Les loups et la naissance de ton armée

Photo Wladimir Bologov for Russia Today.

Photo Wladimir Bologov pour Russia Today.


“Alors, souris, petit. Souris et salue ton armée.
Elle est née, ta meute en multiples habits d’audace et d’argent,
libre, magique et puissante comme le vent,
et rien, plus rien ne l’arrêtera.”


 

Le ressac
me rend muet
comme une carpe.

Je suis un point dans l’eau.
Je suis comme un point dans l’eau.
Je suis comme un ersatz d’océan.

Une vaguelette me coiffe
là-haut
comme un lumineux croissant de lune
comme un lumineux croissant de dune
comme un numineux chemin lacté,
scintillant
sur un autre plan.

Ça m’est venu d’un coup:
je connais mes écailles.
Je connais les écailles.
J’ai chaud dans cet incendie d’écailles.
Toutes les robes d’écailles sont mes robes.
Je suis vêtu de vie. Je suis vêtu de feu.
Il n’est plus ni eau, ni air. Il n’est plus que du feu.

Elle m’accompagne.
Tout va très vite.
Aurai-je le temps de vous léguer son nom?

Le ressac est la californie de mes vies.
Le Pacifique s’est dressé comme un tsunami.
Je reviens.
Je retourne.
Je suis en immobilité suprême.

Il n’est plus d’espace qu’expansion et montée.

L’océan.
L’océan submerge mon visage.
L’océan cru submerge mon visage.
Ses vagues envahissent le corps.
L’océan est une immense tempête de neige
dentelée de jaune et de vermeil
dont le contact fouette, brûle, rafraîchit.

Le silence en implosion.

L’océan vermillon crie sur mon passage stoppé.
L’océan vermillon crie: «Tu montes. Tu ne navigues plus.
Laisse le fouet du temps te caresser à sa mesure,
ton coeur a atteint le centre des tourmentes,
ta sérénité est née.»

Tu croises au large de l’espoir
comme un oiseau sans voix
qui parfois chante,
mais on ne l’entend pas,
car il chante
en le témoin chantant;
mais il chante
et c’est enchantement.

Ta voix porte et tu chantes comme hurlent les loups.
Ils sont revenus. Ils te reconnaissent.
Ils t’encerclent. Ils te vénèrent.
Ils te le rendent.

Alors, souris, petit. Souris et salue ton armée.
Elle est née, ta meute en multiples habits d’audace et d’argent,
libre, magique et puissante comme le vent,
et rien, plus rien ne l’arrêtera.

Leur espoir est félicité.

Sois fidèle et chante, témoin, chante.
Les loups, dans leur antre, t’entendent, et c’est de joie qu’ils hurlent.
Et c’est leur joie
qui brille et se métamorphose
comme des lunes,
comme des épaules blanches et nues,
mordorées de gris capiteux,
qui glissent, filent, sur des dentelles de feu
au bout de dunes élégamment arquées, opalescentes,
et dont les reflets coiffent leurs fronts canins
de croissants roux et dorés, et de points rouges, là-haut,
sur un autre plan.

Souris, petit. Souris et salue ton armée.

C’est son invincible rire
qui brille et bruisse
dans ton front.

Écrit entre 2001 et 2003.


Photo Wladimir Bologov for Russia Today.

Photo Wladimir Bologov for Russia Today.


( Note: “bruisser” n’existe pas (n’existait pas) en français. Le verbe utilisé, dans le contexte, aurait dû être le verbe “bruire”. Mais “bruire” ne convenait pas. Il me fallait du son “sss”, pas du son “rrr”. Alors, voilà: la langue française compte maintenant un nouveau verbe: le verbe “bruisser”. )


© Copyright 20o9 Hamilton-Lucas Sinclair (Loup Kibiloki, Jacques Renaud, Le Scribe), cliquer


 

Beaucoup de poèmes de Jacques Renaud ( Loup Kibiloki )


 

Loup Kibiloki ( Jacques Renaud )  :    Plusieurs suites poétiques de Loup Kibiloki ( Jacques Renaud )   –   Des poèmes à Shiva –   Des histoires, des comptines, des contes.  En prose ou en versets libres.  Parfois bizarres, parfois pas.   –   Toutes les terrasses du monde s’ouvrent sur l’infini. On va prendre un café ensemble. Poème. « Toujours, tu rencontreras Rimbaud dans les rues vermillonnes et safranées de Marrakech … »


 

Suites poétiques, Loup Kibiloki ( Jacques Renaud )  :   Les Enchantements de Mémoire  – Sentiers d’Étoiles  –  Rasez les Cités  –  Électrodes  –  Vénus et la Mélancolie  –  Le Cycle du Scorpion  –  Le Cycle du Bélier  –  La Nuit des temps  –  La Stupéfiante Mutation de sa Chrysalide


 

Un chic chat dans l’coma   –  Un ballon dans un cochon    —   Elle a trop bu de jus d’ tortue

Le miracle de l’écrivain dans l’donjon   –  Petit Matou (paroles pour chanson de plage et d’été, tendre, kétaine et rythmée)    –   La pluie, de ses dents rondes et bleues  –  Filez, filez, ô mon navire – (poème qui se chante) (et bateau d’avril)

Un coup bavant du Grand Avide, ou Kafka aurait pu l’dire

La Fable de Crassus le Gigueur, ou comment ouvrir la terre sous les armées   –   Le Cliquetis de la croquignole   —   La logique est une muette qui ne cesse de nous faire signe   –   La soeur d’Absalon, ou le ciel et l’enfer interdits aux comiques


 

Oeuvres de fiction de Jacques Renaud qu’on trouve sur ce blog :  

Le Cassé, la novella, avec les nouvelles; la vraie version originale et intégrale, la seule autorisée par l’auteur.   —   Le Crayon-feutre de ma tante a mis le feu, nouvelle.   —   L’Agonie d’un Chasseur, ou Les Métamorphoses du Ouatever, novella.

La Naissance d’un Sorcier, nouvelle.   —   C’est Der Fisch qui a détruit Die Mauer, nouvelle.   —   Émile Newspapp, Roi des Masses, novella.   —   Et Paix sur la Terre (And on Earth, Peace), nouvelle.   —   L’histoire du vieux pilote de brousse et de l’aspirant audacieux, nouvelle

Le beau p’tit Paul, le nerd entêté, et les trois adultes qui disent pas la même chose, nouvelle  —  La chambre à louer, le nerd entêté, et les quinze règlements aplatis  —   La mésange, le nerd entêté, et l’érudit persiffleur

Loup Kibiloki ( Jacques Renaud ) :  La Petite Magicienne, nouvelle;  La Licorne et le Scribe, nouvelle.


 

Sur Le Cassé de Jacques Renaud, des extraits de critiques

Jadis, la liberté d’expression régnait dans ma ruelle, ou La ruelle invisible

Le Cassé de Jacques Renaud : le vrai, le faussé, le faux  (A-t-on voulu détruire la carrière de l’auteur ?)

Sorel : En 2012, on y censure Dieu et Edith Piaf. En 1971, on y censurait Le Cassé de Jacques Renaud…

And on Earth Peace, Le Cassé, le joual, Jacques Renaud  (Sur Jacques Renaud, l’époque du Cassé, le “joual”.)


 

Blogsurfer.usIcerocket

 

About Loup Kibiloki

Aller ici (have a look here) : https://electrodes-h-sinclair-502.com/electrodes_anode/
This entry was posted in Poésie, Tous les poèmes, fables, ouvrages de poésies. and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to Les loups et la naissance de ton armée

  1. Pingback: Monologue de l’âme-soeur. Poème. | Électrodes

  2. Pingback: Du commencement à la fin ou L’Oupanishad de l’ Ignorance | Électrodes

  3. Pingback: From beginning to end | Électrodes

  4. Pingback: Cristal de gloire | Électrodes

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s