Montréal tannée, Montréal monnayée, Montréal en maudit ..

Ludwig Meidner, peintre allemand, 1884-1966. The Burning City; date de 1913. Source en cliquant sur l'illustration.

La Cité qui Brûle, The Burning City, 1913, tableau de Ludwig Meidner, peintre allemand, 1884-1966. (Source en cliquant sur l’illustration.)

Le Cassé, novella de Jacques Renaud – texte original et intégral, avec les nouvelles.

Extrait du Cassé, 1964 :

Les totos. Les bébés. Ça se ressemble. C’est comme ça qu’on appelait ça, quand j’étais petit, des totos. Je les faisais rouler sur les dessins du tapis. Dans la cour, je leur faisais des chemins avec de la terre, de la boue, de la gravelle.

C’est drôle comme les criards des totos, ça me fait penser à des cris de bébés. C’est cave.

Rue et piétons. Ludwig Meidner, 1913.

Oui. Des cris de bébés dans la ville alitée. C’est l’été. Montréal est une île meurtrie. Une île mouvante et sonore comme une mer qu’on tue. Le fleuve s’est figé autour comme de la fonte. Le fleuve veut dormir. Rien ne l’en empêchera. Le fleuve est un anarchiste. Quand il voudra envahir l’île, il le fera. Quand il le voudra. Et ne criez pas que vous voulez tous mourir. C’est inutile. Vous n’avez même pas besoin de le vouloir. La vie s’en charge à chaque instant. Le suicide n’est ni une question de lâcheté, ni une question de courage. Ce n’est même pas une question. Ce n’est même pas un problème. C’est un acte. Naître, c’est se suicider. Nous nous suicidons tous. Faites le tour des usines, faites le tour des clubs de nuit, les très riches et les très pauvres, faites le tour des journaux et des milieux d’artistes et d’intellectuels, regardez-les se déchirer les uns les autres, regardez-les s’autodétruire aussi. La seule différence dans les orgies entre l’Est et l’Ouest, c’est que dans l’Est, on s’assomme, et que dans l’Ouest, on s’amuse. Dans l’Est, on s’pacte, dans l’Ouest, on s’amuse, on prend une cuite, et pour faire ça, y en a toute une gagne qui se cache en s’entourant de clôtures.

Le fleuve, c’est une bande hernière. Montréal s’est crevé. Tous les soirs, tous les matins, sauf les gris, le rouge du soleil dans l’eau, c’est le sang des insulaires qui se dilue, indifférent, dans l’eau froide et figée. Montréal est un râle. Un braillage de bébés. Ça finit plus. Un long meuglement de criards de totos. Montréal, c’est une île torturée, assommée, hideuse dans sa poliomyélite. Montréal étendu dans ses meurtrissures sous la lune.

Montréal tannée.
Montréal monnayée.
Montréal en maudit.
Gagne de chiens!
Qui ça?
Tout le monde!
Fesser! Frapper! L’air sent la violence à plein nez. Le gaz carbonique et le mensonge.

Et la tendresse, des fois, quand un arbre prend un couple par la taille dans un large et muet bras d’ombre.

Montréal, 1964.

© Copyright 1964, 2010 Hamilton-Lucas Sinclair (LoupKibiloki, Jacques Renaud, Le Scribe), cliquer

Tableau de Ludwig Meidner, peintre allemand, 1884-1966. The Corner House; je n'ai pas la date. Source en cliquant sur l'illustration.

La Maison du Coin, The Corner House, tableau du peintre Ludwig Meidner, peintre allemand, 1884-1966; je n’ai pas la date du tableau. (Source en cliquant sur l’illustration.)

Le Cassé, la novella et les nouvelles; la vraie version originale et intégrale, la seule autorisée par l’auteur.   —   Jacques Renaud, ouvrages de fiction en ligne, des notes biographiques.    —   Le Cassé de Jacques Renaud – des extraits de critiques   —    And On Earth, Peace – un article sur Jacques Renaud, le joual, Le Cassé, l’époque, etc.    —    Et Paix sur la Terre (And on Earth, Peace), nouvelle.   –

Arrêtez de raser les parterres et de massacrer les plantes sauvages. Plus de 500 espèces de plantes en danger au Québec.     –     Terrorisme domestique et destruction de potagers par les municipalités : Aux profits de quel lobby ?   –    Invasions de domiciles : Tout se passe comme si on voulait abolir la légitime défense.    —

Vers une harmonie d’enfer : harcèlement, faux viols, chaos du genre    —    Quand les mères de mort dominent invisiblement la psyché  ( La civilisation de l’avortement et ses conséquences dans l’inconscient collectif :  Les êtres humains sont-ils mus de plus en plus par le sentiment trouble et diffus qu’ils n’ont pas droit à la vie ? )    —    Les Femen et la Ressurgence de la symbolique nazi, cruelle, et totalitaire  ( Petite chronique du chaos présent )    –     L’avortement, le foetus, Morgentaler et la peine de mort : les holocaustes préventifs   —

Le Crayon-feutre de ma tante a mis le feu, nouvelle.   —   L’Agonie d’un Chasseur, ou Les Métamorphoses du Ouatever, novella.  –  La Naissance d’un Sorcier, nouvelle.   –   C’est Der Fisch qui a détruit Die Mauer, nouvelle.   –   Émile Newspapp, Roi des Masses, novella.   —    Jack le Canuck, chanson naïve pour Jack Kerouac.  —

L’histoire du vieux pilote de brousse et de l’aspirant audacieux  –   La chambre à louer, le nerd entêté, et les quinze règlements aplatis.   —   La mésange, le nerd entêté, et l’érudit persiffleur

Histoires, comptines et contes. En prose ou en versets libres. Parfois bizarres, parfois pas.

Jacques Renaud, vers l’âge de 21 ans, hiver 1965-1966. Cliquer.

Un coup bavant du Grand Avide ou Kafka aurait pu l’dire (inclassable et passablement outrancier).    –    Histoire de Loup-Garou, fragments décousus d’une chronique ancienne charcutée    —  Le scorpion à bicyclette, une histoire qui file, bigarre et loufoque.   —   Le Cliquetis de la Croquignole.     —     Crassus le Gigueur ou Comment ouvrir le sol sous les armées. Une variante du Pied Piper de Grimm.    —   La soeur d’Absalon  ou Le ciel et l’enfer interdits aux comiques   –   L’histoire de l’homme qui aimait la bière Molson et qui fut victime de trahison.  —    Lien vers des poèmes inclassables, conclassables, sans catégorille.

Poèmes divers      —      Trois poèmes à Shiva and one poem to Shiva.    —    La Toupie, la ballerine et le miel    —    La Fable du poème au fil de l’eau     –    La Colombe et la Brisure Éternité    –    La Toupie, la Ballerine et le Miel.    –    La Licorne, poème venu d’une blancheur médiévale    –    Toutes les terrasses du monde s’ouvrent sur l’infini. On va prendre un café ensemble.    –     Monologue de l’âme-soeur    –    Lettre d’eau ou J’ai assez vécu pour savoir combien j’ai voulu être ici    –

Les Enchantements de Mémoire   —   Sentiers d’Étoiles   —   Rasez les Cités  —   Électrodes   —   Vénus et la Mélancolie   —   Le Cycle du Scorpion   —   Le Cycle du Bélier   —   La Nuit des temps   —   La Stupéfiante Mutation de sa Chrysalide     –

Ludwig Meidner - source en cliquand sur l'illustration.

Le peintre Ludwig Meidner

Voltaire, Nouvelle-France, Canada, Québec: Anéantir l’Acadie, et autres citations.  –   Candide de Voltaire, texte complet.    –  Avons-nous jamais vécu en démocratie? Pétitionne, trace ton x, cause toujours.    —    Et si le maire Jean Tremblay, à Saguenay, s’inspirait de la Prière à Dieu, de Voltaire?    –   Le niqab. On veut l’interdire. Lequel?

Canada, Québec, Ontario, … : Un proto-totalitarisme souterrain persistant.    —    Canada : Pouvoir dérogatoire canadien et pouvoir dérogatoire hitlérien sont identiques.   —     Milgram, la torture, l’abîme de l’obéissance : les candidats sont légion.    —    Western leaders, western populations : awareness, massmedia control, and censorship.   —   Nos démocraties : Liberté ou soumission volontaire ?    —   Le petit x du vote : Acte de liberté ou Pacte de soumission ?    —    Le Règne de la quantité et les signes des temps de René Guénon.

Rimbaud, le Bateau ivre, et un « lapsus-coquille » : Je est autre.    —    Arrêtez de raser les parterres et de massacrer les plantes sauvages. Plus de 500 espèces de plantes en danger au Québec. Laissez la Vie Vivre!    –    Libérez Omar Kadhr    –    Un jour, la prison de verre et de fer volera d’elle-même en éclats    —    Le vrai portrait de Marguerite Bourgeoys par Pierre Le Ber : un chef-d’oeuvre d’art naïf.    —    Saint André : Dans notre coeur et notre esprit, le frère André l’a toujours été  –

Blogsurfer.us    –    Icerocket

About Jacques Renaud

Écrivain.
This entry was posted in Fiction, Fiction - Jacques Renaud., Poésie and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s