« La parole a un pouvoir réel dans le monde. Mais la parole est mutilée, étouffée, altérée. Dès qu’une personne exprime une opinion contraire à la nôtre, on se ferme ou on se braque, on réplique ou on se tait. Dans tous les cas, on enfouit davantage le trésor, celui de l’autre et celui en nous, au lieu de le rendre accessible en l’exposant tel qu’il est. »

Culture et Foi

Émission du dimanche 17 février 2013 - Tout le monde en parle - Radio-Canada.ca(1)J’écris ce billet à la suite d’un échange avec mon épouse inspirante… Chez les Hindous, la fin d’un cycle est l’occasion du chaos qui détruit tout pour faire place nette au renouveau. Chez les catholiques, peut-être que la fin d’un pape (on ne peut plus dire la mort) peut présenter un désordre semblable préparant la place à du changement. J’ai été étonné de voir à quel point le petit quart-d’heure d’entrevue avec Alain Crevier, animateur de l’émission Second Regard, invité à la tellement plus célèbre émission Tout le monde en parle du 17 février, a suscité un intérêt manifeste. “Que l’on en parle en bien ou en mal, dit le dicton, pourvu qu’on en parle!” Il se trouve que cette entrevue a touché des questions de fond adressées à l’Église, elle qui, habituellement, est plutôt celle qui pose les questions et interpelle le monde jusqu’à, faut-il le dire, le…

View original post 1,155 more words

About Loup Kibiloki

Aller ici (have a look here) : https://electrodes-h-sinclair-502.com/electrodes_anode/
This entry was posted in No category. Bookmark the permalink.

6 Responses to

  1. Merci d’équilibrer mon témoignage.

    Je viens d’un milieu populaire. Les revenus étaient très modestes. Le “edge” qu’on avait sur d’autres venait de la pension de vétéran combattant et blessé de guerre de mon père (ladite “Première Guerre Mondiale” en Europe, il avait été blessé à 18 ans). La pension n’était pas imposable. C’était l’époque où l’État ne tentait pas mesquinement de se défiler face aux blessés de guerre.

    « L’ultramontanisme a été dévastateur au Québec.. ». Il semble bien que oui, les témoignages sont trop nombreux — mais pour des raisons (lesquelles?), je n’ai pas été intimement traumatisé par cette cruauté des pouvoirs dont on parle tant, je veux dire “pas touché”, pas vraiment, l’une des raisons – pas la seule – étant sans doute que cette emprise sociale sur les esprits n’avait pas d’affinités ou d’écho “renforcissant” au foyer. Surtout du côté maternel de la famille (milieu populaire, encore, revenus modestes), les moeurs étaient libres, étonnamment “parallèles” si j’en juge par tout ce que j’entends, et n’étaient pas contraignants. C’est l’une des raisons, vraisemblablement, mais il doit y en avoir d’autres.

  2. En réponse à Anonymous
    21 February 2013 at 18:25
    :

    En commentant sur le thème vous démontrez que vous vous intéressez aussi encore à la «chose», quel que soit le mode sur lequel vous commentez.

    Je vous ferai remarquer que si vous pensez que le «quotidien» comprend ou contient toutes les dimensions de l’existence, vous avez du chemin à faire, thée ou athée, peu importe (l’athéisme est une croyance comme les autres, de toutes façons). Vous dites : «… alors que la religion a complètement [!?!] été évacuée de leur quotidien». Elle l’a été ou elle l’a pas été? Faudrait vous brancher.

    Au lieu de vous sentir ridiculement supérieur aux autres, de vous conforter en vous coussinant l’esprit d’insultes et en voulant en tapisser votre perception des autres, vous devriez vous interroger sur la pathétique «minceur d’être» du behaviorisme, de l’ingénierie sociale – qu’elle se fasse à une époque au nom d’une religion, ou à une autre, au nom de ce nouvel éteignoir tout aussi, sinon plus, prétentieux, orwellien et bigot qu’on appelle le “laïcisme”, et qui domine en circuit fermé dans les coulisses du pouvoir, ou dans le discours massemédiatique classique.

    Quand je dis «orwellien», je pèses mes mots : « Plus ça change, plus ça se ressemble. Le Québec est entraîné en plein script orwellien : interdire la prière et soumettre à l’amende au nom de la liberté d’expression. » Au nom de la liberté d’expression, 30 000$ d’amende pour une prière. On en est là. Wake up.

    Lire :

    Et si le maire Jean Tremblay, à Saguenay, s’inspirait de la Prière à Dieu de Voltaire?

    • musael says:

      J’ignorais que j’appuyais là ou ça fait mal en disant simplement les choses telles quels sont par rapport à l’Église catholique et ce qu’elle représente aujourd’hui au Québec, c’est-à-dire, au mieux un folklore, au pire un simulacre de religiosité que l’on brandit à la face de l’immigrant surtout lorsqu’ìl est Arabe. Bien entendu, je n’ignore pas que notre inconscient en est chargé jusqu’au trognon ou jusqu’à la énième dimension de notre être (les strates de la névrose sont insondables) pour répondre à ton accusation. Comme je disais, on ne se libère pas aisément de conditionnements vieux de huit générations. L’attachement des Québécois pour leurs vieilles bondieuseries je le connais assez bien pour l’avoir confronté alors que j’ai travaillé à la cause des orphelins. C’est un attachement sentimentaliste avec tout ce qu’il y a de péjoratif dans ce mot. Bref ça n’a de profondeur que dans la névrose opaque et profonde de notre peuple à l’égard de cette question. En fait, je suis d’avis que cet attachement ressemble fort au syndrome de Stockholm. Cela dit, je ne prétend pas que le peuple Québécois soit dépourvu de spiritualité ni même de religiosité, mais ça se passe ailleurs dans une autre dimension pour te citer à nouveau, une dimension qui n’a plus rien à voir avec cette institution grabataire.

      Musael

      • Musael, dans les années 1970s, on pouvait se faire traiter “d’anti-québécois” ou de “faciste” par la mouvance “athée-laïcisante”, Gaston Miron en tête, sur la rue, quand on pratiquait, par exemple, le ha-tha yoga. C’est pas une blague : on nous disait : «Vous êtes perdus pour le Québec»! Les propos étaient littéralement “excommuniants”, haineux, très agressifs. On en entend pas parler souvent. Pour eux, on était les “nouvelles âmes perdues” du nouvel obscurantisme au pouvoir.

        “L’obscurantisme” a changé de discours mais s’est maintenu. C’est l’un des points centrals que je tente d’exprimer ici.

        Ça me fait penser au verset de Cendrars dans Pâques à New York (texte intégral) : « … rien n’a changé depuis que vous n’êtes plus Roi» : avril 1912.

        Il y a autre chose : mon père était déiste de facto (il n’utilisait pas le mot «déiste»), il ne pratiquait aucune religion officielle; on a jamais, mais jamais été embêté à cause de ça. Ma mère était très religieuse mais n’allait jamais à la confesse (short and sweet : «ça les regarde pas» :-)). Les deux parents s’entendaient très bien. Les revenus étaient modestes.

        Tout ce qu’on raconte sur la «grande noirceur» de cette époque, je pouvais, disons, le percevoir parfois, oui, mais comme de loin, (surtout a posteriori, on nous en a tellement rabâché les oreilles, ça finit par laver — ou par laisser des dépôts mi-réels, mi-induits ..), et pourtant on vivait dans le monde, et on était pas isolé. Ma grand-mère maternelle était séparée (quoi?!), était femme d’affaires (c’est impossible!!), succès, faillite, succès, faillite, la vie, quoi. Mon grand-père maternel lisait des livres (quoi!?), ma mère se rappelle, petite fille, elle le voyait lire un livre intitulé «Les Libres Penseurs» (vous délirez!!).

        C’est pas un hasard si c’est elle qui m’a enseigné l’alphabet avant d’aller à l’école et trimballé pour la première fois à la bibliothèque publique; ma grand-mère, surtout, était tout ce qui n’a jamais existé à cette époque according to les “historiens”, ou selon les féministes, ou selon la langue de bois du laïcisme militant. Je pourrais m’étendre sur tout ça longuement, avec des faits, etc. J’ai rêvé, ou quoi? On devrait au moins considérer qu’il y a pu avoir, au moins, ahem, exagération.

        Ah, j’oubliais : cette grand-mère maternelle était très pieuse, elle avait ses saints de prédilection — ses ishtas devatas — , elle changeait parfois «d’amis d’coeur», comme on disait, l’amour, la tendresse et la prière la rendaient fort heureuse et entreprenante, apparemment, la liberté et le commerce aussi, et elle a percé le mur des 90 ans avant d’aller gambader quelque part, pas très loin d’ici certainement, avec ses amis de toujours .. Pas très «grande noirceur», tout ça.

        Pour ma part, j’en viens aujourd’hui à la conclusion que notre histoire de cette époque a été plus largement trafiquée qu’on pourrait le penser, et qu’on a attribué à la religion des états de choses qui sont, en fait, caractéristiques de maints pouvoirs (exemple extrême : Staline était athée..).

        Réforme de l’éducation, destruction des séminaires : curieux qu’on ne mentionne jamais que le ministre de l’éducation de la Révolution Tranquille, Gérin-Lajoie, comme par hasard, était un Rhodes Scholar … Serait-il possible que ç’a pu influencer la destruction des séminaires et la destruction de milliers de livres dont on pouvait être témoin dans les années 1970s? Roger Nadeau avait tenté de les sauver du dépotoir en créant son fameux Palais du Livre sur le boulevard Saint-Laurent (qui n’était pas du tout trendy, à l’époque). On y trouvait, littéralement, des monceaux de livres dans les grandes pièces du vieil édifice. Des trésors d’héritage destinés au dépotoir. Roger Nadeau ne pouvait souffrir qu’on jette un livre, pas plus ceux-là que d’autres; il aimait pas les autodafés, laïques, athées, ou religieux.

        Ma foi, la mémoire me revient. C’est plutôt agréable…

        M’ci )

        • musael says:

          Oui, bien sûr, l’Église a eu du bon. Et tout n’était pas aussi sombre qu’on veut bien nous faire croire. cependant, les bons coups de notre Église canadienne, le plus souvent, l’ont été envers et malgré elle parce qu’il y a eu des volontés en son sein qui étaient vraiment inspirées par un idéal qui, à mon sens, transcende toutes allégeances. Il y a des individus au Québec qui ont su se servir de l’institution qui avait pour but de les asservir. Pour le reste, disons que je n’ai pas eu la même expérience que toi avec l’Église. Mais peut-être n’était-ce pas la même Église que la tienne car il semble bien qu’il y en ait eu plus d’une selon que l’on était riche ou de bonne famille ou pauvre paysan ou encore un de ces bâtards… Par exemple, quand une soeur prononçait ses voeux, il était à souhaiter pour elle que le bon dieu l’ait pourvue d’une belle et grosse dote sinon la bougresse se voyait confinée à la cuisine et à la buanderie pour très longtemps avec tout le mépris qui lui était dû. Elles avaient un sens très particulier de ce qu’était la charité nos “bounceures” . Les soeurs Grises, dans les orphelinats qu’elles tenaient, avaient des méthodes qui ressemblaient davantage celles de la Gestapo qu’à des pédagogies chrétiennes; malheur à l’élève qui ne tendait pas l’autre joue puis les deux mains à la fureur de leur cravache. Et le scandale des soeurs de la Providence? Et Huberdeau? où 20 prêtres sur 24 abusaient des élèves physiquement et sexuellement. Et le commerce d’enfants? Sais-tu combien d’enfants ont été vendus à de riches Américains? Ça ne poserait pas tant de problèmes si seulement ils avaient été de véritables orphelins. Mais la majorité de ce qu’on appelait alors des orphelins étaient en fait des enfants enlevés à leur mère parce que nés dans le péché. disait-on. Moi, j’appelle ça du kidnapping d’enfant. Ce n’est qu’un petit aperçu.

          L’ultramontanisme a été dévastateur au Québec et je considère Mgr Bourget, son plus ardent défenseur, comme l’un des individus les plus abjectes de notre histoire. Si seulement il était le seul, mais dans la liste des évêques et cardinaux il y a trop peu de Mgr Charbonneau. Hélas!

          Dois-je également te rappeler le mise à l’Index de tout ce qui était libre pensée. Quand on songe que même certaines oeuvres de Victor Hugo figuraient sur la liste, il y a de quoi frémir. Pas si loin de nous, Jean-Paul Desbiens dû s’exiler pour ses insolences.

          Ailleurs, sur le continent, l’Église romaine a tout fait pour éradiquer le fait français. On remplaçait le clergé canadien-français par un clergé irlandais pour accélérer l’assimilation des franco-américains, et ce, sur ordre du Vatican. Au Massachusetts, parce qu’on n’y parvenait pas, malgré le train de mesures vexatoires, à partir de 1925, ce fut l’excommunication pour tout francophone qui refusait l’école anglaise. On aurait volontiers pratiqué la même politique au Québec si des personnalités fortes tel Henri Bourassa ne s’étaient insurgées et si les Anglais n’avait pas bien compris leur intérêt à nous garder captif d’un clergé prêchant la soumission jusqu’à l’aplaventrisme le plus veule et le plus lâche.

          Cela dit, je dois admettre que l’obscurantisme a changé de camp; il y a effectivement un intégrisme athée plutôt virulent au Québec. D’autant plus virulent que nous voyons le ROC et son champion Harpeur dériver vers une droite évangéliste de même que se multiplient toutes sortes d’accommodements de moins en moins raisonnables. Pas plus que toi, je ne prise cet intégrisme qui se prend pour “le boutt d’la marde”. Alors soit, je veux bien combattre cet obscurantisme là mais pas en lui opposant un autre obscurantisme ou un retour en arrière à la manière de notre roitelet Saguenéen.

          Cela dit, ton témoignage est très intéressant. As-tu déjà songé à écrire un bouquin sur cette époque où tu as été au coeur de la vie littéraire montréalaise et québécoise?

          À la prochaine cher Matawin!
          Et bon dimanche

  3. Anonymous says:

    Parole iconoclaste, sans doute, mais je doute fort qu’on puisse voir un quelconque renouveau au sein de cette institution moribonde. Je m’étonne d’ailleurs de cet intérêt soudain chez une quantité gens qui n’ont de catholique que le nom reçu au baptême. La plupart des Québécois font encore baptiser leur progéniture alors que la religion a complètement été évacuée de leur quotidien. Comme s’Ils avaient encore peur de la damnation éternelle. J’y vois la preuve que la trépanation des cerveaux a opéré et opère toujours. Pas facile de se libérer de ses conditionnements.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s