Crassus le Gigueur ou Comment ouvrir le sol sous les armées

Source : voir vidéo à la fin de l'histoire.

Source : voir vidéo à la fin de l’histoire.


Crassus le Gigueur, musicien d’armée

Crassus le Romain, de sa lyre,
tire des sons équivoques.

D’aucun disent qu’ils sonnent creux; d’autres, qu’ils sonnent mercenaires;
D’autres, qu’ils sont crasseux, les sons romains de la lyre guerrière.

Dans le sang des guerres de riches,
Crassus marche et sa fortune le suit.
Crassus est musicien d’armée.
Crassus, faut dire, est plutôt bien payé.
Sa lyre, qui crisse étrangement, donne à tous les soldats
une sorte de goût hypnotique et brutal
de trancher, de découper, de tuer, de faire très mal.

Mais hier,
je vais vous dire,
Crassus, il a vomi.

Crassus est épuisé.

D’une main, il tient sa lyre,
dont il joue avec le pied. Car de l’autre main il tient sa bourse trop lourde
et en tire les cordons qu’il serre à pleines dents.
Tout le temps.

Crassus est épuisé.


obama_afghanistan__Copyleft__Carlos_Latuff__2009

Caricature Copyleft de Carlos Latuff – 2009.


S’il jette sa lyre, on le tuera.
S’il garde sa bourse, il en mourra:
l’or qui la leste l’unijambise et l’épuise.
Crassus, musicien d’armée
n’avance qu’à cloche-pied.

Mais hier,
je vous dis,
Crassus,
il a vomi.

Et aujourd’hui, Crassus, il a choisi.

Il a jeté sa bourse pleine d’or.

Maintenant,
Crassus n’avance plus à cloche-pied.
Il a les deux pieds bien par terre.

D’une main, il tient sa lyre.
De l’autre, il pince les cordes.
Ça va mieux!


Merci à Carlos Latuff - copyleft Carlos Latuff.

Caricature copyleft de Carlos Latuff.


De ses deux pieds, il tape au sol
tout en pinçant sa lyre;
de ses deux pieds il tape au sol,
il gigue,
dans la poussière,
dans la boue de sang,
il tape, il gigue,
comme un enfant,
c’est excitant, ça vibre.
Les sons girent et giguent.
Les pieds suivent et martèlent.
Les soldats sont ravis.

Mais une sorte de rage imprévue venue des tréfonds de la terre
monte soudain en Crassus.
C’est comme un vin divin, une secousse intime
qui ondule en lui comme un gigantesque python
et qui semble répondre
à l’appel de ses vigoureux tapements de pieds.

La gigue, on le sait, est un mystère trépide.
Le rythme de la gigue souvent fait des ravages.

Crassus a découvert
sans le vouloir
la puissance irrésistiblement rédimante
des ondes sismiques de la lyre,
la puissance des ondulations invincibles et rythmées
qu’engendre au plus profond des sols
l’art secret, l’art libre, l’art dru,
l’art subversif des résonnances.


Orphée. Gravure de Virgil Solis.Fragment. Source : cliquer

Orphée.  Gravure de Virgil Solis.  Fragment.


Les soldats avancent en chantant.
Il faut le redire, les soldats sont contents.

Et c’est à ce moment
qu’advient l’étonnant
coup du destin.
(D’être content ou ravi,
ne change pas le destin.)
(Et quand surgit le choc en retour, disons-le, c’est pas du satin.)

Une rage montant de terre
jaillit
en rugissant.

Une rage qui monte de terre
et qui ouvre le sol
d’un coup, avec un craquement terrible, sur dix mille coudées,
et qui enfourne,
enfourne,
enfourne la totalité de l’armée.

Ouô.

Crassus n’en revient pas.
Moi non plus.
(Le lecteur, ici, voit, comme moi,
que Crassus, sans penser, s’est accroupi,
certainement pas pour faire pipi – en tout cas, pas rien que pour ça.
Ajoutons qu’on peut voir, de profil,
sa mâchoire décoller vers son cou;
c’est un moment étonnant, dramatique et subtil
qu’on peut illustrer à son goût.)


 

Maintenant il pleut, et la pluie équivoque
confère, à la musique univoque,
de Crassus, vagabond lyrique en loques,
d’étranges accents goulinants qui provoquent
des soubresauts sismiques et des écroulements d’époques.

Crassus n’a plus d’armée à lyrer.
Crassus n’est plus
un musicien d’armée.

Eh oui  :  Crassus, le bougre, il a détruit l’armée.

( Oui, quand on y pense, la bouche s’entrouvre; et même : la mâchoire pend.
Admettez, c’est quand même un évènement marquant.
On n’en a pas parlé à la télé?
On parle parfois de quelquechose à la télé?)

Crassus, il n’en revient pas, il bée
de toute la bouche, et de tout l’être, ainsi que d’ailleurs,
comme plus haut mentionné.

Il dodeline de sa grosse tête sale et pleine de grâce
en tapochant doucement du pied la peau du sol détrempé.

Crassus ne comprend pas mais il sait:
il sait qu’il fête et qu’il ne comprend pas.


Source, Wikipedia. Cliquer.

Source :  Wikipedia.


Crassus, depuis, poursuit sa marche, en loques.
Il se dirige, avec sa lyre, vers notre époque.

Il se cherche une armée. Ça lui manque. Il aime ça.
Il se cherche une armée, une grosse, une énorme.
Une énorme armée pour lui ouvrir une craque,
une énorme de craque, encore plus terrible et plus large.
Il veut une autre armée, contentée, à enterrer.

Ses pieds giguent sur l’abîme du temps.
Ses doigts pincent des codes conscients.
Les sons coulent comme des êtres vivants.
Les sons percent comme des diamants.
Pas à dire, Crassus est un type épatant.
Pour sûr que Crassus, c’est un type touchant.
C’est sûr, j’ai pas écrit tout ça pour du vent.
Oui, c’est sûr, Crassus est un gars marrant.
C’est sûr, Crassus va redevenir un enfant.

C’est sûr.

Crassus a trouvé son chant.


Illustration pour « Le Flûtiste Bariolé de Hamelin » (The Pied Piper of Hameln), le conte des frères Grimm. Ce serait la plus ancienne illustration connue du conte. Elle figure sur un vitrail de l'Église du Marché de Hameln, en Allemagne. Illustration attribuée à Augustin von Moersperg. Elle daterait de 1592.

Illustration pour « Le Flûtiste Bariolé de Hamelin » (The Pied Piper of Hameln), le conte des frères Grimm. Ce serait la plus ancienne illustration connue du conte. Elle figure sur un vitrail de l’Église du Marché de Hameln, en Allemagne. Illustration attribuée à Augustin von Moersperg. Elle daterait de 1592.


© Copyright 2008 Hamilton-Lucas Sinclair (Loup Kibiloki, Jacques Renaud, Le Scribe), cliquer


 

J’ai écrit l’histoire entre 2002 et 2006. J’étais plus souvent dans le bois qu’entre des murs. L’histoire de Crassus le Gigueur me fait parfois penser à certaines fables de Lafontaine. Mais elle me rappelle surtout le conte de Grimm, Le Flûtiste bariolé de Hamelin (The Pied Piper of Hameln). Après avoir écrit l’histoire, j’ai réalisé que c’était un thème analogue. Mais c’est pas la même histoire. Et Crassus ne joue pas de la flûte mais de la lyre.


 

Note: Crassus se dirige vers notre époque. J’ai découvert des crassussistes qui s’entraînent en attendant le maître et semblent se préparer mentalement à la vraie chose :


 

Oeuvres de fiction de Jacques Renaud ( Loup Kibiloki ) qu’on trouve sur ce blog :  

Le Cassé, la novella, avec les nouvelles; la vraie version originale et intégrale, la seule autorisée par l’auteur.

Le Crayon-feutre de ma tante a mis le feu, nouvelle.   —   L’Agonie d’un Chasseur, ou Les Métamorphoses du Ouatever, novella.    –   La Naissance d’un Sorcier, nouvelle.

C’est Der Fisch qui a détruit Die Mauer, nouvelle.   —   Émile Newspapp, Roi des Masses, novella.   —   Et Paix sur la Terre (And on Earth, Peace), nouvelle.

L’histoire du vieux pilote de brousse et de l’aspirant audacieux, nouvelle  –  Le beau p’tit Paul, le nerd entêté, et les trois adultes qui disent pas la même chose, nouvelle

La chambre à louer, le nerd entêté, et les quinze règlements aplatis  —   La mésange, le nerd entêté, et l’érudit persiffleur

Loup Kibiloki ( Jacques Renaud ) :  La Petite Magicienne, nouvelle;  La Licorne et le Scribe, nouvelle.


Beaucoup de poèmes de Jacques Renaud ( Loup Kibiloki )


Sur Le Cassé de Jacques Renaud, des extraits de critiques

Jadis, la liberté d’expression régnait dans ma ruelle, ou La ruelle invisible

Le Cassé de Jacques Renaud : le vrai, le faussé, le faux  (A-t-on voulu détruire la carrière de l’auteur ?)

Sorel : En 2012, on y censure Dieu et Edith Piaf. En 1971, on y censurait Le Cassé de Jacques Renaud…

And on Earth Peace, Le Cassé, le joual, Jacques Renaud  (Sur Jacques Renaud, l’époque du Cassé, le “joual”.)


Loup Kibiloki ( Jacques Renaud )  :    Plusieurs suites poétiques de Loup Kibiloki ( Jacques Renaud )   –  Beaucoup de poèmes de Jacques Renaud ( Loup Kibiloki )  –  Des poèmes à Shiva –   Des histoires, des comptines, des contes.  En prose ou en versets libres.  Parfois bizarres, parfois pas.   –   Toutes les terrasses du monde s’ouvrent sur l’infini. On va prendre un café ensemble. Poème. « Toujours, tu rencontreras Rimbaud dans les rues vermillonnes et safranées de Marrakech … »


Suites poétiques, Loup Kibiloki ( Jacques Renaud )  :   Les Enchantements de Mémoire  – Sentiers d’Étoiles  –  Rasez les Cités  –  Électrodes  –  Vénus et la Mélancolie  –  Le Cycle du Scorpion  –  Le Cycle du Bélier  –  La Nuit des temps  –  La Stupéfiante Mutation de sa Chrysalide


Un chic chat dans l’coma   –  Un ballon dans un cochon    —   Elle a trop bu de jus d’ tortue

Le miracle de l’écrivain dans l’donjon   –  Petit Matou (paroles pour chanson de plage et d’été, tendre, kétaine et rythmée)    –   La pluie, de ses dents rondes et bleues  –  Filez, filez, ô mon navire – (poème qui se chante) (et bateau d’avril)

Un coup bavant du Grand Avide, ou Kafka aurait pu l’dire

La Fable de Crassus le Gigueur, ou comment ouvrir la terre sous les armées   –   Le Cliquetis de la croquignole   —   La logique est une muette qui ne cesse de nous faire signe   –   La soeur d’Absalon, ou le ciel et l’enfer interdits aux comiques


Blogsurfer.usIcerocket

About Loup Kibiloki

Aller ici (have a look here) : https://electrodes-h-sinclair-502.com/electrodes_anode/
This entry was posted in Fables, Poèmes et fables humoristiques, bizarres, loufoques, absurdes, ..., Tous les poèmes, fables, ouvrages de poésies. and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

89 Responses to Crassus le Gigueur ou Comment ouvrir le sol sous les armées

  1. Pingback: Adieu pétrole, adieu : La fin dure longtemps, mais ça craque tout le temps | Électrodes

  2. Pingback: Montréal tannée, Montréal monnayée, Montréal en maudit. Extrait de Le Cassé de Jacques Renaud. | Électrodes

  3. Pingback: Was there an earthly paradise? What was it? Where was it? | Électrodes

  4. Pingback: Et paix sur la terre – une nouvelle de Jacques Renaud | Électrodes

  5. Pingback: Sentiers d’Étoiles. Un septième. Poésie. | Électrodes

  6. Pingback: L’enfant de Récurebourg. Mémoire lointaine. | Électrodes

  7. Pingback: Le Cliquetis de la Croquignole. Conte bizarre. | Électrodes

  8. Pingback: Histoire de Loup-Garou. Fragments d’une chronique ancienne charcutée. Conte bizarre. | Électrodes

  9. Pingback: La secte guerrière de la déesse Midum: la Main Invisible du Marché. La Crosse, le Doigt et le Canon. | Électrodes

  10. Pingback: La branche qui parle et le loup-cervier | Électrodes

  11. Pingback: Hommage au Loup Blanc | Électrodes

  12. Pingback: Les lignes tracées par l’or et le sang traversent tous les coeurs | Électrodes

  13. Pingback: Toutes les terrasses du monde s’ouvrent sur l’infini. On va prendre un café ensemble. | Électrodes

  14. Pingback: Orange carrée dans ses mains bleues | Électrodes

  15. Pingback: La Stupéfiante Mutation de sa Chrysalide. Une huitième suite poétique | Électrodes

  16. Pingback: Cubic orange or arc-en-gel | Électrodes

  17. Pingback: Montréal est une poudrière | Électrodes

  18. Pingback: Orange pelée, caillou collant | Électrodes

  19. Pingback: A little sleep, you’ll hear a little voice | Électrodes

  20. Pingback: Le pas du temps | Électrodes

  21. Pingback: Comme une bombe d’eau means like a water bomb | Électrodes

  22. Pingback: Vénus et la mélancolie, une suite poétique | Électrodes

  23. Pingback: All Café-Terrasses are Vistas on Infinity. Let’s have coffee together. | Électrodes

  24. Pingback: Le Cycle du Scorpion, suite poétique | Électrodes

  25. Pingback: L’indicible demeure | Électrodes

  26. Pingback: La Nuit des temps, une autre suite poétique, et comment elle s’est écrite | Électrodes

  27. Pingback: Aphrodite, Hermes, Hermaphrodite – Vénus, Mercure, Mercuravénus. | Électrodes

  28. Pingback: L’histoire du vieux pilote de brousse et de l’aspirant audacieux. | Électrodes

  29. Pingback: Le Cycle du Bélier, suite poétique | Électrodes

  30. Pingback: Électrodes, suite poétique. | Électrodes

  31. Pingback: Le Scorpion à bicyclette. Poème loufoque et bizarre. | Électrodes

  32. Pingback: Comme une pincée d’or au milieu des ténèbres, la vie croissait | Électrodes

  33. Pingback: L’oiseau prend proie | Électrodes

  34. Pingback: With gong and bong. Limerick. | Électrodes

  35. Pingback: Blaise Cendrars. Prose du Transsibérien. « En ce temps-là, j’étais en mon adolescence … » | Électrodes

  36. Pingback: Vague de mémoire. Petit tableau d’été. | Électrodes

  37. Pingback: Trois barques de pêcheurs sur l’armure de la mer | Électrodes

  38. Pingback: Les Délirantes. Poème apocalyptique à saveur médiévale. | Électrodes

  39. Pingback: Un ciel, un creux, un abîme | Électrodes

  40. Pingback: La logique est une muette qui ne cesse de nous faire signe | Électrodes

  41. Pingback: Rasez les Cités. Un sixième ouvrage de poésie. | Électrodes

  42. Pingback: Ève, fille des mers | Électrodes

  43. Pingback: Toi qui seras Orphée, un fleuve ornera ta lyre. Poème. | Électrodes

  44. Pingback: Ode à la Dame au Lys | Électrodes

  45. Pingback: Jack le Canuck. Chanson pour Jack Kerouac. | Électrodes

  46. Pingback: Tu cours partout. Chanson de plage et d’été, tendre, kétaine et rythmée. | Électrodes

  47. Pingback: Le pas noir et profond des racines qui marchent | Électrodes

  48. Pingback: Les gigues millénaires tonner | Électrodes

  49. Pingback: La Licorne. Poème venu d’une blancheur médiévale. | Électrodes

  50. Pingback: Elle joue aux billes, aux bulles, aux boules et aux étoiles | Électrodes

  51. Pingback: Le néant, la foule et ses masques | Électrodes

  52. Pingback: Poème pour Nathalie | Électrodes

  53. Pingback: Dans l’evening pétillant des néons cramoisis | Électrodes

  54. Pingback: Les pieds noirs de terre | Électrodes

  55. Pingback: Le long d’une rivière nommée Sauvage. Poème. | Électrodes

  56. Pingback: Celle qui garde la rhubarbe sauvage | Électrodes

  57. Pingback: Shiva bruisse. Poème. | Électrodes

  58. Pingback: La bardane et le fer. Poème. | Électrodes

  59. Pingback: La Toupie, la Ballerine et le Miel | Électrodes

  60. Pingback: La pluie, de ses dents rondes et bleues | Électrodes

  61. Pingback: C’est la dégustation qui nous articule et nous prononce | Électrodes

  62. Pingback: Toutes les lignes sont vives et se lisent | Électrodes

  63. Pingback: L’Art par le feu. Poème. | Électrodes

  64. Pingback: La clé du réel est qu’il n’a jamais été cadenassé | Électrodes

  65. Pingback: Lettre d’ Eau. J’ai assez vécu pour savoir combien j’ai voulu être ici. | Électrodes

  66. Pingback: Chiffre secret enfoui dans la galène | Électrodes

  67. Pingback: L’unique dame de la nuit | Électrodes

  68. Pingback: Elle a trop bu de jus d’ tortue (poème ou comptine ou chanson – mélodie inconnue). | Électrodes

  69. Pingback: Je vends l’ode au détail | Électrodes

  70. Pingback: L’heure est au silence du soleil | Électrodes

  71. Pingback: L’envol des hirondelles. Comme un bruissement d’eau qui ruisselle. | Électrodes

  72. Pingback: La Dérivade astrale | Électrodes

  73. Pingback: Le plaisir éclatait dans tes cils | Électrodes

  74. Pingback: La Fable du Poème au Fil de l’ Eau. | Électrodes

  75. Pingback: L’Immensité qui déambule | Électrodes

  76. Pingback: Dormir conscient, les yeux fermés, le son qui vit | Électrodes

  77. Pingback: La Terre va te manger ou Les cellules s’excitent avant l’explosion | Électrodes

  78. Pingback: Pâques à New York. Blaise Cendrars. Tu reviens quand, Blaise? | Électrodes

  79. Pingback: Tristan Tzara. Sur le Chemin des étoiles de mer. « Quel vent souffle sur la solitude du monde … » | Électrodes

  80. Pingback: Le beau p’tit Paul, le nerd entêté, et les trois adultes qui disent pas la même chose | Électrodes

  81. Pingback: Les loups et la naissance de ton armée | Électrodes

  82. Pingback: Le Vaisseau d’Or. A new English translation of Émile Nelligan’s masterpiece | Électrodes

  83. Pingback: La Route crie dans mes oreilles – un autre poème bizarre | Électrodes

  84. Pingback: Blog en construction. I’m building it. Blog under construction. | Électrodes

  85. Pingback: Dans une trappe de trolls. La guerre ou la paix du rossignol. Poème. | Électrodes

  86. Pingback: La soeur d’Absalon ou Le ciel et l’enfer interdits aux comiques | Électrodes

  87. Pingback: Srî Aurobindo, la prison d’Alipore, et son poème «Invitation» : nouvelle traduction française. | Électrodes

  88. Pingback: La beauté est dans l’oeil de celui qui regarde. La laideur aussi. Les deux existent aussi objectivement. La vie est complexe. Bref, joyeux Noël. | Électrodes

  89. Pingback: L’histoire de l’homme qui aimait la bière Molson et qui fut victime de trahison | Électrodes

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s