Lettre d’ Eau. J’ai assez vécu pour savoir combien j’ai voulu être ici.

L'Orénoque au coucher du soleil.

Le fleuve Orénoque au coucher du soleil (photo provenant de dharix sur Webshots.com).


 

Orénoque est le fleuve
où coule l’infernal.

Le reflet bleu
dans l’eau du ciel
est le chiffre de lumière
qui explose et qui coule,
jaillissant dans le courant fluvial.

Je contemple, d’en-bas, l’eau pure du ciel.
Elle viendra bien me rejoindre.
Et j’irai bien la rejoindre.
Pluie qui tombe. Vapeurs qui montent. Je m’appelle Eau.

En attendant, je ris dans la vase accumulée du lit.
Prisonnière. J’en ris. Vaut toujours mieux en rire.
Et même si je voulais ne pas en rire, le rire est inhérent à l’eau.
Les galets s’usent sous la caresse aqueuse de moi.
On n’échappe pas à son dharma: on l’accomplit.

On ne peut consoler des galets qui n’en sont plus.
On ne peut consoler des galets réduits en poudre.
On ne peut pas consoler la poussière – ni les cités réduites en boue.
Je vis dans de l’inconsolable
qu’attouche pourtant mon rire inhérent.
On n’échappe pas à l’inhérente
complémentarité des destins.

La vase vient de l’usure,
pas seulement celle des galets, évidemment,
mais sa détrempe est ma prison.
Je suis prisonnière de mon oeuvre.
Mais, Dieu merci, à la longue, j’ai des vapeurs.
Et l’eau du ciel envie ma poudre lestante
autant que j’envie son ciel allégeant. C’est ainsi.
C’est la nature des choses.
Ce qui descend monte.
Ce qui monte descend.

C’est pas toujours marrant,
ni en montant, ni en descendant.
Mais, Dieu merci,
comme je l’ai dit,
le rire est inhérent à l’eau.

Bref,
ne m’enlevez pas mon Orénoque.
Ne m’arrachez pas tout de suite à son lit.
Sa vase a quelque chose d’attachant,
qui vit, qui copule et qui luit,
et dans l’économie universelle des choses,
j’ai assez vécu pour savoir combien j’ai voulu être ici.

Le sentez-vous? Je ris.

Orénoque est le fleuve où coule l’infernal,
et moi, j’en témoigne et j’y suis.

Gros bizous pleins de gouttes à tous mes amis,
je vous écris du fond de mon lit,
tendrement et en riant, et même si vous ne pouvez plus me boire, je demeure ici,
éternellement vôtre, malgré vous,

Eau.


© Copyright 2009 Hamilton-Lucas Sinclair ( Loup Kibiloki, Jacques Renaud, Le Scribe ), cliquer


Beaucoup de poèmes de Jacques Renaud ( Loup Kibiloki )


Loup Kibiloki ( Jacques Renaud )  :    Plusieurs suites poétiques de Loup Kibiloki ( Jacques Renaud )   –    Des poèmes à Shiva –   Des histoires, des comptines, des contes.  En prose ou en versets libres.  Parfois bizarres, parfois pas.   –   Toutes les terrasses du monde s’ouvrent sur l’infini. On va prendre un café ensemble. Poème. « Toujours, tu rencontreras Rimbaud dans les rues vermillonnes et safranées de Marrakech … »


Suites poétiques, Loup Kibiloki ( Jacques Renaud )  :   Les Enchantements de Mémoire  – Sentiers d’Étoiles  –  Rasez les Cités  –  Électrodes  –  Vénus et la Mélancolie  –  Le Cycle du Scorpion  –  Le Cycle du Bélier  –  La Nuit des temps  –  La Stupéfiante Mutation de sa Chrysalide


Rimbaud, le Bateau ivre, et un « lapsus-coquille » : Je est autre.

Gurdjieff, Ouspensky, Jung : On comprend vraiment ce qu’on lit? Ce qu’on écrit? Ce qu’on dit?..

Gurdjieff, Ouspensky, Jung : Do we know how to read? Understand what we write? What we say?


L'Orénoque vu de la forteresse Los Castillos - Vénézuéla. Lien Wiki aur l'image.


Blogsurfer.usIcerocket

About Loup Kibiloki

Aller ici (have a look here) : https://electrodes-h-sinclair-502.com/electrodes_anode/
This entry was posted in Poésie, Tous les poèmes, fables, ouvrages de poésies. and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s