Répression, interdiction, destruction de potagers sauvages et domestiques par les municipalités : Au profit de quels lobbys ?

« Il est rare qu’u­ne liberté, n’importe laquelle, se perde d’un seul coup» (« It is seldom that liberty of any kind is lost all at once »)  —  David Hume

En d’autres termes, il faut veiller



Denise Morrison a pris cette photo des destructeurs de potagers. Source : Oklahoma's Own. Cliquer.

Denise Morrison a pris cette photo des destructeurs municipaux de potagers, en action. Source : Oklahoma’s Own. Cliquer.


 

Des autorités politiques, des municipalités entre autres, travaillent très fort, ici comme ailleurs, à détruire chez les gens des sources naturelles de nourriture domestique et contribuent ainsi, consciencieusement, en plus, à la disparition des espèces et des plantes.

L’évènement évoqué dans la vidéo, ça se passait en juin dernier. Juin 2012. Évidemment, ce n’est pas une “nouvelle”, c’est plus important que ça : c’est une tendance inquiétante, et l’été va revenir (comptez là-dessus, en 70 ans, j’ai vu ça 70 fois).

Ce serait une erreur de penser que ces cas de destruction de nourriture sont isolés.

Ils ne connaissent pas de frontières.

Sans chercher formellement, j’ai été récemment informé de deux autres cas similaires (sans compter l’épisode de Drummondville ). Entre autres, le témoignage suivant ( de musael , commentaire à  Arrêtez de raser les parterres et de massacrer les plantes sauvages! Laissez la Vie Vivre! ) :

« J’avais pris l’habitude de laisser ma cour arrière en friche.

« C’est ainsi que j’ai constaté qu’il y a un cycle des plantes comme si elles se concertaient pour donner la chance à chacune.

« J’ai vu des phénomènes extraordinaires se produire comme cette marmotte qui s’est installée à demeure tout un été et cet oiseau-mouche sorti de je ne sais où; les papillons monarques venaient égailler mes après-midi.

« C’était trop beau.

« Un jour, j’eus la visite d’un comité de voisins excédés par ma “dump”, c’était leur propre mot.

« Il m’ont invectivé, menaçé…

« J’ai tenu bon.

« Mais peu après, profitant de mon absence, en bon petits fachos, ils sont venu tout raser.

« Voilà, une histoire édifiante n’est-ce pas?  Je me doutais que les civilisations étaient en bonne partie construites sur l’instinct de mort; j’en ai désormais la certitude.

« La vie, c’est trop dangereux pour la laisser en liberté! »

Évidemment, on le sait, c’est un crime de détruire ainsi les biens de quelqu’un, surtout sa nourriture, les plantes médicinales, les plantes sauvages :  pratiquement toutes sont comestibles, médicinales, ou transformables facilement en produits domestiques utiles.

Le témoignage qui précède est également important en ce qu’il exprime en quelques lignes des choses fondamentales  :  la beauté des plantes sauvages, la communion et la sensibilité dynamique des êtres vivants, l’activité intelligente naturelle, complexe, etc., l’effet psychique, nerveux, bénéfique, profond, que cette vie consciente a sur nous, toutes choses étroitement liées à la vie – et, à notre époque, à la survie tout autant qu’à un salutaire surplus de vie.


« [ Les ] disparitions [de plantes] se produisent présentement à un rythme effréné et sont très souvent le résultat de l’activité humaine.  [ … ]  Selon des biologistes, une centaine d’espèces [animales, végétales, insectes] s’éteignent chaque jour dans le monde […]  Il y en a donc une qui disparaît toutes les 15 minutes! »  —  Environnement Québec, Les aventures de Rafale


 

Ces cas de destructions ont au moins deux sources :

a) l’ignorance, la bêtise, la sottise humaine, une sorte de haine (comment dire la chose?)

b) le terrorisme domestique des autorités municipales ( souvent à partir d’une plainte anonyme – ce qui nous ramène à l’ignorance ) ; les deux se conjuguent.

Mais le terrorisme domestique lui-même, tel que pratiqué par les municipalités, se conjugue vraisemblablement, à son tour, avec une troisième instance.

Les raids destructeurs comme celui de la ville de Tulsa, dont a été victime Denise Morrison, a une odeur de “mafia”. Et ce phénomène destructeur semble se répandre. En tout cas il persiste et se maintient, et quand il est contré, il semble attendre. Puis revient. Mais au profit de qui ?

Cherchons la «troisième instance». Imaginez, par exemple : si 90% de la population produisait ainsi naturellement une grande partie de ses aliments, de ses produits domestiques, de ses médicaments, qui y perdrait? En d’autres termes, à qui profite le crime de destruction des parterres domestiques et des plantes sauvages? Cui bono?


Source :  BioticTV  – Publié le 28 février 2016.   Pétition  :  Protégeons l’une des plus vieilles herboristeries de Paris

On lit, sur le site de la pétition  (extraits) :

« L’herboriste Jean-Pierre Raveneau a été condamné …  à un an de prison avec sursis pour “exercice illégal de la pharmacie en récidive”. »

«  …  le tribunal a également condamné la propriétaire de l’établissement et d’une autre herboristerie parisienne, Nicole Sabardeil, à trois mois de prison avec sursis et 2000 € d’amende et sa société Pharma Concept à 50 000 € d’amende. Un revendeur, Mamadouba Camara, a écopé de 3000 € d’amende avec sursis. L’ensemble des prévenus devront en outre verser solidairement 2000 € de préjudice moral à l’ordre des pharmaciens qui s’était constitué partie civile. »


 

Comme on disait un peu plus haut :  Cui bono ?

La réponse est au bout d’une logique bien simple : ce terrorisme domestique profite, au premier chef, aux producteurs et aux distributeurs commerciaux ou corporatifs de nourriture et de médicaments – y compris aux producteurs d’ogm qui contaminent les champs et les cultures et qui détruisent graduellement, —  avec la complicité des États et des producteurs eux-mêmes qui se livrent à eux (et nous livrent en même temps),  —  la simple liberté de s’alimenter (les producteurs d’ogm font maintenant main-basse sur la luzerne).  C’est sans doute là qu’il faut chercher l’une des sources les plus importantes de cette violence criminelle légalisée. En tout cas, c’est une piste logique.

Le cas de Denise Morrison, c’était en juin dernier à Tulsa, en Oklahoma : cet été-là,  la tentative municipale de détruire le potager de Drummondville, au Québec ( autre lien ici ) n’était pas un acte isolé, loin de là.


Drummondville avait invoqué  un problème « d’uniformité de la trame urbaine » comme le disait le directeur général de la Ville au Devoir


 

Denise Morrison, en Oklahoma, une femme seule, revenus modestes, faisait pousser une centaine de variétés de plantes mixtes (domestiques, sauvages) dans son parterre autour de la maison, dont des arbres fruitiers.

Toutes ces plantes étaient utiles ou comestibles. Elle en utilisait plusieurs « pour traiter son diabète, la haute pression sanguine,  l’arthrite».  « Ces plantes font partie de mes moyens d’existence, de mes moyens de subsistance [livelihood] », a-t-elle déclaré à la journaliste Lori Fullbright ( Woman Sues City Of Tulsa, Oklahoma, For Cutting Down Her Edible Garden ), « c’est ma nourriture, j’étais au chômage quand on a détruit les plantes, je n’avais plus de nourriture, plus de médicaments, je n’avais pas d’assurance. Il sont partis avec ma vie, ils m’ont enlevé mes moyens de subsistance. »

Denise Morrison a simplement eu moins de chance, moins d’appuis, que les gens de  Drummondville au Québec : le raid municipal contre son potager a été rapide, buté, dévastateur, brutal.  On a même détruit ses arbres fruitiers.

Comment s’empêcher de penser, ici, aux destructions systématiques des oliviers en Palestine (quelque soit le contexte ou l’échelle, à mes yeux, la destruction de nourriture ou de plantes médicinales, que ces plantes soient “sauvages” ou “domestiques”, est un crime).  Destruction massive par l’État d’Israel des oliviers en Palestine —  Cjpmo (pdf) , Five attacks on olive harvesters and damaged olive groves in four days (7-10 octobre 2012) :  «… la destruction de biens civils»  contrevient «à la Quatrième Convention de Genève et à de nombreux droits fondamentaux.».

Charte des droits et libertés de la personne (Québec) — pdf  ( Charter of human rights and freedoms, Québec — pdf ) : « La demeure est inviolable » (art. 7); « Toute personne a droit à la jouissance paisible et à la libre disposition de ses biens, sauf dans la mesure prévue par la loi. » (art. 6 ; le mot “loi” signifiant, ici, la Charte elle-même, qui transcende toutes les lois, règlements, etc. ; la Charte est la Loi … tant que l’Assemblée Nationale du Québec n’en suspend pas les ou des articles en utilisant le pouvoir dérogatoire de l’article 52 de la Charte québécoise, ou de l’article 33 de la Charte canadienne des droits, la fameuse “clause nonobstant”, dont l’étendue, inquiétante, surtout dans le contexte, est malheusement peu connue du grand public).

À noter, photo plus bas, que dans ce cas-ci, l’olivier de Palestine a été entièrement dégarni de ses branches par les colons israéliens, et donc privé de ses fruits ou de la possibilité de produire dans un proche avenir. Mais il n’a pas été déraciné : les colons israéliens détruisent ainsi la production prochaine, et les revenus du producteur, mais pourront dans l’avenir s’emparer de son bien quand le producteur, privé de revenus, aura quitté. On pourrait parler d’un même syndrome partout, un syndrome d’avidité, de brutalité, de profits, le syndrome de «l’olivier ébranché» ..

Kheir Jaber, photographié près de l’un de ses oliviers. Qaryut,10 octobre 2012. Photo: Salam a-Deb’i, B’Tselem. Source : cliquer.

Toutes ces destructions de sources de nourriture dans le monde sont très vraisemblablement inspirées, d’une manière ou d’une autre, par de semblables motifs de domination, de contrôle, de profits, par le vol, la punition, la destruction, le pillage, la réduction à l’impuissance. Quand ce n’est pas par pure bêtise, tout simplement : on me rapporte, par exemple, un abattage relativement récent d’arbres fruitiers, comme les pommiers sauvages, au Québec (Lanaudière) … par les propriétaires (“c’est plus propre (!) comme ça” et “on voit mieux la route” ; je n’ai pas de documentation là-dessus). Deux maux : l’avidité d’un côté, la bêtise de l’autre. Les deux semblent faire bon ménage.

Ces actes de terrorisme domestique étatique, ou municipaux, parfois “privés”, harceleurs, appauvrissants, anti-écologiques, brutals, fondamentalement idiots, devraient être largement diffusés sur internet, un par un (il faut planter plusieurs clous pour faire tenir une maison). Quand c’est détruit, c’est trop tard : les autorités et les destructeurs butés et tenaces le savent. Les écologistes, une menace à surveiller selon Ottawa, peut-on lire ici.  Et le terrorisme des destructeurs de nourriture, de plantes, et de toutes ces choses utiles, bonnes, saines? Personne nous en protège. Il faut aller en cour, après, ce qui est parfaitement inutile et totalement absurde quand tout est détruit.

Encore une fois, qui a intérêt à détruire ainsi les plantes, la nourriture, les arbres à fruits, les plantes médicinales, les plantes sauvages – ou domestiques? Les producteurs et les distributeurs commerciaux ou corporatifs de nourriture et de médicaments, y compris les producteurs d’ogm qui contaminent les champs et les cultures, et qui détruisent graduellement, avec la complicité des États et des producteurs eux-mêmes, la simple liberté de s’alimenter ( ils font maintenant main-basse sur la luzerne , une plante qui pousse à l’état sauvage, tout autant que domestique). Qui d’autre?

Ou alors, le motif de ces crimes contre la propriété et contre les gens serait exclusivement la pure bêtise, l’idiotie, la cruauté gratuite? Mais surtout : qui enquête là-dessus? Et sévit? Qui va le faire?

Pour le meilleur et pour le pire, la réponse semble être entièrement abandonnée aux victimes du terrorisme domestique.

Il faut, au moins, qu’on ne cesse d’en parler. Parce que ce vandalisme, souvent municipal et très vraisemblablement perpétré sous la pression de lobbys ou d’intérêts corporatifs, — ou cette sottise destructrice  —  ou les deux,  — vont fortement tendre à persister.

Des centaines de plantes sont en danger , rien qu’au Québec.  –  Les documents pdf qui suivent, un peu plus bas, ont été produits par le Gouvernement du Québec. On y emploie trois désignations (quatre, en fait). En premier lieu, les plantes «disparues». En deuxième lieu, les plantes «menacées», c’est-à-dire les plantes qui vont vraisemblablement disparaître à court terme. En troisième lieu, les plantes «vulnérables» (survie précaire). En quatrième lieu, les plantes dites «susceptibles», c’est -à-dire qu’elles sont en voie d’être légalement désignées comme «menacées» ou «vulnérables». Bref, «menacées», «vulnérables», ou «susceptibles», toutes ces désignations signifient, en pratique, que ces centaines de plantes sont en danger.

Environnement Québec : «Une espèce est menacée lorsque sa disparition est appréhendée. Elle est vulnérable lorsque sa survie est précaire même si sa disparition n’est pas appréhendée.» (Cette définition, on la retrouve dans la plupart des documents pdf qui suivent).  La croissance du danger est évidente, alarmante, d’année en année, elle fait frémir. De 2001 à 2012  —   2001 :  34 plantes en danger au Québec — 2001-2003 (pdf)   –  2005 :  Atlas de 375 plantes en danger au Québec — 2005 (pdf)    –  2008 :  392 plantes en danger au Québec — 2008 (pdf)   –  En 2012, deux documents identifient, en tout, 505 plantes en danger, soit 314 vasculaires et 191 invasculaires; il semble s’en ajouter régulièrement  :   –  314 plantes vasculaires en danger au Québec — 2012 (pdf) ;  191 plantes invasculaires en danger au Québec — 2012 (pdf) .  — Environnement Québec, Les aventures de Rafale  :  «  Le problème, c’est que ces disparitions se produisent présentement à un rythme effréné et sont très souvent le résultat de l’activité humaine. Savais-tu que, selon des biologistes, une centaine d’espèces s’éteignent chaque jour dans le monde? Il y en a donc une qui disparaît toutes les 15 minutes! »


Arrêtez de raser les parterres et de massacrer les plantes sauvages! Laissez la Vie Vivre!


© Copyright 2013 Hamilton-Lucas Sinclair (Loup Kibiloki, Jacques Renaud, Le Scribe), cliquer


Woman Sues City Of Tulsa, Oklahoma, For Cutting Down Her Edible Garden , by Lori Fullbright.  Posted on Oklahoma’s Own,  Jun 15, 2012 7:39 PM EDT Updated: Jun 21, 2012 11:51 AM EDT ;  Extraits :

A Tulsa [ Oklahoma ]  woman is suing the city’s code enforcement officers after she said they cut down her garden with no cause. Denise Morrison said she has more than 100 plant varieties in her front and back yards and all of them are edible and have a purpose. She knows which ones will treat arthritis, which will make your food spicy, which ones keep mosquitoes away and treat bug bites, but she said none of that matter to city inspectors.  …

Last August, Morrison’s front and back yards were filled with flowers in bloom, lemon, stevia, garlic chives, grapes, strawberries, apple mint, spearmint, peppermint, an apple tree, walnut tree, pecan trees and much more.  …   She got a letter from the city saying there had been a complaint about her yard. They even cut down some of her trees -– ones that bore fruit and nuts -– and went up next to her house and basically removed everything in her front flower bed.   …  “I came back three days later, sat in my driveway, cried and left,” Morrison said.  …   “Every word out of their mouth was, ‘we don’t care,'” Morrison said. Morrison said she used many of the plants that were destroyed to treat her diabetes, high-blood pressure and arthritis. “Not only are the plants my livelihood, they’re my food and I was unemployed at the time and had no food left, no medicine left, and I didn’t have insurance,” Morrison said. “They took away my life and livelihood.”


 

Canada, Québec, Ontario …  un proto-totalitarisme souterrain persistant.   –   Canada : Pouvoir dérogatoire canadien et pouvoir dérogatoire hitlérien sont identiques.   –  Le danger d’être canadien, le danger d’être québécois

Milgram, la torture, l’abîme de l’obéissance. Les candidats sont légion.   –     Avons-nous jamais vécu en démocratie? Pétitionne, trace ton x, cause toujours.    –     Le Petit x du vote: Acte de liberté – ou Pacte de soumission?    –    Nos démocraties: Liberté ou Soumission volontaire?

Québec: la clause dérogatoire et la loi 204.    –     Collusion : Karl Péladeau à Hydro-Québec et la Loi Labeaume-Maltais (loi 204)     —  Documents de référence – La d’Habilitation nazie mars 1933, pouvoir dérogatoire québécois (1975), canadien de 1982.  Essentiellement, les extraits pertinents de la Charte québécoise, de la Charte canadienne, et la Loi d’Habilitation allemande de mars 1933 au complet.

Déclaration universelle des droits de l’Homme – Nations-Unies. Texte complet et intégralDepuis 1982, le Parlement canadien – tout comme chacune des législatures du pays – ont le pouvoir constitutionnel de violer, sans aucun recours légal possible, au moins 18 des 30 articles de la Déclaration universelle des droits de l’Homme des Nations-Unies, soit les articles suivants1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 17, 18, 19, 20, 26, 29.

Ce pouvoir dérogatoire canadien, c’est l’article 33 de la Charte des droits et libertés canadienne de 1982, qui fait partie de la Constitution canadienne :  Charte des droits et libertés du Canada (1982; lire l’article 33 en allant à la page 48)  ;  English : Canadian Constitution Act, 1867-1982 (1982; go to page 47, read article 33)


 

Jacques Renaud ( Loup Kibiloki ), ouvrages de fiction en ligne, nouvelles, novellas, des notes biographiques.


 

Do you remember Chernobyl? Nuclear disaster contamination: apparently worse than previously thought  –  Waging Total Nuclear War against Humanity and Human Genes: Nuclear Radiation and Uranium 238 (DU)

Invisible Person with Enormous Power: it starts with a “C”, as in “Corporation”, but it doesn’t end there…

Western leaders, western populations : awareness, massmedia control and censorship   –  Astounding 2009 Nobel Prize for Literature Joan de Blow never wrote a book!  She talks about Obama. (Satire.)

Safe-Haven US Currency.  Surfing on strangeness and naught.  Satori sort of poem


Was there an earthly paradise?  What was it?  Where was it? (Satprem and Mira Alfassa – the Mother)


Blogsurfer.us –  Icerocket

About Loup Kibiloki

Aller ici (have a look here) : https://electrodes-h-sinclair-502.com/electrodes_anode/
This entry was posted in Articles, monde, Survie - Survival, world and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

18 Responses to Répression, interdiction, destruction de potagers sauvages et domestiques par les municipalités : Au profit de quels lobbys ?

  1. Pingback: Caroline Fourest et les fausses agressions | Électrodes

  2. Pingback: Quand les mères de mort dominent invisiblement la psyché | Électrodes

  3. Pingback: Le Prix Nobel de la Paix : Une invraisemblable tromperie et une très mauvaise blague | Électrodes

  4. Pingback: Ôm, ou la sacrée pince : Adolf Hitler vs la propagande de résistance soviétique | Électrodes

  5. Pingback: La persistance des vérités fondamentales et de la Vie | Électrodes

  6. Pingback: Pro-Choix Pro-Vie : L’avortement, le foetus et la peine de mort | Électrodes

  7. Pingback: Les femen : le sado-masochisme et la symbolique nazie et totalitaire | Électrodes

  8. Pingback: Collusion : Karl Péladeau à Hydro-Québec et la Loi Labeaume-Maltais (loi 204) | Électrodes

  9. Pingback: Québec, Labeaume-Maltais, Québécor, Parti Québécois : la clause dérogatoire et la loi 204. | Électrodes

  10. Pingback: Montréal est une poudrière. | Électrodes

  11. Pingback: Un jour, la prison de verre et de fer volera d’elle-même en éclats … | Électrodes

  12. Pingback: Entrevue avec Angèle Lieby : «Une larme m’a sauvée». Consciente durant 12 jours de “coma”. | Électrodes

  13. Pingback: Prohibiting Niqab. Which one? | Électrodes

  14. Pingback: Le Niqab. On veut l’interdire. Lequel? | Électrodes

  15. Pingback: J’ai déjà négocié une entente avec des insectes. L’entente a tenu. Elle tient toujours. | Électrodes

  16. Pingback: La luzerne OGM de Monsanto : On peut encore espérer lui dire non au Canada ! Simple : | Électrodes

  17. Pingback: La fin du monde et le fin du monde : Y a-t’il vraiment des avions dans le ciel ? | Électrodes

  18. Pingback: Arrêtez de raser les parterres et de massacrer les plantes sauvages! Laissez la Vie Vivre! | Électrodes

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s