Résidus psychiques – Guénon, le règne de la quantité, les signes des temps.

René Guénon

Résidus psychiques, c’est le titre du chapitre XXVII (27) de Le Règne de la Quantité et les Signes des Temps (version intégrale) de René Guénon. C’est ce chapitre XXVII que je reproduis ici.

Le thème des «résidus psychiques», réactivés à notre époque, est aussi abordée dans l’article suivant :  Les femen, la Loi Taubira, la symbolique nazi et totalitaire : petite chronique du chaos présent. Même thème, ou apparenté au même thème :  L’Erreur Spirite de Guénon (1923; Edition 1977) (pdf); l’excellent texte de Sri Aurobindo sur la «zone intermédiaire» (original in English, click here: The Intermediate Zone) (traduction française, La zone intermédiaire, en cliquant ici). Ou cet autre ouvrage de Guénon: Le Théosophisme, Histoire d’une pseudo-religion (fichier pdf).


Résidus psychiques

[la notation «note en bas de page» désigne les notes de René Guénon telles qu’elles apparaissent au bas des pages de son ouvrage; ces notes font partie de l’oeuvre originale] [j’introduis aussi parfois des « note de Loup K. » entre crochets ] :

[Début]

Pour comprendre ce que nous avons dit en dernier lieu à propos du «chamanisme» et qui est en somme la raison principale pour laquelle nous en avons donné ici cet aperçu, il faut remarquer que ce cas des vestiges qui subsistent d’une tradition dégénérée et dont la partie supérieure ou «spirituelle» a disparu est, au fond, tout à fait comparable à celui des restes psychiques qu’un être humain laisse derrière lui en passant à un autre état et qui, dès qu’ils ont été ainsi abandonnés par l’«esprit», peuvent aussi servir à n’importe quoi; qu’ils soient d’ailleurs utilisés consciemment par un magicien ou un sorcier, ou inconsciemment par des spirites, les effets plus ou moins maléfiques qui peuvent en résulter n’ont évidemment rien à voir avec la qualité propre de l’être auquel ces éléments ont appartenu antérieurement; ce n’est plus qu’une catégorie spéciale d’«influences errantes», suivant l’expression employée par la tradition extrême-orientale, qui n’ont gardé tout au plus de cet être [Note de Loup K.:  l’être auquel ces éléments ont appartenu antérieurement] qu’une apparence purement illusoire.

Ce dont il faut se rendre compte pour bien comprendre une telle similitude, c’est que les influences spirituelles elles-mêmes, pour entrer en action dans notre monde, doivent nécessairement prendre des «supports» appropriés, d’abord dans l’ordre psychique, puis dans l’ordre corporel lui-même, si bien qu’il y a là quelque chose d’analogue à la constitution d’un être humain.

Si ces influences spirituelles se retirent par la suite, pour une raison quelconque, leurs anciens «supports» corporels, lieux ou objets (et quand il s’agit de lieux, leur situation est naturellement en rapport avec la «géographie sacrée» dont nous avons parlé plus haut), n’en demeureront pas moins chargés d’éléments psychiques et qui seront même d’autant plus forts et plus persistants qu’ils auront servi d’intermédiaires et d’instruments à une action plus puissante.

On pourrait logiquement conclure de là que le cas où il s’agit de centres traditionnels et initiatiques importants, éteints depuis un temps plus ou moins long, est en somme celui qui présente les plus grands dangers à cet égard, soit que de simples imprudents provoquent des réactions violentes des «conglomérats» psychiques qui y subsistent, soit surtout que des «magiciens noirs», pour employer l’expression couramment admise, s’emparent de ceux-ci pour les manoeuvrer à leur gré et en obtenir des effets conformes à leurs desseins.

Le premier des deux cas que nous venons d’indiquer suffit à expliquer, tout au moins pour une bonne part, le caractère nocif que présentent certains vestiges de civilisations disparues lorsqu’ils viennent à être exhumés par des gens qui, comme les archéologues modernes, ignorant tout de ces choses, agissent forcément en imprudents par là même.

Ce n’est pas à dire qu’il ne puisse pas parfois y avoir encore autre chose: ainsi, telle ou telle civilisation ancienne a pu, dans sa dernière période, dégénérer par un développement excessif de la magie

[note en bas de page:  Il semble bien que ce cas ait été, en particulier, celui de l’Égypte ancienne.]

et ses restes en garderont alors naturellement l’empreinte, sous la forme d’influences psychiques d’un ordre très inférieur.

Il se peut aussi que, même en dehors de toute dégénérescence de cette sorte, des lieux ou des objets aient été préparés spécialement en vue d’une action défensive contre ceux qui y toucheraient indûment, car de telles précautions n’ont en soi rien d’illégitime bien que cependant le fait d’y attacher une trop grande importance ne soit pas un indice des plus favorables puisqu’il témoigne de préoccupations assez éloignées de la pure spiritualité, et même peut-être d’une certaine méconnaissance de la puissance propre que celle-ci possède en elle-même et sans qu’il soit besoin d’avoir recours à de semblables «adjuvants».

Mais tout cela mis à part, les influences psychiques subsistantes, dépourvues de l’«esprit» qui les dirigeait autrefois et réduites ainsi à une sorte d’état «larvaire», peuvent fort bien réagir d’elles-mêmes à une provocation quelconque, si involontaire soit-elle, d’une façon plus ou moins désordonnée et qui, en tout cas, n’a aucun rapport avec les intentions de ceux qui les employèrent jadis à une action d’un tout autre ordre, pas plus que les manifestations saugrenues des «cadavres» psychiques qui interviennent parfois dans les séances spirites n’ont de rapport avec ce qu’auraient pu faire ou vouloir faire, en n’importe quelle circonstance, les individualités dont ils constituèrent la forme subtile et dont ils simulent encore tant bien que mal l’«identité» posthume, au grand émerveillement des naïfs qui veulent bien les prendre pour des «esprits».

Les influences en question peuvent donc, en bien des occasions, être déjà suffisamment malfaisantes lorsqu’elles sont simplement livrées à elles-mêmes; c’est là un fait qui ne résulte de rien d’autre que de la nature même de ces forces du «monde intermédiaire» et auquel personne ne peut rien, pas plus qu’on ne peut empêcher l’action des forces «physiques», nous voulons dire de celles qui appartiennent à l’ordre corporel et dont s’occupent les physiciens, de causer aussi, dans certaines conditions, des accidents dont nulle volonté humaine ne saurait être rendue responsable; seulement, on peut comprendre par là la vraie signification des fouilles modernes et le rôle qu’elles jouent effectivement pour ouvrir certaines de ces «fissures» dont nous avons parlé.

Mais en outre, ces mêmes influences sont à la merci de quiconque saura les «capter», comme les forces «physiques» le sont également; il va de soi que les unes et les autres pourront alors servir aux fins les plus diverses et même les plus opposées, suivant les intentions de celui qui s’en sera emparé et qui les dirigera comme il l’entend; et en ce qui concerne les influences subtiles, s’il se trouve que celui-là soit un «magicien noir», il est bien évident qu’il en fera un usage tout contraire à celui qu’ont pu en faire, à l’origine, les représentants qualifiés d’une tradition régulière.

Tout ce que nous avons dit jusqu’ici s’applique aux vestiges laissés par une tradition entièrement éteinte; mais à côté de ce cas il y a lieu d’en envisager un autre: celui d’une ancienne civilisation traditionnelle qui se survit pour ainsi dire à elle-même, en ce sens que sa dégénérescence a été poussée à un tel point que l’«esprit» aura fini par s’en retirer totalement; certaines connaissances, qui n’ont en elles-mêmes rien de «spirituel» et ne relèvent que de l’ordre des applications contingentes, pourront encore continuer à se transmettre, surtout les plus inférieures d’entre elles mais, naturellement, elles seront dès lors susceptibles de toutes les déviations car elles aussi ne représentent plus que des «résidus» d’une autre sorte, la doctrine pure dont elles devaient normalement dépendre ayant disparu.

Dans un pareil cas de «survivance», les influences psychiques antérieurement mises en oeuvre par les représentants de la tradition pourront encore être «captées», même à l’insu de leurs continuateurs apparents mais désormais illégitimes et dépourvus de toute véritable autorité; ceux qui s’en serviront réellement à travers eux auront ainsi l’avantage d’avoir à leur disposition, comme instruments inconscients de l’action qu’ils veulent exercer, non plus seulement des objets dits «inanimés», mais aussi des hommes vivants qui servent également de «supports» à ces influences et dont l’existence actuelle confère naturellement à celles-ci une bien plus grande vitalité.

C’est bien là exactement ce que nous avions en vue en considérant un exemple comme celui du «chamanisme», sous la réserve, bien entendu, que ceci peut ne pas s’appliquer indistinctement à tout ce qu’on a l’habitude de ranger sous cette désignation quelque peu conventionnelle et qui, en fait, n’en est peut-être pas arrivé à un égal degré de déchéance.

Une tradition qui est ainsi déviée est véritablement morte comme telle, tout autant que celle pour laquelle il n’existe plus aucune apparence de continuation; d’ailleurs, si elle était encore vivante, si peu que ce fût, une pareille «subversion», qui n’est en somme pas autre chose qu’un retournement de ce qui en subsiste pour le faire servir dans un sens antitraditionnel par définition même, ne pourrait évidemment avoir lieu en aucune façon.

Il convient cependant d’ajouter que, avant même que les choses en soient à ce point, et dès que des organisations traditionnelles sont assez amoindries et affaiblies pour ne plus être capables d’une résistance suffisante, des agents plus ou moins directs de l’«adversaire»

[note en bas de page:  On sait que «adversaire» est le sens littéral du mot hébreu Shatan, et il s’agit en effet ici de «puissances» dont le caractère est bien véritablement «satanique».]

peuvent déjà s’y introduire pour travailler à hâter le moment où la «subversion» deviendra possible; il n’est pas certain qu’ils y réussissent dans tous les cas, car tout ce qui a encore quelque vie peut toujours se ressaisir; mais si la mort se produit, l’ennemi se trouvera ainsi dans la place, pourrait-on dire, tout prêt à en tirer parti et à utiliser aussitôt le «cadavre» à ses propres fins.

Les représentants de tout ce qui, dans le monde occidental, possède encore actuellement un caractère traditionnel authentique, tant dans le domaine exotérique que dans le domaine initiatique, auraient, pensons-nous, le plus grand intérêt à faire leur profit de cette dernière observation pendant qu’il en est temps encore car, autour d’eux, les signes menaçants que constituent les «infiltrations» de ce genre ne font malheureusement pas défaut pour qui sait les apercevoir.

Une autre considération qui a encore son importance est celle-ci: si l’«adversaire» (dont nous essaierons de préciser un peu plus la nature par la suite) a avantage à s’emparer des lieux qui furent le siège d’anciens centres spirituels toutes les fois qu’il le peut, ce n’est pas uniquement à cause des influences psychiques qui y sont accumulées et qui se trouvent en quelque sorte «disponibles»; c’est aussi en raison même de la situation particulière de ces lieux, car il est bien entendu qu’ils ne furent point choisis arbitrairement pour le rôle qui leur fut assigné à une époque ou à une autre et par rapport à telle ou telle forme traditionnelle.

La «géographie sacrée», dont la connaissance détermine un tel choix est, comme toute autre science traditionnelle d’ordre contingent, susceptible d’être détournée de son usage légitime et appliquée «à rebours»: si un point est «privilégié» pour servir à l’émission et à la direction des influences psychiques quand celles-ci sont le véhicule d’une action spirituelle, il ne le sera pas moins quand ces mêmes influences psychiques seront utilisées d’une tout autre manière et pour des fins contraires à toute spiritualité.

Ce danger de détournement de certaines connaissances, dont nous trouvons ici un exemple très net, explique d’ailleurs, notons-le en passant, bien des réserves qui sont chose toute naturelle dans une civilisation normale mais que les modernes se montrent tout à fait incapables de comprendre puisqu’ils attribuent communément à une volonté de «monopoliser» ces connaissances ce qui n’est en réalité qu’une mesure destinée à en empêcher l’abus autant qu’il est possible.

À vrai dire, du reste, cette mesure ne cesse d’être efficace que dans le cas où les organisations dépositaires des connaissances en question laissent pénétrer dans leur sein des individus non qualifiés, voire même, comme nous venons de le dire, des agents de l’«adversaire» dont un des buts les plus immédiats sera précisément alors de découvrir ces secrets.

Tout cela n’a certes aucun rapport direct avec le véritable secret initiatique qui, ainsi que nous l’avons dit plus haut, réside exclusivement dans l’«ineffable» et l’«incommunicable» et qui, évidemment, est par là même à l’abri de toute recherche indiscrète; mais, bien qu’il ne s’agisse ici que de choses contingentes, on devra pourtant reconnaître que les précautions qui peuvent être prises dans cet ordre pour éviter toute déviation, et par suite toute action malfaisante qui est susceptible d’en résulter, sont loin de n’avoir pratiquement qu’un intérêt négligeable.

De toute façon, qu’il s’agisse des lieux eux-mêmes, des influences qui y demeurent attachées, ou encore des connaissances du genre de celles que nous venons de mentionner, on peut rappeler à cet égard l’adage ancien: «corruptio optimi pessima» [ note de Loup K.: «la corruption du meilleur est la pire» ], qui s’applique peut-être plus exactement encore ici qu’en tout autre cas; c’est bien de «corruption» qu’il convient de parler en effet, même au sens le plus littéral de ce mot, puisque les «résidus» qui sont ici en cause sont, comme nous le disions tout d’abord, comparables aux produits de la décomposition de ce qui fut un être vivant; et comme toute corruption est en quelque sorte contagieuse, ces produits de la dissolution des choses passées auront eux-mêmes, partout où ils seront «projetés» une action particulièrement dissolvante et désagrégeante, surtout s’ils sont utilisés par une volonté nettement consciente de ses fins.

Il y a là, pourrait-on dire, une sorte de «nécromancie» qui met en oeuvre des restes psychiques tout autres que ceux des individualités humaines, et ce n’est assurément pas la moins redoutable car elle a par là des possibilités d’action bien autrement étendues que celles de la vulgaire sorcellerie et il n’y a même aucune comparaison possible sous ce rapport; il faut d’ailleurs, au point où en sont les choses aujourd’hui, que nos contemporains soient vraiment bien aveugles pour n’en avoir pas même le moindre soupçon!

Fin du chapitre XXVII (27).

Publié pour la première fois en France en 1945.

Le Règne de la Quantité et les Signes des Temps


René Guénon  :  Le théosophisme, histoire d’une pseudo-religion (pdf)     —    La Crise du monde moderne, René Guénon, 1925 (pdf)    —     Le règne de la quantité et les signes des temps  —  L’erreur spirite (1923; édition 1977 – pdf)  —  L’Homme et son devenir selon le vedanta (pdf)  —  Les principes du calcul infinitésimal (pdf)  —  Symboles de la science sacrée (pdf)

Le Roi du Monde (pdf)   —   Orient et occident (1924 – pdf)   —   Les états multiples de l’être (1932 – pdf)   —   Le symbolisme de la croix (pdf)   —  Formes traditionnelles et cycles cosmiques (pdf)   —    La grande triade (pdf)    —   La Langue des Oiseaux (pdf)   —    Aperçus sur l’ésotérisme islamique et le Taoïsme (pdf)     —    Aperçus sur l’initiation    —

Autorité spirituelle et pouvoir temporel (pdf)   —   Études sur la Franc-maçonnerie et le Compagnonnage — Tome 1 et Tome 2 (pdf)   —   Introduction générale a l’étude des doctrines hindoues (pdf)   —   L’Ésotérisme de Dante (pdf)

La Métaphysique orientale (pdf)   —   Le Coeur du Monde dans la Kabbale hébraïque (pdf)   —   Le Sacré-Coeur et la légende du Saint-Graal (pdf)   —   Les Hiérarchies spirituelles (pdf)


Non-fiction ( des pdf, des liens )


Carlo Suarès :   Description des Lettres-Nombres selon Carlo Suarès (ce document pdf comprend aussi des tableaux simples des alphabets-nombres français, anglais, grec, hébreu), “suivi d’une courte esquisse d’une quaternité à explorer, ou :  J’aime les bardanes, ça parait, et c’est pas pour rien”.


Réception à la table des nombres  —  Edith Piaf censurée au Québec : l’origine védique de «Dieu»  –  Le Règne de la quantité et les signes des temps de René Guénon  –   Rimbaud, le Bateau ivre, et un « lapsus-coquille » : Je est autre.  –    Gurdjieff, Ouspensky, Jung : On comprend vraiment ce qu’on lit? Ce qu’on écrit? Ce qu’on dit?..  – Gurdjieff, Ouspensky, Jung : Do we know how to read? Understand what we write? What we say?


Blogsurfer.us – Icerocket

About Loup Kibiloki

Aller ici (have a look here) : https://electrodes-h-sinclair-502.com/electrodes_anode/
This entry was posted in Articles, billets, essais., monde, René Guénon, Survie - Survival, world and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Résidus psychiques – Guénon, le règne de la quantité, les signes des temps.

  1. Pingback: Les femen, le sado-masochisme et la symbolique nazie et totalitaire | Électrodes

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s