La branche qui parle et le loup-cervier

Lynx. Loup-cervier. source : cliquer.

Lynx. Loup-cervier. Source : cliquer.


au fond du bois
une branche a craqué
et le loup-cervier
s’arrête en sachant
ce qu’elle dit au monde
quand elle casse

 


© Copyright 2013 Hamilton-Lucas Sinclair ( Loup Kibiloki, Jacques Renaud, Le Scribe ), cliquer


Hommage au Loup Blanc.     —     Les lignes tracées par l’or et le sang traversent tous les coeurs     —    Dans son silence de soie brune, le loup-cervier


La Colombe et la Brisure Éternité    —    La Toupie, la Ballerine et le Miel.    —    La Licorne, poème venu d’une blancheur médiévale    —    Toutes les terrasses du monde s’ouvrent sur l’infini. On va prendre un café ensemble.    —     Monologue de l’âme-soeur    —    Lettre d’eau ou J’ai assez vécu pour savoir combien j’ai voulu être ici    —      Vague de mémoire. Petit tableau d’été.      —   Du commencement à la fin ou L’Oupanishad de l’ Ignorance    —   From Beginning to End or The Ignorance Upanishad


Beaucoup de poèmes de Jacques Renaud ( Loup Kibiloki )


Loup Kibiloki ( Jacques Renaud )  :    Plusieurs suites poétiques de Loup Kibiloki ( Jacques Renaud )   –  Beaucoup de poèmes de Jacques Renaud ( Loup Kibiloki )  –  Des poèmes à Shiva –   Des histoires, des comptines, des contes.  En prose ou en versets libres.  Parfois bizarres, parfois pas.

Suites poétiques, Loup Kibiloki ( Jacques Renaud )  :   Les Enchantements de Mémoire  – Sentiers d’Étoiles  –  Rasez les Cités  –  Électrodes  –  Vénus et la Mélancolie  –  Le Cycle du Scorpion  –  Le Cycle du Bélier  –  La Nuit des temps  –  La Stupéfiante Mutation de sa Chrysalide


Edith Piaf censurée au Québec : l’origine védique du mot et du concept de «Dieu»  –  Le Règne de la quantité et les signes des temps de René Guénon  –   Rimbaud, le Bateau ivre, et un « lapsus-coquille » : Je est autre.


Arrêtez de raser les parterres et de massacrer les plantes sauvages. Plus de 500 espèces de plantes en danger au Québec.     –    Terrorisme domestique et destruction de potagers par les municipalités : Aux profits de quel lobby ?   –   Un jour, la prison de verre volera d’elle-même en éclats …


Jacques Renaud, ouvrages de fiction en ligne, novellas, nouvelles, des notes biographiques.


Blogsurfer.usIcerocket

About Loup Kibiloki

Aller ici (have a look here) : https://electrodes-h-sinclair-502.com/electrodes_anode/
This entry was posted in Poésie, Tous les poèmes and tagged , , , . Bookmark the permalink.

40 Responses to La branche qui parle et le loup-cervier

  1. Pingback: Daesh, la Turquie, le traffic de pétrole, le bon sens .. | Électrodes

  2. Pingback: La Nature, la conscience, le bon sens 1/2 — La guerre du naturel et du pas naturel | Électrodes

  3. Pingback: Le chevreuil comprend, le coyote jauge, le quotient intellectuel humain diminue .. | Électrodes

  4. Pingback: La Nature, la conscience, le bon sens 2/2 — La Nature condamnée pour viol et grossesse | Électrodes

  5. Pingback: Monologue de l’âme-soeur. Poème. | Électrodes

  6. Pingback: Du commencement à la fin ou L’Oupanishad de l’ Ignorance | Électrodes

  7. Pingback: From beginning to end | Électrodes

  8. Pingback: Cristal de gloire | Électrodes

  9. Pingback: L’Origine en l’origine ressaque. Poème. | Électrodes

  10. Pingback: La mésange, le nerd entêté, et l’érudit persiffleur | Électrodes

  11. Pingback: Mon âme est un enfant qui pleure. Courte prière et court poème. | Électrodes

  12. Pingback: Sentiers d’Étoiles. Un septième. Poésie. | Électrodes

  13. Pingback: Le Cliquetis de la Croquignole. Conte bizarre. | Électrodes

  14. Pingback: Histoire de Loup-Garou. Fragments d’une chronique ancienne charcutée. Conte bizarre. | Électrodes

  15. Pingback: La secte guerrière de la déesse Midum: la Main Invisible du Marché. La Crosse, le Doigt et le Canon. | Électrodes

  16. Pingback: La soeur d’Absalon ou Le ciel et l’enfer interdits aux comiques | Électrodes

  17. Pingback: Hommage au Loup Blanc | Électrodes

  18. Pingback: Les lignes tracées par l’or et le sang traversent tous les coeurs | Électrodes

  19. Pingback: Crassus le Gigueur ou Comment ouvrir le sol sous les armées. Une variante du Pied Piper de Grimm. | Électrodes

  20. Pingback: Toutes les terrasses du monde s’ouvrent sur l’infini. On va prendre un café ensemble. | Électrodes

  21. Pingback: Orange carrée dans ses mains bleues | Électrodes

  22. Pingback: Cubic orange or arc-en-gel | Électrodes

  23. Pingback: Émile Nelligan’s Winter Evening : Video of a new English translation of Soir d’Hiver (Comme la neige a neigé!) | Électrodes

  24. Pingback: Le Vaisseau d’Or. A new English translation of Émile Nelligan’s masterpiece | Électrodes

  25. Pingback: The Damned Canuck. New English translation of Gaston Miron’s poem. With original French version. | Électrodes

  26. Pingback: L’immensité coordonnée. L’indicible demeure. Poème | Électrodes

  27. Pingback: L’oiseau prend proie. Poème. | Électrodes

  28. Pingback: Un enfant naît, le pouce aux lèvres, les yeux conscients | Électrodes

  29. Pingback: La Vie Croissait | Électrodes

  30. Pingback: Lettre d’ Eau. J’ai assez vécu pour savoir combien j’ai voulu être ici. | Électrodes

  31. Pingback: Blog en construction. I’m building it. Blog under construction. | Électrodes

  32. Pingback: Vénus et la mélancolie, suite poétique. | Électrodes

  33. Pingback: Srî Aurobindo, la prison d’Alipore, et son poème «Invitation» : nouvelle traduction française. | Électrodes

  34. Pingback: Comme une bombe d’eau means like a water bomb | Électrodes

  35. Pingback: Dans son silence de soie brune, le loup-cervier | Électrodes

  36. Pingback: Orange pelée, caillou collant | Électrodes

  37. Pingback: L’eau, le feu, le pas du temps | Électrodes

  38. Pingback: Une barque pleurer. Barque triste, papillon à voile. Koan. | Électrodes

  39. musael says:

    Voilà qui m’inquiète. Un événement malheureux?

    • Non non : ) (Mais après réflexion, au fond, qu’est-ce que j’en sais? Peut-être.) J’ai vu récemment un loup-cervier (lynx). Très gros. Immobile. Il me regardait. Seul. Pas très loin. Immobile. Sur le fond blanc d’une large piste de neige. Comme une apparition. C’est un animal étrange. Très présent. Impressionnant, en fait. J’ai fini par parler de lui. Dans un poème. Il était très concentré, et cette impression de conscience humaine, comme certains coyotes. Très calme. Ciao.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s