajas (le principe cinétique qui domine la vitalité), tout en inhibant tamas (le principe d’inertie, la paresse vitale en somme qui se manifeste dans la vie comme découragement, dépression) en fournissant ses propres mobiles sous formes d’idéaux plus ou moins élevés. Parmi toutes les idées, idéaux et croyances, Dieu ou le divin est le plus haut de tous, celui qui revient toujours après toutes les éclipses. Il n’y a pas de plus haute idée, c’est un fait, non une conjecture. Si on la chasse par la porte, elle revient par la fenêtre ou la cheminée. La démocratie, la laïcité, l’égalité des citoyens devant la loi, la liberté de conscience, la fraternité humaine et les droits de l’homme sont des idéaux modernes qui n’ont pas plus de quelques siècles, même s’ils existaient avant d’une manière moins formelle et moins consciente ou volontaire. Que pèsent-ils en comparaison de l’idée de Dieu ? Ces idéaux ont leur utilité et correspondent au développement d’un être humain responsable et doué d’une conscience morale capable d’aliéner une partie de sa liberté individuelle pour se mettre au service d’une organisation sociale bien calibrée et régulée par tout un ensemble de lois qu’il respecte comme une servitude volontaire imposée par la société, mais librement acceptée et intériorisée par son esprit en fonction de la conscience d’un intérêt général supérieur à la somme des intérêts et des contradictions individuelles, en vue de l’harmonie collective et du bonheur de tous. Cet idéal de vie et d’action est-il suffisant, est-il un horizon indépassable ou doit-il céder devant la pression inéluctable des exigences de l’Esprit qui croît en lui ? Devons-nous étouffer en nous la petite voix intérieure ou devons-nous l’ignorer pour se concentrer exclusivement vers des objectifs plus immédiatement satisfaisants pour les exigences d’un bien-être physico-vital ? Il est évident que les croyances sont comme une coquille vide si elles ne sont pas alimentées par une foi profonde, en la vie, en l’homme ou en Dieu. Sous ce rapport, votre distinction entre foi et croyance est précieuse et salutaire. La foi profonde, à la fois spirituelle et viscérale, n’est pas une idée, c’est une aspiration de l’âme, un esprit de consécration intérieur dont le souffle et le rayonnement est doux, chaud, aimant, à la fois lumineux et numineux et pourtant puissant, intense, irrésistible, pour peu qu’on veuille bien l’écouter et ne pas l’étouffer dans l’oeuf. Cette foi là peu donner à l’homme une impulsion spirituelle incroyable, elle peut soulever les montagnes et je ne doute pas qu’elle fournisse à l’homme toutes les clefs qui lui permettront de franchir le seuil douloureux de sa crise de croissance et de conscience actuelle. Cette foi, pourtant, je ne peux pas la prouver, je ne peux que l’éprouver et parfois la partager, pas dans des discours, mais dans une communion silencieuse.

    Like

  2. Pingback: Canada : Milgram, la torture, l’abîme de l’obéissance. Les candidats sont légion. | Électrodes

  3. Pingback: Les dettes publiques dans le monde vues par un nul .. | Électrodes

  4. Pingback: Canada : Avez-vous jamais remarqué la présence du pape sur la monnaie canadienne? | Électrodes

  5. Pingback: Le Cassé de Jacques Renaud : le vrai, le faussé, le faux | Électrodes

  6. Pingback: Et si la masse des lois d’un État était le grimoire d’un Ogre ? | Électrodes

  7. Pingback: Les Femen : ressurgence de la symbolique nazi, cruelle, et totalitaire | Électrodes

  8. Pingback: Une Charte des “valeurs québécoises” avec un pouvoir dérogatoire | Électrodes

  9. Pingback: Adieu pétrole, adieu : La fin dure longtemps, mais ça casse tout le temps | Électrodes

  10. Pingback: Vers une harmonie d’enfer : harcèlement, faux viols, chaos du genre | Électrodes

  11. J’aime bien cet autre échange avec Jacques Légaré. Décidément, je me sens rajeunir.

    Cette fois, dans le cadre de la campagne laïque-athée pour imposer une Charte des valeurs québécoises, ça porte spécifiquement sur le “non-affichage” des symboles religieux, le “non-affichage” laïque-athée qui, évidemment, est un affichage qui ne veut pas se nommer.

    Toujours en direct du Huffington Post Québec, l’article de Légaré : Les religions doivent-elles disparaître?

    Voici son commentaire :

    “Vous écrivez: «les [sic] non-affichage EST ostentatoire». !!!
    À la nuit noire, il fait soleil chez-vous ?”

    Impressionnant.

    Voici ma réaction :

    :-)) Décidément, vous mordez vite à l’hameçon.

    Je vous croyais supérieurement intelligent : vous êtes athée. Ou, au moins, plus matériellemnt groundé que ça.

    Admettons pour les besoins du darshana que le non-affichage des symboles religieux, le non-affichage laïcard, ne peut – mais voyons! – être ostentatoire. Ce que je récuses, mais admettons.

    Il est certainement ostensible, cependant, sinon vous ne seriez pas en train de LIVRER BATAILLE pour imposer QUELQUECHOSE QUI NE PEUT ÊTRE PERÇU, qui n’existe pas, et qui, donc, n’a absolument aucune conséquence sociale, psychologique, sur les esprits, une chose totalement IMMATÉRIELLE, voire métaphysique – et donc, dans votre esprit, inexistant. UN CHANGEMENT MATÉRIEL INEXISTANT… Vous vous battez pour.. RIEN ?

    Ce non-affichage des symboles religieux n’en est pas un, sauf par entourloupette sémantique : C’EST un AFFICHAGE LAÏQUE-ATHÉE.

    Il existera de manière OSTENTATOIRE et IMPOSÉE par CAMPAGNE PUBLIQUE bien réelle, bien PALPABLE, bien AUDIBLE, bien MATÉRIELLE, bien BRUYANTE, et constituera un CHANGEMENT MATÉRIEL RÉEL QUE TOUT LE MONDE POURRA PERCEVOIR.

    Sauf vous ?

    Même pas nécessaire d’être nyctalope pour percevoir la chose et la voir, même en pleine nuit.

    Sinon, qu’est-ce que vous faites là à vous battre pour imposer quelquechose qui n’existe pas ?!?

    (Relisez Sun-Tzu)

    Like

  12. Ça tient l’esprit alerte, comme j’disais :-))

    Copié-collé un commentaire de Jacques Légaré adressé à moi – et mes réactions.

    Légaré est l’auteur de l’article du Huffington Post Québec :

    Les religions doivent-elles disparaître?

    Voici son commentaire :

    Loup aux longs crocs, aurais-tu un petit problème avec le sexe ?

    Il faut célébrer cet érotisme vestimentaire des femmes. Elles adorent, c’est la facette de leur libido qui répond comme «main dans le gant» (une autre métaphore serait plus appropriée dirait Monica) au voyeurisme naturel plus fréquent chez les hommes.

    C’est un propos d’ayatollah ou de charia que de considérer l’érotisation du vêtement féminin comme un «harcèlement».

    C’est aussi la preuve de trois choses:
    1. Le puritain mâle ne contrôle pas son désir à la seule vue de formes féminines (le cochon !)
    2. Il veut conserver pour lui seul les formes de son épouse (le radin !).
    3. Sa vieille mère marâtre ne supporte pas la concurrence de la beauté des plus jeunes femmes sur son volage de mari.

    Tu dis ne pas pratiquer de religion et tu t’acharnes bouillamment contre les athées qui veulent la laïcité ? Où est ta cohérence ?

    Je te conseillerais plutôt d’aller à la messe au lieu de nous écrire…
    Je le dis sans trop d’ironie, pour toi-même car tu auras une plus conviviale compagnie.

    Ma réaction – 1 :

    « Loup aux longs crocs, aurais-tu un petit problème avec le sexe?»

    Non, Sigmund. Ou devrais-je dire «monsieur l’abbé»? Un abbé janséniste, je veux dire. Certains directeurs de conscience au Québec posaient la même question, jadis, à de jeunes séminaristes. Sur un même ton mielleux, collant, condescendant. Mentionnons, en passant, que l’Église catholique, sous l’Ancien Régime, surtout sous Louis XIV, a toujours lutté contre le jansénisme, ses délires, son hypocrisie. Beaucoup ignorent que le jansénisme était une hérésie. Voire, une pathologie dénoncée par le clergé. On a de bonnes raisons de penser que les soi-disant “Lumières” “libératrices” bourgeoises aient été en bonne partie influencées par les aberrations intéressées du jansénisme. Le “laïcisme athée” en est probablement aussi héritier. En tout cas, vous semblez poser les mêmes sortes de questions .. (Pour s’y retrouver, on peut écoûter, là-dessus, les conférences magistrales de l’historienne Marion Sigaut sur youtube.)

    Le fait est que le commentaire était trop long [ pour le HPQ ], j’ai dû couper.

    Il est complet sur ce lien (sur le site, dérouler vers les commentaires) [ Note : le commentaire mentionné ici, et dont je m’inspire en citant un extrait ci-dessous, se trouve un peu plus haut sur la présente page, section commentaires ] :

    « Par contre, «ostentatoires» sont les founes sous les minijupes et autres «ostensibilités» simples, FORT PLAISANTES PARFOIS MAIS PAS TOUJOURS, BEAUCOUP DE PLASTIQUE mais surtout ostentatoires la plupart du temps, qui sont le pain quotidien et le beurre pérenne du harcèlement sexuel silencieux féminin qui favorise les fausses accusations de harcèlement mâle ou de viols pour une parole, un mot, un toucher. Ça peut souvent rapporter, ça peut être-bon-pour-l’économie. Chartons. »

    Sur l’épidémie de fausses accusations de harcèlement et de viols dont les hommes sont victimes:

    Vers une harmonie d’enfer : harcèlement, faux viols, chaos du genre

    J’aime pas le harcèlement vénal (j’parle même pas ici de prostitution classique). J’aime pas le plastique, les injections de toxines dans les founes et ailleurs, les nez massacrés à la chirurgie (plastique!) qui dé-érotisent complètement les bonnes-femmes et les transforment en zombies qui s’crouèyent bêles.

    Mot d’ordre donné par vous : «IL FAUT célébrer cet érotisme vestimentaire des femmes.»

    Le preacher dit toujours : “Il FAUT.”

    On fera bien ce qu’on voudra. Tant que les gens comme vous n’auront pas occupé tout le pouvoir.

    Après, ce sera la domination du “IL FAUT”, cette fois celui de la rectitude laïque-athée. Avec des campagnes plates et imposées de ré-éducation laïque-athée dont vous nous donnez un avant-goût.

    Ce n’est pas sans rappeler la bigoterie janséniste :

    Cet antihumanisme qu’on appelle toujours “les Lumières”. Conférence vidéo de Marion Sigaut.

    Fin du tourloup.

    Ma réaction – 2 :

    Complément : La campagne laïque-athée pour imposer une «Charte des valeurs québécoises» parle toujours d’interdire «les signes religieux “ostentatoires”».

    Il y a une différence de sens entre «ostensible» et «ostentatoire».

    Je la souligne et j’en tiens compte dans le commentaire.

    En gros.

    «Ostensible» : qui est visible sans entraves, simplement.

    «Ostentatoire» : qui s’affiche avec intention de s’afficher et veut absolument être vu et remarqué.

    Quand on parle de «signes religieux ostentoires», on fait, AU DÉPART MÊME du débâât-de-société, un procès d’intention.

    D’autant plus que le non-affichage laïcisant EST, lui, ostentatoire, imposé, et cherche à être perçu partout comme tel.

    Mais, comme tout le monde le sait, la croyance athée n’est pas une croyance et n’est pas en train de devenir un fondamentalisme aussi détestable que le sont tous les autres. Mais voyons.

    Ma réaction – 3 :

    En passant, l’icône n’est pas celle d’un loup.

    C’est un Spitz Finlandais. Un race fixée au XIXe siècle en Finlande. Roux, sans une tache. Attachant, polyvalent, intelligent, malicieux comme une chèvre, élégant, rapide et fort, et robuste et toquant comme un huskie.

    De taille moyenne mais chien de chasse au gros gibier.

    Y compris l’orignal et l’ours blanc.

    Bref, c’est pas un deux d’pique.

    Finish Spitz

    http://en.wikipedia.org/wiki/Finnish_Spitz

    Like

  13. Pingback: Michel Onfray, Ollivier Dyens. Enfanter l’inhumain, l’idéal totalitaire de la ruche et de la termitière. | Électrodes

  14. musael says:

    Tu écris :

    « J’ai pris le mouvement indépendantiste et nationaliste québécois très au sérieux, et j’ai milité avec ferveur, il y a longtemps, tant que Pierre Bourgault était actif. J’ai commencé graduellement à ne plus prendre le mouvement trop au sérieux après que René Lévesque eut chassé Pierre Bourgault du mouvement et dénaturé le mouvement.»

    Je ne me souviens plus trop quand j’ai “décroché” du parti québécois, mais j’ai un vague souvenir de Lévesque revenant de New-York ou Washington peu après les élections de 76. Les médias nous le montraient descendant d’avion à Dorval. J’avais été frappé par le visage complètement défait de Lévesque – Lévesque ne pouvait pas mentir, tant sa gestuelle que l’expression du visage trahissaient bien malgré lui ses états d’âmes. J’avais alors compris qu’il avait été briefé et que les instructions données ne présageaient rien de bon. Mais la stupeur du moment ne m’avait pas permit d’intégrer cette information immédiatement; il m’aura fallu un certain cheminement.

    Like

  15. Cette fois, le Huffington Post Québec ne peut passer mon commentaire : trop long. Limite : 203 mots. Longueur de mon commentaire : plus de 700 mots !!

    J’ai pas l’intention de le raccourcir. Donc.

    Cette fois, j’ai réagi à un commentaire d’un certain P. F. (je donne seulement les initiales; facile à retrouver si vous y tenez en copiecollant un passage du commentaire et en faisant une recherche)

    Copié-collé le commentaire de P. F. à partir de : Les religions doivent-elles disparaître?

    Voici son commentaire sur les imbéciles de croyants :-))

    9:55 sur 21/08/2013

    Etre croyant en 2013, avec toutes les preuves que nous avons qui discrédite les écrits biblique c’est faire preuve d’infériorité intellectuelle. Certains sont choqués et disent que chacun est libre de croire et que ca ne fait pas d’eux des imbéciles pour autant mais désolé, oui c’est imbécile.

    Faire l’appologie d’une religion basée sur des textes qui disent que la terre est platte, qu’elle est soutenue par des éléphants géants, que nous somme au centre de l’univers, que dieu a créé l’homme et que les dinosaures n’ont jamais existés oui c’est imbécile en 2013.

    Certains disent qu’il ne faut pas tout prendre a la lettre et que la bible est imagée. Désolé mais c’est le coeur même de toute la bible qui est prouvée comme fausse.

    (sic ) tes de la naissance et de la mort de Jesus ainsi que toutes les evènements marquant décrit dans la bible sont basé sur des observation astronomique comme le solstice, l’equinoxe, et l’alignement des étoiles visibles. Des douzaine de religion qui datent d’avant le christianisme avaient exactement la même histoire avec les mêmes dates et les même évènement. Tout est basé sur un interprétation que les anciens avaient des étoiles et du soleil, du jours et de la nuit. Un conte fabriqué par l’homme pour imager ses observations astronomiques.

    Ma réaction au commentaire:

    « Etre croyant en 2013 … »

    Quand quelqu’un commence une phrase par cette proclamation solennelle, je sais que j’ai affaire à un individu qui pense magiquement mais sans s’en apercevoir. Quant à faire de la numérologie et des invocations magiques, faites-en sérieusement et pour vrai – **en le sachant**.

    D’autant plus que *vous* êtes un *croyant* .. “en 2013”. Un croyant athée.

    L’athée qui croit que “Dieu existe pas” est évidemment un croyant comme les autres croyants, qui ne s’est pas encore aperçu qu’il était un croyant comme les autres croyants, et tout ça en dépit de son intelligence supérieure à celle des autres croyants …

    L’athéisme est une croyance. Comme les autres. Avec la production inévitable de son fondamentalisme fanatisant (fana : extinction de l’esprit de chacun dans l’unité d’un propos délirant et sans preuve), lequel fondamentalisme ne mobilise jamais tous les croyants mais, généralement, les plus bêtes, les plus forts, et .. (c’est encore une énigme pour moi cette production quasi automatique de fondamentalismes fanatisants), et ce fondamentalisme fanatisant donnera ce que tous les fondamentalismes fanatisants finissent par donner : d’la m.

    On le voit aujourd’hui avec le féminisme qui se prolonge dans la théorie du genre et cherche à tout déboulonner avec le concours de la Lgbt :

    Vers une harmonie d’enfer : harcèlement, faux viols, chaos du genre

    Encore faut-il être assez intelligent pour le comprendre, le pressentir, ou pour le voir, encore faut-il assez de culture historique, psychologique, anthropologique, littéraire pour en étayer la vérité, encore faut-il aussi une sorte d’instinct de base pour le percevoir et ensuite explorer les champs qui permettent de conscientiser les repères et les indications de l’instinct. Ou de l’intuition, qui est différente. Dieu merci, même sans tout ça, il y a encore des gens capables de percevoir d’emblée, simplement à cause de leur qualité de conscience et d’un éclairage intérieur, que toute la houplah du militantisme athée, c’est de la schnoutte. Ça se démontre, oui. Ou, tout simplement, ça se sent, aussi.

    Vous êtes un nain culturel. Toute votre critique est basée sur le fait que la Bible a dit ci, et c’est factuellement faux, et le solstice, et tralala. Vous n’avez aucune culture métaphysique. Même Engels disait, comme Marx, que la matière (materia prima) est infinie et indestructible (une redondance) : l’infini, en métaphysique, est un attribut Divin (absence de formes) parmi d’autres, même Marx l’affirmait — et le concept de cette absence de forme est atteint par une méditation et une réflexion intelligente, — et d’un autre côté, elle ne se prouve **concrètement** que par l’expérience personnelle. Marx disait la même chose que ce que certaines écoles bouddhistes affirment, que l’univers est fini et infini à la fois, les deux, avec formes et sans forme à la fois, les deux. Marx était athée? Wtf. Rendu là, ç’a plus ou moins d’importance. Il était intelligent, lui. Vous ne l’êtes pas : le simple fait de revendiquer l’appartenance à une coterie ne vous en confère pas, de toutes évidence, les vertus, en tout cas celles qu’on lui attribue **exclusiveemnt** , à tort, en plus :-))) . En termes populaires, «l’habit fait pas le moine», pas plus que le fait de vous prénommer Albert vous permettrait de comprendre les deux théories de la Relativité – ou d’en parler intelligemment, ou de les concevoir, ou de les écrire. Le fait de vous proclamer “athée” ne vous confère en rien, et certainement pas automatiquement — ça se voit, — une supériorité intellectuelle.

    L’athéisme tel que je le rencontre sur cette page [ Huffington Post Québec : Les religions doivent-elles disparaître? ] est, généralement, une amusette de nains intellectuels et de gens culturellement pauvres qui croient sans doute encore aux Terreurs de l’An Mil (inventées par Michelet au XIXe siècle en se basant sur des récits écrits au .. XVe siècle ! – plus de 400 ans **après** l’An MIl) et qui ignorent, par exemple, que le Pape de l’An Mil (Gerbert d’Aurillac, Sylvestre II, un technicien et un savant) s’était fait faire un GLOBE TERRESTRE pour représenter la Terre, dont les chroniques de l’époque nous disent très clairement qu’elle «est ronde comme tout le monde le sait» (chroniques de Abon, ou de Glaber, cité de mémoire). Et ce, *quelques siècles avant le procès de Galilée*.

    Faites des recherches, des vraies, pas des recherches de pataphysicien d’terrasse.

    Sur la “croyance” en la Terre plate vs la connaissance médiévale de sa rotondité, vous pouvez commencer à vous déniaiser en allant ici : Idées reçues : croyait-on au moyen âge que la terre était plate ? Michel Chandeigne et Jean-Paul Duviols : sur la route de Colomb et Magellan.

    À l’époque de Galilée, l’Église savait que la Terre est ronde, contrairement à toutes les sottises qu’on peut lire là-dessus. Cherchez (bien), vous verrez.

    Vous êtes un ignorant et vous avez encore des tonnes d’eau derrière les oreilles.

    À vous lire, on se dit qu’il devait y avoir un glitch de taille dans “l’étude scientifique” qui disait récemment que les croyants athées étaient plus intelligents que les croyants qui ne le sont pas…

    L’univers est infiniment plus riche, mystérieux, plein de conscience divine, infiniment plus riche et profond que la seule tridimentionnalité de la conscience de veille, ou que les concepts fanatiques athées, panglossiens, étriqués, qui gigotent de ce temps-ci dans l’actualité et qui, très souvent, Dieu merci, provoquent en moi des fou-rires.

    Je vous recommande le vedanta.

    Dans le sanathana dharma, la loi éternelle, ce qu’on appelle parfois “hindouisme” (un concept d’origine occidentale, ennéoué), il existe six grands systèmes d’interprétation (six darshanas, six points-de-vues) du Réel et de l’expérience métaphysique. Le système logique à la base des six approches est le même système logique, très sophistiqué. L’un de ces darshanas (ou “point-de-vue”) est souvent qualifié (à tort ou à raison) “d’athée”.

    Il est frappant qu’au sein de cette tradition très, très ancienne, aucun nitwit, à ma connaissance, n’a eu l’idée saugrenue de prendre le monde d’assaut pour affirmer la supériorité intrinsèque du darshana athée sur les cinq autres.

    Nos civilisations occidentales, elles, produisent les nitwits capables de telles invraisemblables aberrations et agitent le bocal au point où c’en est gênant.

    Excusez-moi.

    J’m’arrête.

    J’ai l’fou-rire.

    Come of age.

    ____

    Et pendant que j’y étais, j’en ai remis une louchette (celui qui précède n’a pu être publié sur HP, comme j’disais, trop long) :

    Quand tu traites les gens d’imbéciles, assure-toi toujours que tu n’es pas en train d’apostropher ton miroir; c’est toujours gênant d’être le dernier à s’en apercevoir.

    Bref, un lien sur la rotondité de la terre :

    http://lecheneparlant.over-blog.com/article-au-moyen-age-l-on-croyait-que-la-terre-etait-plate-une-platitude-qui-nous-concerne-97860769.html

    Et quand tu commences un sermon par cette phrase solennelle : «Etre croyant en 2013..», sois assuré qu’un bon nombre de gens savent déjà qu’ils ont probablement affaire à quelqu’un qui pense “magiquement” — mais qui n’est pas assez conscient pour s’en apercevoir.

    ___

    Quelqu’un, L.C., a écrit ceci :

    j’ai lu abondamment le mal qui a été écrit sur Gandhi, sur le docteur Albert Schweitzer, sur Martin Luther King, sur Mère Térésa, (sur le docteur Norman Bethune), etc. Il semble que personne n’y échappe, même parmi les plus grands spécimens humains qui ont existé.

    Je vous l’avoue franchement: je n’ai pas été impressionné, et je fus rarement convaincu par ce dont j’ai pris connaissance. Il m’a semblé que ce qui n’était souvent que des potins et des ragots avait été écrit par des gens qui surtout les connaissaient fort mal, et qui, manifestement, ne les valaient pas, n’ayant à peu près rien accompli de comparable ou de significatif dans leurs (parfois longues) vies réciproques.

    Personne n’est parfait. Cela ne diminue en rien la valeur des actes de compassion, de bonté, de générosité voire d’héroïsme que les gens accomplissent, certains en plus grand nombre que d’autres, souvent selon les circonstances… mais aussi par détermination et courage, ceux qui y croient laissant à leurs dieux, à la fin, le soin d’en juger et d’y donner suite selon l’ordre des choses. Je crois que bon nombre d’entre nous pourraient sagement en faire autant, fort avantageusement .

    J’ai renchéri ainsi :

    Donnez du pouvoir politique aux dénonciateurs et aux fanatiques fondamentalistes athées et vous aurez des goulags.

    Tout ce qu’ils disent des meilleurs, toute la haine destructrice qu’ils projettent sur eux, ils la portent en eux, soyez-en certain. D’où voulez-vous qu’elle sorte?

    Demain, les Torquemada de l’athéïsme.

    En passant, je ne pratique aucune religion – mais je ne suis pas à ce point démuni d’être pour confiner ma conscience à cette lubie grouillante qui commence à me donner froid dans le dos : l’irrationnalité du fanatisme militant athée. Me font penser à des petits Pol Pot.

    Like

    • musael says:

      Ouf! Laisse-moi respirer! Tu en as de l’énergie pour un vieux de – laisse-moi réfléchir – 20 ans au moment du Cassé, donc 70 ans minimum! C’est très lumineux ce que tu as écrit mais, malheureusement, la majorité des gens sur Huffpost sont des crétins qui ne pigeront pas le dixième du centi;eme de ce que tu expliques. En particulier ce l’égaré (il porte bien son nom) est un con fini qui, parce qu’il a lu un peu, se croit le parangon des lumières; a-t-il jamais réfléchi par lui-même? Huffpost est merdique à tout point de vue, mais c’est une tribune et il n’y en a pas tant que ça quand on a banni Radio-Canada, la Presse et tutti canti. Mais, je limite mes interventions au minimum. Quoi qu’il en soit merci de ton support et au plaisir de te relire à nouveau.

      Like

  16. Le Huffington Post Québec s’est doté d’une loooongue Charte des Commentaires qui fait penser à une bulle janséniste. ( Référence à cette conférence-vidéo : Cet antihumanisme qu’on appelle toujours “les Lumières”. Conférence vidéo de Marion Sigaut. )

    Les commentaires ne passent pas.

    Ou alors faut attendre le train pendant des heures.

    Alors je publie mes commentaires ici :-)) ( finalement, ils finissent par en passer certains au bout de quelques heures, peut-être tous, je ne sais pas, de toutes façons j’ai enrichi et précisé ceux que je publie ici, et j’ai pas envie de retourner là-bas )

    J’ai réagi à un commentaire d’un certain F. R. (je donne seulement les initiales). Sur Huffington Post Québec. Commentaire passe pas.

    Copié-collé le commentaire de F. R. à partir de : Les religions doivent-elles disparaître?

    Voici son commentaire sur les maudites religions :

    «Les gens peuvent croire à tout ce qu”ils veulent bien croire. Ils sont tout-à-fait libres. [ Note de Loup : “tout-à-fait libres”, dit-il. Allez lire sa finale : « Toutes les religions sont à proscrire! » :-)) ]

    Ce que je n’admets pas, c’est qu’ils, par prosélytisme, imposent leurs croyances à leurs concitoyens par des signes ostentatoires, des exceptions privilégiées, des passe-droit dont les coûts sont assumés par la population au complet.

    Au XXIe siècle, l”État n’a pas à croire ni en Jéhovah, ni en Jésus-Christ, ni à Allah. [ Note de Loup : un État ne peut pas “croire”; un être humain, oui. ] Et, contre partie, tous les croyants en ces religions doivent respecter intégralement cette neutralité de l’état.

    Il faut mettre fin aux conflits basés sur la religion. Dans plusieurs pays d’Afrique, actuellement, nous avons des batailles rangées entre Catholiques et Musulmans; en Syrie, ce sont les Chiites contre les Sunnites; en Irak, les Sunnites contre les Chiites; Et la riche Arabie saoudite qui commandite la radicalisation de l’islam à travers le monde.\

    Toutes les religions sont à proscrire! »

    Qu’on se le tienne pour dit !

    Le type est tellement intellectuellement supérieur (c’est scientifiquement prouvé : il est athée), — mais vraisemblablement pas très conscient — qu’il ne se rend même pas compte qu’on croirait entendre, surtout en lisant sa finale, une exhortation fanatique lancée par Saint-Dominique à ses troupes à la veille du massacre des Albigeois.

    Et il continueront à prétendre que la croyance athée est magiquement à l’abri de tout fanatisme..

    N’oublions pas que cette mouvance s’active et se grouille plus que jamais dans les corridors du pouvoir.

    Ma réaction au commentaire de F.R. (enrichi!) :

    Le mot «ostentatoire» ( le projet de “charte des valeurs québécoises” voudrait interdire les «signes religieux **ostentatoires** » ) implique dès le départ un jugement de valeur, une sorte de procès d’intention sur la personne qui porte le signe, une intention qui n’est pas évidente et qu’il faut prouver. «Ostentatoire» porte l’idée qu’on fait tout pour que la chose soit ultra-visible. À la limite, ça se rapproche de l’adjectif «exhibitionniste».

    Très frappant que la propagande pour l’adoption de la fameuse Charte des valeurs québécoises utilise toujours ce terme («ostentatoire»), et non le terme «**ostensible**».

    «Ostensible» signifie que c’est visible sans entrave. Simplement. Très frappant qu’on n’utilise pratiquement jamais ce terme dans la propagande chartiste.

    Par contre, «ostentatoires» sont les founes sous les minijupes — fort plaisantes parfois mais pas toujours, beaucoup trop de plastique — parfois ostensibles, ça va, mais de plus en plus ostentatoires, ça c’est autre chose, et surtout vénalement intéressées (et je ne parle pas, ici, de prostitution classique). Ces founes vraies ou rapportées sont de plus en plus l’instrument pérenne du harcèlement sexuel silencieux féminin dans le but, pour de plus en plus de femmes, de pouvoir recourir aux fausses accusations de harcèlement mâle, ou de viols, pour une parole, un mot, un toucher venant d’un homme. Les hommes sont devenu(e)s des bonnes poires, phoque, on les poche chaque fois qu’on peut, ou, tout simplement, on fait du bashing. Pour le fun. Une fausse accusation, ça peut rapporter. Ça peut être-bon-pour-l’économie. Donnons un autre nom au harcèlement féminin silencieux vénal, n’importe quelle désignation qui ment, qui signifie autre chose que ce que c’est, ou mieux : qui ne signifie rien. Les Québécois vont gober. Et chartons.

    Sur l’épidémie contemporaine de fausses accusations de viols, je n’invente rien :

    Vers une harmonie d’enfer : harcèlement, faux viols, chaos du genre

    Le harcèlement sexuel silencieux féminin («ostentatoire» ou «ostensible», d’ailleurs) par intérêt vénal ou besoin de pouvoir capricieux, ou à des fins de dénonciations malicieuses — et non plus “érotico-naturel” — est une précieuse valeur québécoise féministe à charter. Fric et pouvoir. Chartons.

    Tout comme les signes transbandinants de la fierté gaie, transgaie, transgenre, gaitrans, ou ouatever “transe”, qui, comme tout le monde le sait, n’ont absolument rien d’exhibitionniste, mais voyons, ou d’ostentatoire (mais où allez-vous chercher ça?), et échappent à tout danger de nourrir un fanatisme idéologique genre «homme nouveau-nouvelle» sauce Lgbt, et encore moins de favoriser béatement les épidémies de maladies vénériennes par encouragement de toutes sortes de pratiques dont on sait qu’elles les favorisent, comme c’est le cas présentement. Ah, l’appel des Corpo-pharmas. Valeur québécoise. C’est-bon-pour-l’économie, ça fait vendre des pilules, ça met de l’argent dans les coffres du corps médical. On va charter tout ça, hop dans l’bag à valeurs. Chartons.

    Le vrai danger pour les Québécois, on le sait, c’est le kirpan, le voile sur la tête, la petite croix dans le cou, la qipa — et peut-être même la grosse tuque de laine qui pend généreusement, et la ceinture fléchée tressée à la main : ça fait «Québec Libre». Dangereux. Chut. Déchartons ça.

    J’ai pris le mouvement indépendantiste et nationaliste québécois très au sérieux, et j’ai milité avec ferveur, il y a longtemps, tant que Pierre Bourgault était actif. J’ai commencé graduellement à ne plus prendre le mouvement trop au sérieux après que René Lévesque eut chassé Pierre Bourgault du mouvement et dénaturé le mouvement.

    Aujourd’hui, le mouvement en est à se mettre en phase — comme le NPD — avec les idéologies glaireuses du gouvernement laïco-socialisto-elgébétant de François Hollande. Et tout ce que le mouvement parvient aujourd’hui à faire, apparemment, c’est du chartage de tissu, du brassage de complications, et de l’enculement d’mouches. C’est la version québécoise du leurre du pickpocket. C’est la version actuelle – il y en aura d’autres – du decoy ou du leurre hollando-taubiro-belkacemo-français qu’était le “mariage pour tous” et l’annulation de la filiation pour les “naissances homos” obtenues évidemment par ventres loués de mères porteuses, ou par exclusions des pères par les lesbiennes. Un bon commerce. Le meat market. C’est-bon-pour-l’économie. On va charter tout ça.

    Qui voit ?

    ( En passant : Staline était athée, monsieur Ricard. Du sang plein la moustache. L’athéïsme sauvera le monde. Les charlatans disent toujours la même chose. )

    Like

  17. musael says:

    Athée risques zé périls. Ils ont beau jeu, rien n’est prouvable scientifiquement parlant concernant l’existence d’un quelconque Dieu. Il était prévu que nous en arriverions là. Chemin faisant, c’était voulu pour ta croissance personnelle.

    Like

    • :-)) Ça tient l’esprit humain alerte et ça permet d’approfondir le sens des mots. Faut dire que l’argumentaire athée, c’est du bois mou. Ça n’est jamais qu’une croyance qui se nie en tant que telle et se croit artificiellement supérieure aux autres croyances.

      Depuis longtemps je connais la différence entre deux choses : une que j’appelle la foi, et qui n’a pas d’objet spécifique: c’est la présence au fond de l’être, avec les qualités décrites en long et en large depuis la nuit des temps, facile à reconnaître. Très réel, très “lumière”, très paisible, etc.

      L’autre que j’appelle les croyances. Elles ont un objet spécifique et varient énormément. On apprend peu à peu à différencier les deux. La foi n’est pas mentale. Dans mon livre à moi, la foi n’est jamais la foi en quelque chose. La foi est, c’est tout. Elle est fondamentalement délicieuse, fondamentalement mystérieuse. Très réelle. C’est autre chose.

      L’athéisme est une croyance. Comme les autres. L’athée militant, du genre “brandisseur de pancarte”, la défend bec et ongles, comme certains croyants d’autres croyances, et ce sera comme ça tant que la foi, la présence, ne s’installe pas au fond de l’être. La foi transcende toutes les croyances, elle ne relève pas du plan mental.

      Les athées, au fond, sont rigolo, et sont probablement l’espèce de croyants militants (j’insiste sur ce dernier mot, les athées ne sont pas tous des prosélytes) la plus pathétique : une espèce qui se nie comme “croyante”. Le problème est que les athées, ceux que je lis ou que j’entends, ne s’en rendent pas compte on dirait : évidemment, c’est du gâteau quand on veut écrire un billet.

      Évidemment, le billet est mental. La foi sourit, chaude, toujours aussi mystérieuse, c’est tout. Je pense au sourire de Maître Eckart.

      Le fanatisme religieux ou idéologique, tous les fanatismes (extinction de l’esprit de chacun dans l’unité de tous, et dans un propos unique), et ça inclut évidemment le fanatisme des militants de l’athéisme (cette “race” — comme on disait il y a longtemps — qui se croit à part, comme dans tous les “racismes”), ce fanatisme, il provient d’une fusion de la foi et de la croyance, une sorte d’obscurcissement de la foi par la croyance, une sorte de “chaos”.

      L’une des réalisations les plus importantes dans l’évolution de la conscience est de commencer à réaliser que la foi existe en elle-même et n’est pas la croyance — c’est autre chose — elle n’a pas besoin de la croyance. La foi (ce que j’appelle la «foi») peut éclairer la croyance mais par-dessus tout elle est naturellement à grande distance de la croyance. Lorsque la croyance évolue, intègre des faits nouveaux, ou s’écroule ou se transforme en vertu de la dynamique mentale qui naturellement cherche la vérité des faits, l’enrichissement et non l’appauvrissement, — la foi, elle, toujours, demeure. Indépendante. C’est là. Au fond. C’est toujours là.

      La foi n’est pas mentale.

      Il faut bien séparer ce qui n’est pas même.

      Un bon mantra, parmi bien d’autres : « Le simple fait d’exister est un véritable bonheur » ( Blaise Cendrars ). C’est un heureux bon premier pas.

      Like

      • musael says:

        Tu es plus en forme qu’hier; je n’aurais pu mieux dire.
        Si l’envie te prend, il y un de ces intégristes athées qui sévit sur Huffpost Québec. Il a tout du fanatisme religieux.

        Les religions doivent-elles disparaître?

        Like

        • :-)) Des fois ça parait.
          Merci pour le lien.

          Like

        • J’y suis allé. Huffington Post Québec. Genre massemédia sur internet. Deux commentaires envoyés. Passent pas. Peur, censure, ou filtre manie-aQc. Frilosité. Lassant.

          Le premier commentaire que j’ai envoyé ( inspiré de mon article, souvent verbatim ) :

          Staline était athée. On sait que « les religions sont les seules responsables des pires atrocités commises dans l’Histoire humaine », comme le disent sans cesse les militants athées. Qui se croient. Dur comme fer. Comme l’homme de fer. Qui avait du sang plein la moustache et les bras.

          L’athée croit que “Dieu n’existe pas”, l’athée est un croyant comme les autres croyants, qui ne s’est pas encore aperçu qu’il était un croyant comme les autres croyants, qui croit que sa croyance est supérieure aux autres et qui camoufle sa croyance athée en disant que sa croyance n’est pas une croyance et pense que tout le monde va le croire, et tout ça en dépit de son intelligence supérieure à celle des autres croyants…

          La nouvelle, c’est surtout ça. Si vous aimez les absurdités, encadrez celle-là.

          http://wp.me/po7BZ-7Pr

          Et ça me rappelle aussi le conte des habits neufs de l’empereur d’Andersen (ou “Le Roi est Nu”) :

          http://wp.me/Po7BZ-5la

          ___

          Le deuxième commentaire :

          Staline était athée. L’athéïsme ne l’a pas empêché d’avoir du sang plein la moustache. C’est le changement de conscience qui va changer quelquechose, si jamais quelquechose doit changer. Pas une idéologie, et surtout pas une croyance qui se déguise, en plus, en “incroyance” : l’athée croit que Dieu n’existe pas. C’est une croyance. Et l’athée proclame que les croyances, c’est mauvais. Sauf la sienne, parce que sa croyance, mais voyons donc, c’est pas une croyance..

          N’importe qui a déjà fait un peu de logique, ou des “tables de vérité”, entend ça et se met à rigoler..

          _____________

          J’irai peut-être voir un peu plus tard. J’ai lu un de tes commentaires. Très bon. J’en ai lu d’autres. Intéressant dans l’ensemble, les commentaires.

          Salut )

          Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s