Neuf contes chaotiques, absurdes, loufoques, bizarres : 2 – Jétu Magrippe I

Je marche sur la rue Sparti.

Le feu est pris au premier étage d’une maison.

Je cours vers la maison, je grimpe quatre à quatre l’escalier extérieur qui conduit au deuxième étage pour prévenir les gens qui habitent là que le feu est pris au premier. J’enfonce la porte d’un logement.

À ma grande surprise, je me retrouve en présence de John Steinbeck (toujours vivant)! Et de Jétu Magrippe, l’illustre écrivain de la modernité compliqué. Il est l’auteur, entre autres, de : L’appêt-appât poté ô pot péti fouty oh! goshe! saint/sein  citro/citron.

Sa théorie littéraire veut que les mots ne renvoient qu’à eux-mêmes. Ils ne signifient rien. Ce sont des objets comme d’autres, un texte est un objet-texte, comme une fourchette, une roche, une pinotte. Avec beaucoup de petites barres comme ça : ///

Coup au plexus : une vedette! Le goût de lui demander un autographe et/ou de/de crier : «Au feu!» Je crie : «Au feu!»

J’ai à peine le temps de me tasser dans le corridor : Steinbeck sort, d’une frippe, entre mes pattes. Jétu Magrippe bouge pas.

Vous pouvez terminer l’histoire comme vous l’entendez. Je ne suis pas responsable du reste. J’ai non seulement crié «au feu!» très fort, énergiquement, j’ai même pris le temps d’écrire les mots sur une feuille de mon carnet à autographes que j’ai placé bien en vue devant Jétu.

Jétu l’a vu, a penché la tête, il a lu, il a hoché du front en murmurant de sa voix donjuanesque : «C’est un/une text/texte, pas d’erreur/d’erreure, il renvoit écoeurant/écoeurante, pas d’erreur, il vomit.»

Si ça vous écoeure, continuez pas.

Il y a plusieurs fins possibles à l’histoire :

1 – Jétu Magrippe sort d’un coup en courant comme Steinbeck et admet implicitement que les mots «au feu!» n’ont pas renvoyé sur eux-mêmes.

2 – Jétu Magrippe fait dans ses culottes et il est convaincu que même si «au feu!» est sussepette à cause des sirènes de pompier et de l’eau des hoses qui se renvoient par elles-mêmes sur sa bolle, il y a encore quelque chose qui semble vouloir dire que, dans le quelque part du quelconque, il y a de l’ineffable à odeur de ça même, dans le Jétu qui, sous lui, par lui-même, se renvoie silencieusement de la gêne qui sent pas le brûlé. Perplexité dans l’âme, index et pouce sur les narines, appuyant où ça/çalle odorise un renvoi, il pense : « “Au feu” ne renvoient qu’à eux-mêmes.» Et brûle. L’idée que les mots ne renvoient qu’à eux-mêmes passe au feu avec lui.

3 – Rien. Rien du tout. À un moment donné, t’es là, y a rien. Quand y a rien et que t’es là, on appelle ça le nirvâna.

4 – Jétu passe au feu mais ça veut pas dire que son idée passe au feu aussi. Jétu appelle rapidement sa secrétaire, Elle Même, lui dit d’appeler son confrère Oujlé Tupas, va s’asseoir sur le toit avec crayon et papier d’amiante, Oujlé Tupas arrive, monte l’escalier, parvient sur le toit à demi carbonisé. Jétu lui dit qu’il faut écrire fusionnellement Ma/mon idée de l’amiant/amiante qui sera signé Jétu Magrippe, Oujlé Tupas, et qui est destiné à révolutionner quelquechose. Quand la maison s’écroule, Jétu Magrippe et Oujlé Tupas restent suspendus en l’air. Ils y sont encore.

5 – L’idée passe au feu en dépit de tout et Jétu sort en flippant sa bette fondue, il renvoie sa secrétaire Elle Même, il est foutu.

6 – Jétu Magrippe s’écrie tout à coup: «Sida-Sida!», en fait une comptine populaire, se coiffe d’une capine et gobe des suces.

7 – Les pompiers éteignent en bas et sauvent Jétu avant qu’il ne meure en flambant en haut ou qu’il soit forcé de sortir. Jétu se renvoie lui-même, chez lui-même, par lui-même, de lui-même, il écrit «au feu!» lui-même, en cachette, et se fait un renvoi postal de texte à lui-même, se lit et se croit plus. Il écrit son plus célèbre ouvrage, Le Désert m’a lu. Il raye le titre et publie J’ai Honte. Il raye le titre et publie la rayure.

8 – Jétu sort porté par un feu de fond, n’enseigne plus et n’écrit plus à lui-même. Sa pivotante, quand il s’asseoit dessus, lui renvoie d’un cri/crie la peau du crâne au plafond de son logement à cause de ses founes tôstées qui dorénavant chauffent par elles-mêmes. À la faculté, il ne se renvoie pas lui-même mais va de lui-même au-devant d’une gagne de non-lui-mêmes qui renvoient Jétu même, à cause du pantalon de lui-même qui sent drôlement par lui-même.

9 – Jétu se met à lire Nelligan de lui-même à lui-même et étudie de lui-même, pour lui-même, l’informatique en elle-même.

10 – Il s’achète un modem pour lui-même, écrit des programmes pour lui-même et se les renvoie à lui-même, pour lui-même, de lui-même, en passant par les lignes du Bell même.

11 – Il se texte lui-même en s’assoyant sur la tête du roi George en face de chez Simpson à Montréal. Il le proclame. Mort de honte, sa réputation d’érudit brisée pour toujours, il se suicide sur le socle en bas en s’y jetant tête première parce qu’il s’était trompé: c’était Edward VII et c’était en face de chez Morgan.

12 – Jétu hait les pompiers pour eux-mêmes et en eux-mêmes, en fait une profession de foi, et fonde un parti sans savoir pourquoi.

13 – Parce que les pompiers l’ont arrosé, il pense d’eux-mêmes, par lui-même, pour lui-même, que :

a) les boyaux sont les ennemis des théories littéraires;
b) les ennemis sont les boyaux des théories littéraires;
c) les théories sont les ennemis des boyaux littéraires;
d) les théories sont les boyaux des ennemis littéraires;
e) les boyaux sont les théories des ennemis littéraires;
f) les ennemis sont les théories des boyaux littéraires;

etc.

Jétu Magrippe lance une campagne pour qu’on trouve d’autres possibilités : « Trouvez-les par vous-mêmes, écrivez-les-vous à vous-mêmes, et envoyez-la, la copie des réponses, par vous-mêmes, au Ministère de l’Éducation même qui, de lui-même, vous renverra de lui-même, par lui-même, pour vous-mêmes, les résultats eux-mêmes de vous-mêmes à vous-mêmes que vous-mêmes pourrez foutre à la poubelle de vous-mêmes.»

«Une bonne possibilité», ajoute Jétu Magrippe, « vous permet de devenir professeur, de vous faire haïr, mais de gagner quand même 60 000 $ par année et plus, suspendu dans l’air de Montréal à tester vos founes et autres faunes endommagées et polluées par deux hosties d’mots, deux guillements, une grève de chargés de cours pis un point d’interrogation drette et plate qui voulaient pas renvoyer par eux-mêmes, à eux-mêmes, d’eux-mêmes, sur eux-mêmes; à enseigner avec des mots qui renvoient sur eux-mêmes, pis encore, c’est tout juste, rien que quand y veulent, les chiens, des mots qui, d’eux-mêmes, se téléphonent à eux-mêmes quand y veulent, comme des punks qui se regardent eux-mêmes dans un miroir qui craque par lui-même, de lui-même, miroir que vous renvoyez par vous-mêmes, pour vous-mêmes, au magasin lui-même, et si, au bout de dix jours de carême blême de même, la craque du miroir qui vous fend l’image elle-même semble s’être maintenue par elle-même, en elle-même, pour elle-même, en dépit d’vot’ teint de carême blême. Demandez à Elle Même. »

Oubliez pas la garantie de dix jours.

Musique de fond: les sirènes des pompiers elles-mêmes.

Deux bonnes possibilités vous font gagner par elles-mêmes un cours de premiers soins de l’ambulance Saint-Jean elle-même où l’on devra établir si, de par eux-mêmes, les maux mêmes, et d’eux-mêmes, renvoient ou ne renvoient pas qu’à eux-mêmes et quoi faire, en un cas aussi de même que ça, pour vous-mêmes, par vous-mêmes, de vous-mêmes, que vous soyez en baptême ou pas en baptême.

Ce conte est un texte de propagande; tout c’qu’y manque, c’est une cause.

Reste à savoir si, à la manière des bombes H, que certains confondent tragiquement avec la préparation anti-hémorroïdale du même nom, ce texte de propagande ne renvoie qu’à lui-même, par lui-même, ou aux renvois eux-mêmes, par eux-mêmes, juste de même.

Ici même, je vous recommande le double expresso bien tassé avec une petite pincée de sel et une tranchette de citron (un p’tit goût spécial).

Faim.

Ça s’peut pas : le troisième conte est déjà prêt…?!?  Neuf contes chaotiques, absurdes, loufoques, bizarres : 3 – Jétu Magrippe II (tragédie)


© Copyright 1989, 2009 Hamilton-Lucas Sinclair (Loup Kibiloki, Jacques Renaud, Le Scribe), cliquer


Icerocket –  Blogsurfer.us

This entry was posted in Contes absurdes, loufoques, bizarres, ... and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s