Les Aztèques repoussaient la fin de leur monde par des sacrifices humains. Nous faisons la même chose depuis des décennies avec l’avortement. Le droit de vivre a été aboli. (Et un mot sur Greta Thunberg, la «Extinction Rebellion», et les survivants égarés du pédocide..) (Carnet de Notes)

_________________________________________________

Les Aztèques repoussaient la fin de leur monde par des sacrifices humains. Nous faisons la même chose depuis des décennies avec l’avortement.

Le droit de naître et, par conséquent, le droit de vivre, ont été abolis par le féminisme (en vertu d’une logique évidente qui échappe pourtant encore à beaucoup); on vit en Régime Féministe (ou “aztèque”?), en régime d’avortement massif et de tolérance de naissances au compte-goutte et sans droit, et ça, depuis longtemps.

Des millions de victimes de ce pédocide,  —  et on continue à compter.

Qui va débarquer sur nos rives pour nous donner le coup de grâce ?  Ça commence déjà, dirait-on, et il n’est pas impossible qu’au bout du compte nous ne soyions pas aussi chanceux que les Aztèques qui, eux, déjà, l’ont pris sur la gueule pas à peu près…

Quant à Hernando Cortez, le destin lui a présenté un plateau en or et il l’a honoré avec brio en donnant le coup de grâce à l’Empire aztèque, appuyé par des centaines de milliers d’Amérindiens.  Quant aux Aztèques, ils savaient à quoi s’attendre, c’est le moins qu’on puisse dire.  Écrasés par Cortez et les tribus de la périphérie qui, elles, en avaient assez de servir de chair sacrificielle aux Aztèques.  Entre autres.

Les massacres d’innocents et d’enfants, ça porte pas chance (c’est une opinion personnelle).

Cycles, spirales, et karma.


Le mot «karma» signifie «action»;  les lois karmiques sont les lois de l’action.  Les lois de l’action sont physiques et psychiques.  Mais pas seulement.  Bon.  Over.  Mettons.


_________________________________________________

« De naissance en naissance, depuis que l’avortement a été décriminalisé, quelquechose vraisemblablement s’inscrit dans l’inconscient collectif, et dans l’inconscient personnel, à savoir: le sentiment non-conscient, mais certainement actif et troublant, dans l’être humain que, s’il est né, [c’est en vertu des caprices d’une loto sinistre], c’est sans en avoir le plein droit et aussi parce que sa mère n’a pas engagé d’avorteur, de pédocide à gages, pour le tuer, ce qu’elle aurait pu faire – et ce qu’elle a peut-être fait à d’autres [qui auraient pu être les frères, ou les soeurs, ou les amis du toléré ou de la tolérée]. »

—  Extrait de :   Quand les mères de mort dominent invisiblement la psyché. L’un des plus sinistre héritage du Régime Féministe, toujours croissant.

—  Lecture recommendée :  La Nature, la conscience, le bon sens 2/2 – La Nature condamnée pour viol et grossesse

_________________________________________________

« Extinction rebellion » ou :  Les survivants du pédocide féministe. Le CO2 est un leurrage; comme dans :  «leur rage».

Le CO2 est un decoy, un minable truc de pickpocket, par lequel les arnaqueurs manipulent les survivants égarés du pédocide.

Le puissant sentiment d’extinction éprouvé  —  et exploité  —  proviendrait des profondeurs de l’inconscient des rebelles:  le pédocide par avortements, on l’oublie trop souvent, abolit, en pratique et juridiquement, le droit à la vie  —  y compris, évidemment, chez ceux et celles dont on tolère la naissance.

Ces survivants, qui se comptent aujourd’hui par millions, se rebelleraient, en réalité,  —   inconsciemment, sans le savoir (d’où leur délire) (et d’où aussi l’appellation qu’ils se donnent sans cependant en saisir toute la lancinante radicalité refoulée)  —  donc, ils se rebelleraient contre cet «édit d’extinction» que représente la libéralisation féministe de l’avortement : ces “tolérés” sont vivants mais n’ont jamais eu le droit de naître.  Par conséquent, même vivants, ils n’ont jamais eu le droit de vivre.

Qu’on soit, ou non, “d’accord” ou “en désaccord” avec eux sur le CO2 ne change rien puisque “l’accord” comme le “désaccord” portent sur un leurre, le CO2, portent sur un phénomène d’inconscience collective délirante, déviée, dont la véritable racine échappe aux camps du “pour” comme du “contre”.

Ne pas avoir le droit de vivre, je vais vous dire :  c’est enrageant.

Et c’est peut-être pire quand, sans le savoir, le traumatisme le plus profond qui puisse être est manipulé par des minables, des idéologues, des conasses de matrones et de matrons féministés, des nitwits, des escrocs, etc..


Un extrait dans le même sens sur le phénomène Greta Thunberg:

[début]

« Ce pédocide de masse (l’avortement libre et subventionné), soulignons-le, est porteur  de conséquences désastreuses, inévitables, dans l’inconscient collectif, et dans l’inconscient personnel des survivants, c’est-à-dire pour ceux et celles qui sont nés malgré tout, dont on a toléré la naissance, ceux et celles qui ont échappé, et échappent encore, au pogrom, à l’holocauste, qui survivent ou qui ont survécu au climat féministe meurtrier, mortifère, qui les enveloppe et enveloppe tout, depuis que les régimes d’avortements libres ont été instaurés un peu partout en Occident.

« Les Greta Thunberg de ce monde font partie, incidemment, de ces millions de survivants du génocide par avortements, lequel se poursuit toujours, et le nombre des survivants augmente donc, lui aussi, toujours.  C’est un élément dont il faut toujours tenir compte quand on parle de Greta :  Les survivants sont légion, et Greta en est un. …

« Il va de soi que la chose évoquée ci-haut n’inspire pas nécessairement de bons sentiments aux survivants d’un holocauste qui, en plus, perdure. »

[fin]

— Extrait de :   La mairesse de Montréal Valérie Plante, féministe militante, et l’avortement des ancêtres. Greta Thunberg, survivante acide du pédocide féministe occidental. Et un aphorisme-bonbon émouvant, sur-perroquetté, sucré à l’arsenic.


 

Ces survivants baignent dans une rage dont ils ignorent la source.

Ils délirent en visant une  cible choisie pour eux par les arnaqueurs.

_________________________________________________

-30-


La Tuerie de Polytechnique. Le succès du féminisme est dans la liquéfaction des sociétés. Notamment par l’avilissement et la destruction des qualités viriles. Auriez-vous risqué votre vie pour sauver la vie des 14 femmes abattues? Silence. Silence. Tonitruant silence. ( Carnet de Notes )

About Jacques Renaud

Écrivain.
This entry was posted in Articles and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.