Neuf contes chaotiques, absurdes, loufoques, bizarres : 5 – Barnabé encore

Une poche de tire sainte-catherine, ça coûte pas cher. Quand Barnabé a vu que son père mangeait trop d’aspirines, il est allé voir sa tante Alphonsine pour lui expliquer la situation.

Sa tante Alphonsine lui a immédiatement dit: «Mon cher Barnabé», (elle parle comme ça), «si tu t’imagines que le prix des néons a augmenté depuis que tu te rases sans savon, tu te trompes. Regarde dehors, il fait beau et les chevaux se portent bien, ils n’ont pas peur de l’eau : hier j’en ai vendu vingt-cinq à Gendron. Alors?»

Prétentieuse! J’étais déçu par ma tante Alphonsine (alle a pas rapport). Mais j’en ai une autre: ma tante Jeanne.

Je suis allé voir ma tante Jeanne avec mon seau plein d’eau, au cas, et elle m’a reçu avec son sourire habituel (description du sourire: taratatam fendu jusqu’aux orteils boumboum).

Alors, en me mouchant, je lui ai demandé si «titique titique». Comme elle n’avait pas compris parce que je parlais en me mouchant, je lui ai répété presque mot pour mot ce que ma tante Alphonsine m’avait dit vert batime : «La valise de mon père a quitté la chaise du lord hier et depuis je n’ai plus de radis ni de calorifères, ni rien, même pas un conifère. Voulez-vous m’dire, ma tante Jeanne?»

Ma tante Jeanne a mis la main sur mon épaule et sans se fâcher le moins du monde elle a dit : «Tu te prends pour Barnabé, maintenant!? Les plantations regorgent de jeunes gens comme toi qui rêvent de grands espaces», (elle parle comme ça). «Ne fuis donc pas ton destin, ami des rois et des belles qui cheminent. Tu n’auras qu’à rire doucement au fond d’un bois en lisant ta copie du journal Les Hoses et les coroniques des ose-un-peu. Et nul ne saura que tu es là. N’est-ce pas la réponse qu’il faut faire à ceux qui s’insurgent contre les lois?»

Je lui ai dit : «Vous êtes une bien belle vieille prétentieuse, ma tante Jeanne, merci, bonjour, merci, vous avez vraiment des matières à réflexions intellectuelles qui portent à penser à des idées avec le mental conceptuel qui font vraiment réfléchir à ce qu’on induit cosmiquement quand on s’arrête à y penser, une chance qu’une poche de tire sainte-catherine ça coûte pas cher.»

Là j’ai arrêté, j’ai failli devenir fou, j’ai pus rien dit d’plusse.

Y en a un sixième qui s’en vient… Le ouala le ouala : Neuf contes chaotiques, absurdes, loufoques, bizarres : 6 – La Fille qui faisait des grimaces


© Copyright 1979, 1989, 2009 Hamilton-Lucas Sinclair (Loup Kibiloki, Jacques Renaud, Le Scribe), cliquer


Blogsurfer.us  – Icerocket

This entry was posted in Contes absurdes, loufoques, bizarres, ... and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s